Accueil Sans catégorie Une plainte pour viol toutes les 40 minutes. Et une plainte pour agression sexuelle toutes les demi-heures

Une plainte pour viol toutes les 40 minutes. Et une plainte pour agression sexuelle toutes les demi-heures

par Arnaud Bihel

Le nombre de plaintes pour viol a « bondi » de 18% en 5 ans, relève Le Figaro. Les Nouvelles NEWS observent aussi que le nombre de plaintes pour agression sexuelle a bondi, lui, de près de 50%.


C’est un chiffre largement repris par la presse ce mardi : le nombre de viols déclarés aux autorités – police et gendarmerie – a « bondi » de 18% entre 2010 et 2014. Le Figaro explique avoir « décortiqué les chiffres » de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) pour dresser ce constat. Les Nouvelles NEWS se sont à leur tour plongées dans les données (téléchargeables ici), pour observer des résultats quasi-identiques.

Le nombre de viols « constatés », sur la France entière, était de 10 735 en 2010, et de 12 752 en 2014, soit une hausse de 18%.

Les viols sur des mineur(e)s sont plus nombreux, et ont augmenté davantage :
de 5 741 à 6 931 entre 2010 et 2014. Les viols sur des majeur(e)s de 4 994 à 5 881.

Décortiquer les statistiques a permis aux Nouvelles NEWS de constater une hausse encore plus impressionnante : celle des « harcèlements sexuels et autres agressions sexuelles ».

Les plaintes enregistrées ont bondi de près de 50% en cinq ans, passant de 13 336 en 2010 à 19 475 en 2014.

Reste la question à laquelle il est impossible de répondre : ces chiffres traduisent-ils une augmentation des actes, ou plutôt une libération de la parole – voire un meilleur enregistrement des plaintes ? Les chiffres de 2014 (année qui marque la plus forte augmentation des déclarations) peuvent d’ailleurs aussi résulter de « changements de pratiques d’enregistrement statistique des procédures », relevait l’ONDRP en janvier. Tandis que le nombre de plaintes pour harcèlement ou agression sexuelle a quasiment doublé en 2012 en zone gendarmerie, ce qui peut être lié en partie à la mise en place d’un « nouvel outil d’enregistrement » des plaintes.

Il ne faut donc pas tirer de bilan hâtif des évolutions statistiques sur quelques années. Sans pour autant laisser de côté cet ordre de grandeur, que souligne Le Figaro : en 2014 en France, 33 viols ont été déclarés chaque jour, soit un toutes les 40 minutes en moyenne. Ajoutons donc : et chaque demi-heure est enregistrée une plainte pour harcèlement sexuel ou agression sexuelle.

Se souvenir aussi que, d’après l’enquête ‘Cadre de vie et sécurité’ de l’INSEE-ONDRP, seules 10% des victimes de viol ou de tentative de viol disent avoir déposé plainte.


Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Dénoncer un viol quand l’auteur est un proche

Dossier – VIOLENCES DE GENRE

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

3 commentaires

Monkeyman 11 août 2015 - 22:04

L’état est en partie responsable ! Et nous aussi !

Vers les années 1970, il refusa les conseils du biologiste et philosophe Henri Laborit qui demandait qu’on explique aux enfants, élèves, dès le primaire, les grandes lignes du mode de fonctionnement du cerveau : 1) La partie reptilienne et instinctive ; 2) la partie émotionnelle et le pilotage automatique -habitudes, conditionnements, culture- selon un processus analogique, en fonction des bons et mauvais souvenirs ; 3) le néocortex comparatif, analytique, imaginatif, capable d’abstraction, de symbolisme !

Par ex., faute de maîtrise du réseau émotionnel, même des gens « très bien », tels DSK, Bertrand Cantat, se sont conduits comme des prédateurs quoique victimes de leurs pulsions.

Plus fou encore !

En 2011, après l’affaire du Sofitel de New-York, personne, aucune journaliste femme ne profita de l’événement pour mettre les pieds dans le plat, pour crever l’abcès, c. à d. aborder le problème évoqué précédemment !

Et le comble, en 2007, les Français(e)s ont voté pour un candidat ayant déclaré, avant même la date du face à face, lors d’un entretien avec M. Michel Onfray : « Je n’ai jamais rien entendu d’aussi absurde que la phrase de Socrate : Connais-toi toi-même » (V. sur Internet Michel Onfray : Dans la peau de Nicolas Sarkozy )
Ce qui signifie en clair : C’est dieu qui nous guide ! Il suffit d’écouter ses messages, donc ses intuitions !

Amen !

Répondre
Monkeyman 11 août 2015 - 22:37

Les causes du refus de l’état ? !

Si on avait expliqué aux enfants que le ressort de l’épanouissement de notre Société de consommation (En 1970 ! Elle s’appelle maintenant plus directement et rapidement par son addiction : « Toujours plus ») est l’exploitation t. p. subtile des manques, frustrations, stress passagers, via la proposition t. p. alléchante de petits plaisirs compensatoires achetables, commerciaux, s’évaporant dès que consommés et incitant au renouvellement de l’opération (Jusque, dans l’idéal, la tombée en dépendance !), notre Société commerciale n’aurait-elle pas eu pas mal de soucis à se faire ? ! N’aurait-elle pas risqué de péricliter ? !

Répondre
flo 12 août 2015 - 16:04

Le problème du viol, c’est cette représentation permanente et complètement paradoxale dans nos têtes… Pour la plupart des femmes, crainte, hantise, douleur, honte… et pour beaucoup d’hommes fantasme, blagues, pornographie, et passage à l’acte pour certains. Voilà le vrai fléau, et personne ne bouge. TOUT VA BIEN

Répondre

Répondre à Monkeyman Annuler la réponse

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com