Accueil Société Promo sur le « troussage de domestiques »

Promo sur le « troussage de domestiques »

par Isabelle Germain

pub sexisteUne publicité d’un voyagiste propose une promo « service de chambre inclus », allusion à « l’affaire DSK »… Puis la publicité est retirée après plusieurs protestations.


Sur la photo, une femme de chambre de dos, debout devant un lit, les mains dans le dos. Et cette accroche : « hôtel en France, jusqu’à moins 50 %, service de chambre inclus. »  Ça devait arriver… L’affaire DSK a inspiré cette pub.  « C’est la blogueuse de « le féminin l’emporte », chienne de garde de son état, qui sort l’info. Et précise-t-elle, lorsqu’on clique sur la photo, le nom qui apparaît est « fbp_dsk_bis_01 ». 

Avec « l’affaire DSK » et sa minimisation par les « intellectuels » sur fond de « il n’y a pas mort d’homme » et « troussage de domestiques », un début de commencement de prise de conscience du machisme ambiant semblait se faire jour. Certains médias sont même passés pas très loin de la repentance… Un collectif d’associations a publié un manifeste et organisé un rassemblement le 22 mai pour dire qu’il était temps d’en finir avec ces mots qui banalisent la violence faite aux femmes et la misogynie. Des mots qui font mal aux femmes. Et patatras, voici que des images prennent le relais des mots avec cette pub à base de stéréotype sexiste voire d’incitation au viol.

Laurence Parisot, la présidente du Medef, dans sa croisade contre le sexisme veut enfin s’attaquer aussi à la publicité. Vaste programme ! Si le sexisme de certaines de nos publicités françaises choquent souvent les étrangers, en France, il reste perçu comme un trait d’humour et les associations qui le dénoncent sont souvent décriées… Y aura-t-il un avant et un après DSK sur la pub  ?

AJOUT en fin de journée : Suite à des protestations, Lastminute renonce… Sans comprendre pourquoi

Sur facebook, le voyagiste fait répondre ce que répondent le plus souvent les auteurs de publicités sexistes, sans se remetre en question :

« Notre intention n’était en aucun cas de porter atteinte au métier de femme de chambre. Il est vrai que nous avons toujours eu un ton impertinent et décalé dans notre communication, nous nous sommes laissés emporter par notre créativité et le regrettons sincèrement. Nous avons retiré immédiatement cette newsletter de nos serveurs. Nous avons noté que cette communication vous a choquée, et nous nous en excusons sincèrement. » 

Analyse de texte :

Le voyagiste ne voulait pas porter atteinte au métier de femme de chambre. Il ne manquerait plus que ça et ce n’est pas ce qui lui est reproché.

Nous avons toujours eu un ton impertinent et décalé et nous nous sommes laissés…. créativité...J’en profite pour faire mon auto promotion. C’est créatif et impertinent de surfer sur le beaufisme et le sexisme ambiant ?

Nous le regrettons sincèrement... ça ne mange pas de pain

Nous avons noté, nous nous en excusons...: la marque s’excuse (et ne présente pas ses excuses, mais on n’est jamais si bien servi que par soi même) A aucun moment la marque ne reconnait qu’elle contribue à alimenter la banalisation des violences sexistes. Ses « excuses » ressemblent furieusement à celle faites par Babette « je la lie, je la fouette et parfois elle passe à la casserole » au début des années 2000. « C’est de l’humour ! » . Oui, sauf qu’on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui. Et notamment pas avec les types qui tabassent leurs femmes ou se croient tout permis avec les femmes de chambre… Et à entendre les témoignages récents, il y en a beaucoup plus qu’on ne le croît.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

16 commentaires

Isa 28 juin 2011 - 11:27

Une responsable de la page facebook de last minute, Julie, répond à plusieurs critiques en s’excusant platement, et en affirmant que la pub a immédiatement été retirée de leur site. Victoire ?

Répondre
Martin Dufresne 28 juin 2011 - 16:46

Oui, victoire. 😛 Il ne faut tout de même pas s’attendre à des excuses authentiques de la part de publicitaires; la moralité, connaissent pas… Mais la peur de se planter, de discréditer leur client et leur propre réputation dans le milieu, ça oui, ça marche… quoi qu’en disent les pessimistes qui prétendront, comme d’hab, que c’était un coup de pub délibéré et que nous avons « fait leur jeu ».
Bravo et merci à toutes celles et ceux qui ont protesté, 😆

Répondre
GonzagueJD 28 juin 2011 - 18:00

Voir aussi dans le même style abject « le viol c’est rigolo », le magazine Entrevue de juin nous offre l’écriteau DSK à accrocher à notre porte d’hotel, avec la mention « Do not disturb », la photo du violeur présumé et le numéro de sa suite.

Répondre
Alexia 28 juin 2011 - 18:09

c’est marrant cette habitude de confondre humour et sexisme…

Répondre
Lirelle 28 juin 2011 - 18:14

Super d’avoir aussi parlé de cette horrible pub ! je vais mettre le lien de l’article sur les 2 blogs… ça donne une analyse + le résultat ;o)
(Lirelle / Emelire du féminin l’emporte)

Répondre
Gastlag 28 juin 2011 - 19:57

Avez vous remarqué la dernière saillie de Rue89 en collaboration avec Catherine Millet et « Le Yéti » ? Ça donne ça :

http://www.rue89.com/2011/06/24/dix-ans-apres-catherine-millet-vous-reparle-de-sexe-et-damour-210817

http://www.rue89.com/yeti-voyageur/2011/06/28/retour-sur-linterview-de-c-millet-un-viol-est-il-une-souffrance-surmontable

Citations :

« Même Libé titre en une que la France est en retard dans la
condamnation du harcèlement sexuel !

C’est après l’affaire DSK…

Oui. Le Libé que j’ai connu il y a longtemps était plus ouvert sur
les questions de mœurs.

Autour de moi, je n’ai entendu personne qui soit scandalisé par cette
affaire, pas même une femme. Tout le monde a pris ça plus ou moins à
la rigolade ou comme Jack Lang (« il n’y a pas mort d’homme »).

[…]

Pourtant, on assiste à une judiciarisation du sexuel.

Les gens qui ne partagent pas mon point de vue libéral sur le sexe
peuvent se sentir plus agressés que jamais par ce qui leur apparaît
comme une libération sexuelle générale de la société. Ils réagissent
en déposant des plaintes.

[…]

Cette libération de la parole depuis l’affaire DSK, vous la trouvez
exagérée ?

Je voudrais comprendre par quelles voies sont passées celles qui d’un
coup se souviennent qu’un jour DSK les a agressées sexuellement.
Pourquoi n’ont-elles pas parlé plus tôt ? Ne les a-t-on pas un peu
poussées ? « Toi aussi un jour, il t’a mis la main aux fesses, toi
aussi parle ». Je suis sceptique, je ne suis pas certaine que ce soit
significatif.

Être permissif en 2011, ça a évolué ?

Il y a peu de chance. C’est dur aujourd’hui.

Répondre
Gastlag 28 juin 2011 - 19:59

(suite des citations)

Comment articulez-vous libertinisme et féminisme ?

Olala ! On n’en a pas encore parlé. Cette affaire révèle le féminisme
dans ses pires aspects. Les femmes apparaissent comme des êtres très
faibles qui ont besoin de la protection d’un juge contre tous les
hommes qui risquent de les agresser.

Plutôt que de créer des associations pour aider les femmes à déposer
des plaintes et payer des avocats, les féministes feraient mieux de
leur apprendre à considérer ces agressions sexuelles avec une
certaine distance, à les relativiser, à renforcer leurs « défenses
naturelles ». Il faut aider les femmes à être fortes par elles-mêmes
plutôt qu’en se réfugiant derrière la loi.

Vous voulez dire qu’on exagère le traumatisme que provoque une
agression sexuelle ?

Oui, complètement. J’en avais parlé il y a longtemps avec Christine
Angot, qui est devenue célèbre avec un roman évoquant la relation
incestueuse imposée par son père, « L’Inceste ». Elle trouve atroce
l’entourage des filles violées et notamment, victimes d’un inceste,
et qui les entretiennent dans ce traumatisme par des procès intentés
des années après.

Au contraire, on devrait leur dire :

« La chose a eu lieu, elle ne t’a pas marqué de façon indélébile,
tu peux vivre ta vie dans un autre habit que celui de la jeune
fille victime d’un viol. »

Je risque de choquer, mais je ne comprends pas les femmes qui se
disent traumatisées, sévèrement traumatisées par un viol.

Une agression, c’est toujours traumatisant, bien sûr si le viol s’est
fait avec violence, si vous risquez de perdre votre intégrité
physique. Mais s’il n’y a pas eu ce genre d’agression, de menaces
avec une arme, de coups, c’est un traumatisme qu’on peut surpasser
comme n’importe quelle violence ordinaire.

Répondre
Gastlag 28 juin 2011 - 20:00

(suite et fin des citations)

Avez-vous été vous-même victime d’un viol ?

Non, et j’espère que cela ne m’interdit pas d’avoir une opinion sur
la question ! Je pense que s’il m’était arrivé de me voir imposer un
acte sexuel – et après tout, ça m’est peut-être arrivé, et j’ai
oublié -, j’aurais laissé faire en attendant que ça se passe, et je
m’en serais tirée en me disant que c’était moins grave que de perdre
un œil ou une jambe. Je ne me serais pas sentie atteinte. Ma personne
ne se confond pas avec mon corps.

On se dit que si on ne porte pas plainte, le type va s’en prendre à
quelqu’un d’autre.

D’accord, mais tout dépend de la gravité de l’acte. Toujours Libé, ma
lecture favorite du matin : un représentant de la mosquée fréquentée
par la femme agressée par DSK dit qu’elle est « tachée à jamais ».
Mais non, elle n’est pas tachée ! Elle n’a pas été victime d’un
accident qui la fera boiter toute sa vie…

C’est une autre composante de notre société, l’islam.

Mon opinion est qu’une femme née dans cette culture-là doit s’en
libérer. C’est tout. Je ne vois pas pourquoi dans nos sociétés qui
étaient jusqu’à une époque récente des cultures judéo-chrétiennes,
pourquoi on rejetterait la morale catholique pour accepter la morale
de l’islam. Je suis contre.

Les catholiques sont plus malins. Ils sont plus facilement dans la
transgression, ils sont plus hypocrites, plus tartuffes. De plus, ils
distinguent l’âme du corps : dans « La Cité de Dieu », Saint Augustin
écrit :

« Tant que se maintient ferme et inchangée cette volonté
[vertueuse], rien de ce qu’un autre peut faire du corps ou dans
le corps, et qu’on ne peut éviter sans pécher soi-même,
n’entraîne de faute pour qui le subit… » »

Répondre
isabelle germain 29 juin 2011 - 07:23

Oui, j’ai remarqué… Que dire ?! Rappelons : un viol est un crime. Et je n’ai jamais rencontré de personne ayant été violées dire qu’elles avaient pensé à autre chose et que ce n’était pas si grave…

Répondre
Augustine 29 juin 2011 - 15:02

Merci de nous avoir alertés, je viens de faire un mail à l’entreprise afin de me désabonner de leur newsletter en expliquant les raisons.
Ne lachons rien.

Répondre
Isa 30 juin 2011 - 07:50

Pour ce que j’en vois, ils l’ont bien retirée.

Répondre
Jean de BONY 30 juin 2011 - 08:50

Elections présidentielles !

les femmes doivent accéder au pouvoir non pas en vertu de leur quantité (50% de l’humanité)

mais en raison de leur qualité (intégrité, sens de l’intérêt commun, etc.)

en revanche 33° des femmes et 66% des hommes ont des mains chaudes…

et 100% des hommes et des femmes de pouvoir ont des mains chaudes.

il faut donc promouvoir vers le pouvoir les femmes aux mains chaudes sinon elles risquent d’exploser en vol.

En effet les personnes aux mains froides ont besoin de sécurité
et celles aux mains chaudes sont autonomes.

DECOUVREZ POURQUOI
http://www.youtube.com/watch?v=hbHZl598ZNk

JEAN DE BONY
http://www.jeandebony.comhttp://www.toutdanslesmains.com

Répondre
humour 30 juin 2011 - 15:16

Bonjour,
Cette pub me paraît plutôt amusante, humour par rapport à ce qui est supposé s’être passé à l’hôtel Sofitel. Car nous en sommes toujours aux suppositions.
En revanche il y a une pub bien plus pernicieuse et pas amusante du tout à mon goût c’est celle d’une jeune femme avenante qui se fait raccompagner en voiture (je ne sais plus laquelle mais c’est l’objet de la pub) et pour remercier le jeune homme, elle lui demande s’il veut « monter ». Ceci avec un air innocent et naturel qui montre une évidence de tempérament pute absolument révoltant.
Les féministes qui se scandalisent de la plaisanterie énorme du service chambre, n’ont apparemment pas vu cette pub bien plus violente.

Répondre
JF 3 juillet 2011 - 07:23

« humour »
Bonjour,
Cette pub me paraît plutôt amusante, humour par rapport à ce qui est supposé s’être passé à l’hôtel Sofitel. Car nous en sommes toujours aux suppositions.
En revanche il y a une pub bien plus pernicieuse et pas amusante du tout à mon goût c’est celle d’une jeune femme avenante qui se fait raccompagner en voiture (je ne sais plus laquelle mais c’est l’objet de la pub) et pour remercier le jeune homme, elle lui demande s’il veut « monter ». Ceci avec un air innocent et naturel qui montre une évidence de tempérament pute absolument révoltant.
Les féministes qui se scandalisent de la plaisanterie énorme du service chambre, n’ont apparemment pas vu cette pub bien plus violente.

Un « tempérament pute »? C’est vous qui l’avez. Je ne me suis pas senti obligé d’y voir une rétribution, pour ma part. Le mec semble correct, ils ont le temps de sympathiser dans la voiture, il lui plait (… aussi parce qu’il a la bonne voiture, on est quand même dans une pub), donc elle lui propose de passer la nuit chez elle. En gros, une femme qui vit sa sexualité comme elle l’entend. Je ne vois vraiment pas le problème.

De l’autre côté, on a une femme présumée agressée, et la suggestion autrement plus violente d’une prostitution « service compris » à l’hôtel. Trouver cette pub drôle et l’autre révoltante, ça me dépasse un peu.

Répondre
Berenice 29 octobre 2011 - 11:32

« Gastlag »

(…)
Une agression, c’est toujours traumatisant, bien sûr si le viol s’est
fait avec violence, si vous risquez de perdre votre intégrité
physique. Mais s’il n’y a pas eu ce genre d’agression, de menaces
avec une arme, de coups, c’est un traumatisme qu’on peut surpasser
comme n’importe quelle violence ordinaire.

Toi, on va te violer, torturer, te faire bouffer de la m**** et après tu seras prié de prendre ça avec un peu de distance et de pas aller porter plainte, suffit juste que tu penses à autre chose pendant qu’on te fait subir les pires horreurs…
Je te le souhaite, tu le mériterai,
bonne continuation.

Répondre

Laisser un commentaire