Accueil Culture Pénélope Bagieu remporte le plus grand prix de la BD

Pénélope Bagieu remporte le plus grand prix de la BD

par La rédaction

Nommée dans la catégorie « meilleure édition américaine » d’un ouvrage international, elle a reçu le prix Eisner de la bande dessinée pour « Culottées »

« C’est pas souvent dans ma vie que j’ai pleuré de joie, mais FUCK YEAH j’ai un Eisner (On verra demain matin si c’était pas un rêve. C’est fou. Mes petites culottées. J’y crois toujours pas.) », C’est ainsi que Pénélope Bagieu a annoncé l’événement sur Twitter. La créatrice de bande-dessinée a reçu la plus haute récompense mondiale : le très prestigieux prix Eisner remis au Comic-Con, festival mondial consacré à la « pop culture » à San Diego, en Californie. Ce prix récompense son ouvrage Culottées , dont les deux tomes ont été publiés en 2018 en anglais pour une sortie américaine.

Culottées racontent les vies de femmes qui font «voler en éclat les préjugés» : l’astronaute Mae Jemison, « la reine des bandits » Phulan ­Dev, Joséphine Baker ou encore la rappeuse afghane Sonita Alizadeh…

Une autrice de BD enfin reconnue ! Le New York Times publiait un article sur Culottées le 20 mars 2018 alors que ce journal prenait de haut la BD jusque-là. Et la BD s’est rapidement hissée numéro un du classement des best-sellers Amazon dans la catégorie jeunes adultes. Mieux : l’album est  disponible dans les bibliothèques universitaires new-yorkaises, signe de reconnaissance de la littérature graphique. En France, Gallimard avait publié les tomes 1 et 2 en 2016 et 2017. Mais les autrices ont mis beaucoup de temps à être reconnues par leurs confrères (voir : Aucune femme pour le Grand Prix d’Angoulême : les créatrices appellent au boycott)

Avant « les culottées », Pénélope Bagieu, avait créé un blog «Ma vie est tout à fait fascinante» qui raconte avec humour sa vie quotidienne. Lors du 40e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême, elle avait réalisé une exposition inscrite au programme officiel.

Autrice engagée, elle a aussi, après avoir rencontré Claire Nouvian, fondatrice de l’association Bloom en 2013, publié sur son blog une bande dessinée alertant le public sur les dangers du chalutage en eaux profondes. Elle invitait ses lectrices et lecteurs à signer une pétition de l’association qui a ainsi reçu des centaines de milliers de signatures. Il a fallu attendre 2016 pour que l’Union européenne prenne des dispositions contre ce fléau. (voir : Interdiction du chalutage en eaux profondes : la victoire d’une mobilisation citoyenne).

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire