Accueil International Pour soutenir les Afghanes, appels à la communauté internationale

Pour soutenir les Afghanes, appels à la communauté internationale

par La rédaction

Alors que les mesures contre les femmes s’accumulent, la communauté internationale est appelée à ne pas reconnaitre le gouvernement taliban, à refuser aux hommes les compétitions sportives sans équipes féminines de leur pays…

Les nouvelles en provenance d’Afghanistan sont terrifiantes comme on pouvait s’y attendre. La sape des Droits des femmes a été encore augmentée par cette scène de 300 femmes manifestant leur soutien au régime taliban, entièrement voilées, en noir, dans une université de Kaboul.  Quand les victimes de l’oppression défendent leurs oppresseurs et s’en prennent aux autres victimes… Certaines d’entre elles avait revêtu la burqa, un voile intégral avec une grille au niveau des yeux dont le port était obligatoire pendant les années de plomb (1996-2001) et de nombreuses femmes portaient des gants noirs, ont constaté des journalistes de l’AFP. Une mise en scène que les talibans veulent montrer au monde pour faire oublier les courageuses Afghanes qui protestent aux cris de « Liberté, liberté », « Résistance » ou postent des photos d’Afghanes habillées de tenues traditionnelles colorées avec les hastags #DoNotTouchMyClothes et #AfghanistanCulture. 

Les talibans veulent effacer les femmes de l’espace public. Ils ont présenté un gouvernement qui devait être « inclusif »… Mais ne compte pas une seule femme. Et les restrictions des Droits des femmes tombent. Pour aller à l’université, elles devront désormais porter l’abaya, un voile couvrant leur corps, et un niqab, ne laissant apparaître que leurs yeux. Les salles de classe mixtes, seront coupées en deux par un rideau, les femmes d’un côté et les hommes de l’autre. Et à la fin des cours, les étudiantes devront attendre que les hommes aient quitté la pièce pour sortir.

Et plus question pour elles de faire du sport, les talibans ayant peur que cela ne les expose à laisser voir leur visage et leur corps ce qui est contraire à la charia.

Que peut faire la communauté internationale ? La chroniqueuse sport d’Europe1, Virginie Phulpin appelle les instances internationales sportives à ne rien lâcher. « Le cricket est un sport majeur en Afghanistan depuis les années 2000. Il se trouve que l’équipe nationale masculine a plusieurs matches prévus cet automne. Or, le conseil international du cricket exige que ses membres aient une équipe féminine. Il ne faut rien lâcher sur cette règle. Puisqu’il n’y a plus d’équipe féminine, l’équipe masculine ne doit pas pouvoir disputer ces matches internationaux. Point barre. » lance la chroniqueuse. Idem pour les JO 2024. « En fait, l’Afghanistan doit être exclu de toute compétition sportive internationale tant que les femmes sont interdites de sport» ajoute-t-elle.

Plus largement, une pétition « préventive » lancée par nos ami.es du magazine Femmes ici et ailleurs demande « au chef de l’État d’affirmer que la France ne reconnaîtra pas le gouvernement taliban, comme notre pays l’avait fait en 1998, sous le précédent règne des maîtres de Kaboul. » La pétition est claire : « En affirmant  que la France ne reconnaîtra pas le gouvernement taliban, vous apporterez l’appui de notre pays aux figures de cette résistance, aux femmes qui manifestent dans les rues des villes afghanes, à Ahmad Massoud, chef du Front national de la résistance afghane (FNRA), fils du Commandant Ahmed Chah Massoud, dont la tombe vient d’être profanée par les talibans, vingt ans après sa mort, ou à Shoukria Haidar, présidente de l’association Negar – Soutien aux femmes d’Afghanistan, qui avait organisé en 2000 la conférence de Douchanbé, au Tadjikistan, réunissant plusieurs centaines de femmes et avait diffusé la « Déclaration des droits fondamentaux des femmes afghanes », texte si essentiel alors pour faire connaître au monde le sort réservé aux Afghanes par les milices talibanes » 

A l’Assemblée Nationale également, un collectif de solidarité avec les femmes afghanes demande au Président de la République de ne pas reconnaître le régime des talibans. Initié par l’ancienne ministre des Sports, Marie-George Buffet, ce collectif réunit une dizaine d’associations et de personnalités du monde du sport. Beaucoup d’entre eux faisaient partie de l’association « Afghanes, Afghans », au début des années 2000, et s’étaient rendus à Kaboul pour promouvoir l’accès au sport pour les femmes. Un terrible air de déjà vu…

Une nouvelle manifestation « Pour les droits des femmes, la paix, la liberté et l’égalité en Afghanistan. Soutenons la résistance contre les talibans » est organisée le 19 septembre à 13H30 à Paris.

Ecoutez la Lettre à une femme afghane d’Anne-Cécile Mailfert, Présidente de la Fondation des Femmes le 3 septembre 2021.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LES AFGHANES ET L’INTROUVABLE DIPLOMATIE FÉMINISTE

 

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com