Accueil Politique & SociétéFamilles Pas de révolution pour le congé parental

Pas de révolution pour le congé parental

par Arnaud Bihel
Fathers_and_Children_h150

Photo de la série « Pères et enfants », par B. Krishtul – 1969.

La réforme du congé parental prévoit de réserver une période de 6 mois pour le père. De quoi éventuellement favoriser un meilleur partage. Mais l’idée d’une réforme de fond – raccourcissement et meilleure rémunération – est abandonnée.


 

Après plusieurs tentatives enterrées, la réforme du congé parental verra bien le jour. A l’occasion de l’événement « Le 8 mars, c’est toute l’année », organisé jeudi 7 mars par le ministère des Droits des femmes, le chef de l’État a confirmé le projet d’une réforme promise depuis le début du quinquennat.

Aujourd’hui, il est possible de prendre un congé parental de 6 mois pour un premier enfant, et jusqu’à trois ans à partir du deuxième enfant. Le projet de réforme, tel que Les Echos l’avaient dévoilé le 6 mars, prévoit de fixer une période de 6 mois, non transmissible, que seul le deuxième parent peut prendre.

Pour un premier enfant, ces 6 mois viendraient s’ajouter à la période de 6 mois existante. Ils seraient en revanche intégrés dans le cas d’un congé plus long : un seul parent ne pourrait donc plus prendre un congé de 3 ans, mais seulement de deux ans et demi au maximum, les 6 autres mois étant à prendre par l’autre parent. Le CLCA, la prestation versée pendant le congé, serait par ailleurs « bonifiée » (la revalorisation étant encore à fixer) pour cette partie prise par le deuxième parent.

Du nouveau pour les pères, pas pour les mères

L’objectif est d’inciter les pères à utiliser ce congé de 6 mois. En 2011, les pères ne représentaient que 3,5% des bénéficiaires du congé parental. Le gouvernement dit s’appuyer sur l’exemple de l’Allemagne, qui a mis en place en 2007 ce système de quota : la durée du congé parental de 12 mois (auparavant de 24 mois) est portée à 14 mois si le congé est partagé entre les deux parents et si chacun d’eux prend au moins deux mois. Le taux de recours masculin est ainsi passé de 3,3% en 2006 à 18,6% en 2009.

Le congé paternité, autre réforme ?

La délégation du Sénat aux droits des femmes, pour sa part, relançait récemment une autre idée en faveur d’une parentalité mieux partagée : une réforme du congé paternité, qui serait porté à quatre semaines (contre 11 jours actuellement) et rendu obligatoire.

Ce projet de réforme apparaît toutefois bien moins radical que la première piste envisagée (Voir : Un pas de plus vers la réforme du congé parental). Il s’agissait déjà, alors, de réserver une partie du congé au deuxième parent. Mais aussi de le raccourcir, autour d’une durée d’un an, et de mieux le rémunérer – comme en Allemagne, en Suède ou en Norvège.

L’objectif étant aussi d’éviter d’éloigner des femmes du marché du travail. Sur ce point, le projet de réforme ne changera sans doute pas grand chose. De fait, la puissante Unaf, Union nationale des associations familiales, tenait fermement à conserver un congé de 3 ans, au nom du droit à choisir de s’arrêter de travailler pour élever son enfant. L’Unaf et de nombreuses autres voix soulignaient aussi le risque de trop raccourcir ce congé alors que l’offre de garde ne suit pas. Najat Vallaud-Belkacem notait d’ailleurs récemment que « cette réforme n’a de sens que si elle s’accompagne de construction de places de crèches et autres modes d’accueil adaptés aux besoins sur les territoires. »

La réforme du congé parental sera inscrite dans la loi cadre sur les droits des femmes, que le gouvernement présentera au mois de mai. Selon Les Echos, elle ne devrait pas entrer en vigueur avant janvier ou juillet 2014, « le temps que les CAF modifient leurs systèmes d’information ».

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Lili 13 mars 2013 - 09:31

Et bien ça m’a l’air pas mal tout ça. Effectivement, l’offre de garde ne suit pas, et certaines femmes souhaitent passer 3 ans avec leurs enfants indépendamment de toute considération professionnelle alors pourquoi le leur interdire? C’est une liberté aussi, il faut désormais lutter pour que les hommes aient cette liberté en pratique (regard social, réaction de l’employeur…). Ne soyons pas esclave du boulot.

Souhaitons aussi que la réforme du congé paternité que vous évoquez aboutira, elle est un complément indispensable à celle du congé parental.

A-t-on un calendrier de mise au vote parlementaire?

Répondre
hic 13 mars 2013 - 14:19

« Du nouveau pour les mères, pas pour les mères »
J’ai du mal à comprendre ce titre 😀
Par ailleurs, je crois que l’on peut effectivement comprendre ce refus du gouvernement de diminuer la durée du congé parental par le simple fait de faire des économies et de ne pas trop investir dans la petite enfance… Sur le dos (et la bourse) des femmes, comme d’hab..

Répondre
arnaudbihel 13 mars 2013 - 14:28

« hic »
« Du nouveau pour les mères, pas pour les mères »
J’ai du mal à comprendre ce titre 😀

Vous avez sans doute mal lu. C’est écrit : « Du nouveau pour les pères, pas pour les mères »
Bon, d’accord, on a corrigé 🙂

Répondre

Laisser un commentaire