Accueil CultureCinéma « Parité intégrale » aux César

« Parité intégrale » aux César

par Camille Saint-Cricq

Instances de gouvernance paritaires, vote élargi à l’ensemble des membres, présidence mixte : l’académie des César sort de l’entre-soi masculin.

« Les membres doivent être élus dans le cadre d’une parité intégrale, chaque branche devant être représentée par un nombre égal de femmes et d’hommes » : c’est l’une des phrases clés des nouveaux statuts de l’académie des César.

Ainsi le monde du cinéma fait sa mue. Après les Oscars aux Etats Unis, changement aussi de ce côté de de l’Atlantique. En février dernier, la démission collective des dirigeants de l’académie des Cesar, poussés vers la sortie par des mouvements de protestation, était un prélude à une nouvelle ère dans le 7ème art. Désormais, finies les cooptations occultes entre hommes. De nouvelles règles du jeu entérinent l’ouverture de cette instance de consécration du cinéma.

Le conseil d’administration de l’Association pour la promotion du cinéma (APC), a adopté, jeudi 9 juillet, la proposition de statuts de l’équipe sortante qui, précise le communiqué, « permettent de réformer en profondeur la composition et la gouvernance de l’Association qui organise les César »

L’ensemble des 4 313 membres de l’Académie qui votent pour décerner les César pourront être candidats et choisir leurs représentants au cours d’élections qui doivent avoir lieu avant début septembre. Elles et ils éliront leurs 170 représentants, répartis sur 21 branches professionnelles, au sein de la nouvelle assemblée générale de l’Association.

Le conseil d’administration et le bureau de l’association seront paritaires, avec « un tandem homme-femme pour la présidence ».

Et ce n’est qu’un début :  « Dès que cette nouvelle gouvernance élue prendra ses fonctions, elle devra au plus vite revoir les règles d’appartenance à l’Académie pour atteindre une plus grande parité, diversité et représentativité parmi les votants, en augmenter le nombre, et prendre toutes les décisions nécessaires pour organiser l’édition 2021 des César » 

Il aura fallu bien des batailles pour que le microcosme du cinéma se remette en question. Mais rien n’est jamais gagné. Il faut se souvenir que, quinze jours après la démission de l’équipe sortante, l’académie des César couronnait Roman Polanski malgré les protestations sur l’air de « pas d’honneur pour les violeurs ». (voir : CÉSAR : ET À LA FIN, ILS TRIOMPHÈRENT. FORESTI « ECŒURÉE »

Lire aussi dans LNN

 L’ACADÉMIE DES OSCARS S’OUVRE. ADÈLE HAENEL INVITÉE

DÉMISSIONS À L’ACADÉMIE DES CÉSAR, DIVERSITÉ ATTENDUE

POLANSKI  DÉJÀ VICTORIEUX AUX CÉSAR

 LE 7ÈME ART SE REMET EN QUESTION, DOUCEMENT

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire