Accueil DiversNouvelles brèves Pas d’assistant sexuel dans l’Essonne

Pas d’assistant sexuel dans l’Essonne

par La rédaction

Le Conseil général abandonne cette notion controversée avancée par son président. Mais ouvre la réflexion sur « l’éveil et de l’accompagnement dans la sexualité des personnes lourdement handicapées ».


 

La semaine dernière, le président du Conseil général de l’Essonne, Jérôme Guedj, annonçait vouloir inscrire la notion « d’assistant sexuel » dans son schéma départemental en faveur des personnes handicapées. Il s’agissait d’« engager un débat/une réflexion sur le statut de l’assistant sexuel », soulignait Jérôme Guedj au côté du président de l’Association des paralysés de France.

Mais l’initiative a choqué autour de lui. La conseillère générale de l’Essonne en charge de la lutte contre les discriminations et de la promotion de l’égalité, Maud Olivier, se disait ainsi « en total désaccord ».

Face au malaise dans son propre camp, Jérôme Guedj lui-même a fait marche arrière. Il a retiré le terme « assistant sexuel » du schéma départemental en faveur des personnes handicapées, présenté lundi 25 mars et finalement voté à l’unanimité.

A la place, le texte prévoit de « lancer une réflexion sur la formation des professionnels des services et établissements concernés aux enjeux de l’éveil et de l’accompagnement dans la sexualité des personnes lourdement handicapées ». Et exclut « toute forme de prostitution et de marchandisation du corps ». Jérôme Guedj dans un long texte sur son blog, continue d’espérer que cette formulation consensuelle pose « les bases d’un débat utile et serein ».

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Lirelle 26 mars 2013 - 10:53

j’ai du mal à saisir la différence… Il va donc encore bassiner les professionnels des services concernés avec l’éveil et l’accompagnement de la sexualité. Les mots ont changé, pas l’intention.

Répondre
hic 27 mars 2013 - 14:46

M’est avis que ça risque de finir de cette sorte: « Eh zozotte, tu es mal payée dans ton boulot d’auxiliaire de vie/aide soignante? Au lieu de réclamer un salaire digne et décent (et le paiement des heures de transport entre les patients), va donc masturber monsieur zozo, ça te fera des sous en plus. Comme ça, en plus, monsieur zozo, avec un peu de chance, il nous emmerdera plus pour qu’on lui rende la ville accessible. Evidemment, madame zaza qui est elle aussi handicapée, et qui a pas mal de chances d’être victime d’agressions sexuelles (bien plus qu’une femme valide), c’est hors sujet. »

Répondre
luce44 28 mars 2013 - 09:54

ciné-débat avec projection du film The Sessions qui se tiendra le mercredi 3 avril prochain à 17h45 au cinéma Le Calypso, situé 38 rue Victor Basch 91 470 Viry-Chatillon.
Maudy Piot, présidente de Femmes pour le Dire, Femmes pour Agir, qui s’oppose à l’assistance sexuelle comme ghettoisation du handicap et marchandisation du corps des femmes y interviendra.
Tous et toutes peuvent venir exposer leurs arguments féministes contre l' »assistance sexuelle ».

Répondre

Laisser un commentaire