Polanski et l’impunité triomphante

Malgré les protestations, le réalisateur est toujours encensé par ses pairs et fait un pied-de-nez à ses adversaires “zinzin”.

Après Cantat à la une des Inrocks, Roman Polanski est la star d’une rétrospective qui lui est consacrée à la Cinémathèque française à Paris. Dans une ambiance « la honte doit changer de camp » consécutive à l’affaire Weinstein, les artistes inquiétés pour violences faites aux femmes n’entendent toujours pas se faire discrets. Et ils sont toujours soutenus par leur milieu.

Polanski, qui a fui les États-Unis pour ne pas avoir à répondre devant la justice d’un viol sur mineure, est accueilli comme un prince par Costa-Gavras. Le…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php