Accueil Politique & Société Pas de femmes ici ! Violences contre La Barbe

Pas de femmes ici ! Violences contre La Barbe

par Isabelle Germain

Alors qu’elles tentaient une action pacifique contre l’entre soi masculin, Les Barbues ont été expulsées avec une violence jamais vue en 11 ans et 213 interventions. Et, toujours, un violent mépris. Ajout : diverses réactions

Jacques Attali, François-Xavier Bellamy, Benoît Duteurtre, Michel Houellebecq, Philippe de Villiers, Bruno Le Maire et Eric Zemmour devaient tranquillement deviser sur l’Europe lors d’une rencontre organisée par le très droitier magazine Valeurs Actuelles au Cirque d’Hiver à Paris jeudi soir.  Un entre-soi masculin que les activistes de La Barbe ne pouvaient pas laisser passer. La Barbe veut en effet « dénoncer le monopole du pouvoir, du prestige et de l’argent par quelques milliers d’hommes blancs. »

Alors 25 militantes ont pris leur courage à deux mains pour s’exposer au milieu de ces hommes qui respirent la supériorité, le pouvoir,  la confiance. Depuis 11 ans et 214 interventions elles savent que leur action suscitera toute une gamme de réactions allant d’un mépris policé à une franche agressivité, verbale le plus souvent. Leur action est simple et efficace : elles rédigent un tract humoristique, s’installent au milieu du public de la conférence très mâle, et au bout de quelques minutes, elles revêtent leur barbe, s’invitent au micro, lisent le tract et repartent, parfois sous les applaudissements, souvent sous des huées. C’est le prix à payer pour faire bouger les mentalités.

Le tract qu’elles devaient lire ce 25 avril félicitait ironiquement les intervenants : « Vous êtes sept et pourtant vous n’êtes qu’un ! Ah, ce beau corps, mâle, blanc, mûr, ce rempart contre les turpitudes modernes ! »

Elles n’ont pas eu l’occasion de placer un seul mot. Dès que la première Barbue a mis un pied sur la scène, le service d’ordre lui est littéralement tombé dessus pour la sortir. Ses camarades ont été immobilisées au sol par plusieurs hommes et dégagées en quelques secondes. Une Barbue est sortie le nez en sang.

Plusieurs vidéos et photos publiées sur les réseaux sociaux et sur le site de la Barbe montrent la violence du service d’ordre.

La journaliste Alice Coffin  signale même que, alors qu’elle était déjà « soulevée par trois molosses » qui la dirigeaient vers la sortie, le directeur de la rédaction de Valeurs Actuelles, Geoffroy Lejeune « a cru bon de venir (me) saisir par la jambe histoire d’aider, puis est revenu une 2ème fois à la charge…». 

Ajout le 29 avril : Geoffroy Lejeune, a annoncé, qu’il avait déposé plainte contre X pour diffamation, citant des journaux qui avaient relaté les faits. Ceci, alors même qu’il avait expliqué un geste brutal en répondant à Alice Coffin.

Une partie du public a franchement hué les activistes et encouragé les musclés du service d’ordre à les dégager, voire les envoyer « à la niche ».

Trop sonnées par la brutalité du service d’ordre (officiel ou improvisé), elles n’ont pas pu goûter les réactions des intervenants. Champion, Bruno Le Maire a repris ainsi selon Télérama : « L’Europe est une femme, je regrette qu’il n’y ait pas plus de femmes sur le plateau ». Et ses propos ont été hués par le public. Les fans de Valeurs Actuelles ont-il contesté ce qu’ils ont pris pour une posture féministe ? L’hypocrisie de l’homme blanc qui accepte de participer à une assemblée dont il n’approuve pas la composition ? La vacuité de l’assertion « l’Europe est une femme » ?

En tout cas, le ministre de l’Economie et des Finances a presque égalé Gérard Longuet, qui s’était surpassé lors de la toute première intervention de La Barbe. C’était le 15 mai 2008, lors d’un colloque intitulé « la Vème République au Parlement » qui réunissait seulement des hommes dans une table ronde intitulée « le Parlement, miroir de la société française ». Après lecture pacifique du tract par les Barbues, l’ancien ministre de l’Industrie se lançait dans une improvisation qui pourrait nourrir à l’envi des thèses de psy : « j’ai une excuse, je suis marié avec une femme, ce qui est encore assez fréquent, j’ai quatre filles et une mère, et quand j’ai un chien, c’est une chienne ».

Du coup, Eric Zemmour paraît bien petit joueur quand il dit, au Cirque d’Hiver :« C’est bien, nous avions besoin d’un moment de détente, maintenant passons aux choses sérieuses ». Quant à Jacques Attali, prompt à parler de paix et d’harmonie, il n’a pas commenté. Il était pourtant prévenu comme le fait remarquer Carlos Moreno ci-dessous.

Ajout le 29 avril. Samedi 28 avril, Marlène Schiappa, la secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, a réagi sur twitter, sans se soucier de la présence de son collègue du gouvernement, Bruno Le Maire à cette manifestation : « J’adresse mon soutien aux féministes de #LaBarbe dénoncent pacifiquement depuis des années l’exclusion de facto des femmes des lieux de pouvoir et du débat public en s’invitant avec de fausses barbes. Les droits des femmes avancent aussi grâce aux activistes » a-t-elle écrit. Un soutien particulièrement apprécié par La Barbe. Alice Coffin a salué « son soutien, le rappel de ce que sont depuis des années les actions de @labarbelabarbe et la compréhension du travail activiste féministe. »

Rappel Historique : Gérard Longuet, première action de La Barbe dans une assemblée mâle.
Pas de violence physique

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire