Accueil International Pour le climat, l’ONU appelle à placer les femmes « au cœur du processus décisionnel »

Pour le climat, l’ONU appelle à placer les femmes « au cœur du processus décisionnel »

par La rédaction

La 66ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW) de l’ONU revient aux fondamentaux.

« Lorsque les catastrophes climatiques frappent, comme elles le font de plus en plus fréquemment, les recherches montrent que les femmes et les enfants ont jusqu’à 14 fois plus de risques de mourir que les hommes » a rappelé António Guterres le Secrétaire général de l’ONU, en lançant les travaux de la 66ème session de la Commission de la condition de la femme (CSW), lundi dernier.

Cette nouvelle session est placée sous le thème : « changement climatiques – environnement – réduction des risques de catastrophe : l’égalité des sexes au centre des solutions ».

Mais le secrétaire général doit encore le rappeler : « Partout, ce sont les femmes et les filles qui font face aux plus grandes menaces et subissent les préjudices les plus graves. Partout, les femmes et les filles passent à l’action pour lutter contre les crises climatiques et environnementales. Et partout, les femmes et les filles continuent d’être largement exclues des lieux de prise de décisions », a-t-il précisé. L’ONU martèle ce message depuis des années (lire CHANGEMENT CLIMATIQUE : POUR L’ONU, LES FEMMES SONT EN PREMIÈRE LIGNE en 2009)

Mais dans le cadre de la Convention sur les changements climatiques (CCNUCC), du Protocole de Kyoto et de l’Accord de Paris, les femmes occupent seulement un tiers des rôles décisionnels. Et elles ne représentent que 15% des ministres de l’Environnement.

La situation s’est détériorée avec la crise du Covid-19 les éloignant encore des lieux de décision. « Des millions de femmes ont été mises au chômage et confrontées à un ‘choix impossible’ entre gagner un revenu ou apporter des soins de façon non rémunérée mais essentielle, tandis que des millions de filles ayant quitté l’école ‘pourraient ne jamais y retourner’».

« L’égalité des sexes et les droits des femmes doivent être au cœur d’un contrat social renouvelé, adapté aux sociétés et aux économies d’aujourd’hui », a-t-il affirmé.

Des sociétés « pacifiques et résiliantes » 

Alors la CSW a du pain sur la planche pour faire en sorte que soit suivi l’Agenda 2030 pour les objectifs de développement durable (ODD). En juillet prochain, un Forum politique de haut niveau examinera les progrès de la mise en œuvre des ODD, aux côtés d’autres objectifs mondiaux.

Pour l’ONU, la lutte contre le dérèglement climatique, la paix dans le monde et l’égalité des sexes sont liés. Donner davantage de leadership aux femmes « n’est pas seulement une question de justice », mais la participation des femmes aux décisions est essentielle pour créer des communautés et des sociétés « pacifiques et résiliantes ». « Nous ne pouvons pas séparer l’état périlleux de la paix dans notre monde des structures de longue date du patriarcat et de l’exclusion », a affirmé António Guterres, citant l’invasion de l’Ukraine par la Russie comme « une autre démonstration claire de cela partout ».

Inger Andersen, Directrice exécutive du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), a déclaré que le monde en avait « assez des solutions dominées par les hommes » et affirmé qu’il était « essentiel » que les femmes soient placées « au cœur du processus décisionnel » pour redynamiser le multilatéralisme environnemental.

Lire aussi dans Les Nouvelles News:

JOUR J POUR LES NOUVEAUX OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT

NOUVEL APPEL POUR “DONNER PLUS DE VOIX” AUX FEMMES À L’ONU

POUR ONU FEMMES, IL FAUT “UNE RÉVOLUTION POUR QUE CHAQUE FEMME ET CHAQUE FILLE COMPTENT”

EN 2030 AUCUN PAYS AU MONDE N’AURA ATTEINT L’ÉGALITÉ DES SEXES

FEMMES ET CLIMAT : LA COP23 ADOPTE UN “PLAN D’ACTION GENRE”

Laisser un commentaire