Accueil Médias Place aux femmes ? Pas trop quand même !

Place aux femmes ? Pas trop quand même !

par Isabelle Germain

Couverture de MarianneDans son dernier numéro, Marianne consacre un dossier de 100 pages aux femmes… Mais le reste ne déroge pas aux habitudes.

« 100 pages garanties sans testostérone » annonce fièrement l’hebdomadaire Marianne pour présenter son numéro double à cheval sur 2016 et 2017. Et en effet, un épais dossier très bien fourni est entièrement consacré aux femmes « libres, combattantes (…) libertines. »

Le hic c’est que dans les pages qui précèdent ce dossier, Marianne traite l’actualité. Et cette actualité est, comme à l’accoutumée très testostéronée. Après deux chroniques écrites par deux hommes, les trois illustrations d’un sujet consacré à l’intégration de l’islam à la république affichent des assemblées masculines, les photos sont saisissantes !

Sujet suivant ? Les sarkozystes. Enorme photo avec 5 hommes, pas une femme. Et on n’en trouvera pas davantage citées dans le texte. Tournons la page : Marianne s’intéresse à l’OM, le club de foot marseillais. Là encore, pas de place pour les femmes. Moins évident au premier coup d’œil mais significatif néanmoins, dans une analyse sur les conséquences sanitaires des téléphones mobiles, la seule personne interviewée est un homme.

Enfin ! Dans un sujet sur « l’Amérique divisée », Marianne donne la parole à une femme, serveuse dans un bar. Mais celle-ci a le rôle habituellement dévolu aux femmes qui s’expriment dans les médias : juste un témoin d’un monde dont le destin se décide entre hommes.

Puis vient un article sur l’assassinat de l’ambassadeur russe en Turquie, les protagonistes sont des hommes encore. Dans une double page « Mieux vaut en rire », 18 sujets citent au total 23 hommes et 3 femmes. Viennent ensuite trois éditos signés par trois hommes avant les 100 pages consacrées aux femmes. Un dossier  qui ressemble bien à une session de rattrapage de l’année 2016. Hors dossiers spéciaux, les femmes n’ont toujours pas beaucoup de place soit parce qu’elles n’occupent pas les postes de « décideurs », soit parce que leurs activités n’intéressent pas ceux qui font les médias. (voir notre dossier Femmes à l’antenne)

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

5 commentaires

gomine 2 janvier 2017 - 11:57

ce qui ne va pas nous empêcher de souhaiter une bonne année à l’équipe des Nouvelles News !

Répondre
flo 2 janvier 2017 - 14:18

Petite visite impromptue -et instructive- du site web de Marianne à l’instant : en haut à droite un article sur « la gauche et le travail » illustré par 8 belles photos… d’hommes bien sûr, et en parallèle, la fameuse Une intitulée « Place aux Femmes »…
Le reste du journal en ligne est à l’avenant : pratiquement que des articles sur des hommes, Bayrou, Collard, Hollande, Fillon… Mais bon, Marianne et les femmes, c’est une histoire un peu compliquée non ? De Kahn et son « troussage de domestique » à Renaud Dély et ses ouvrages aux titres bien sexistes (« Sarkozy et SES femmes », « Hollande et SES deux femmes »), en passant par la direction entièrement masculine, on va pas s’attendre non plus à des miracles en matière de parité hein ?

Répondre
Lène 5 janvier 2017 - 09:28

La testostérone est produite aussi bien par les femmes que par les hommes. Les quantités diffèrent. Un peu de rigueur scientifique ne ferait pas de mal non plus!

Répondre
flo 5 janvier 2017 - 13:08

Bien vu… On attend le prochain Marianne entièrement consacré aux hommes (cela ne saurait tarder…) et en titre « garanti 100% sans œstrogènes » -ce qui manquerait également de rigueur scientifique je vous l’accorde 🙂

Répondre
mlfourel@yahoo.fr 5 janvier 2017 - 16:32

Tous les jours, dans Marianne ou Le Monde, le masculin est le centre d’intérêt. Hier, la une du Monde c’était « l’espèce humaine a-t-elle ses limites? » avec en dessin une file d’animaux allant du singe à l’espèce humaine pour en schématiser l’évolution, visiblement seuls des êtres mâles étaient représentés dans cette file… http://www.lemonde.fr/jelec/ouverture/?aaaammjj=20170104&cahier=QUO.
Certes dans le titre un effort a été réalisé : « espèce humaine » et non pas Homme sert à désigner notre espèce.
Imaginons tous ces journaux avec un déséquilibre inversé. Un plaisir non ?
Bonne année à toute l’équipe !

Répondre

Laisser un commentaire