Accueil Politique Prostitution : la pénalisation des clients, « une question de semaines »

Prostitution : la pénalisation des clients, « une question de semaines »

par Arnaud Bihel
Campagne du Mouvement du Nid en 2007

Campagne du Mouvement du Nid en 2007

Les députés ont adopté en troisième lecture la proposition de loi sur la prostitution, et sa mesure controversée de pénalisation des clients. Le texte est sur le point d’achever un parcours législatif de deux ans et demi.


 

 « L’aboutissement de cette loi est proche », se réjouit la secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes. L’adoption définitive de la proposition de loi sur la prostitution « est une question de semaines », renchérissent les député.e.s qui l’ont portée, Catherine Coutelle, Maud Olivier (PS) et Guy Geoffroy (LR).

L’Assemblée nationale a en effet adopté en troisième lecture, mercredi 3 février, cette proposition de loi de « lutte contre le système prostitutionnel », à une large majorité. Un troisième et avant-dernier passage devant les députés, après un parcours législatif de près de deux ans et demi. « C’est le lot des textes qui opèrent un véritable changement sociétal », remarque Maud Olivier

Jusqu’au bout, depuis ses débuts législatifs à l’automne 2013, le texte aura opposé la majorité de l’Assemblée nationale et celle du Sénat sur un point précis : la pénalisation des clients de personnes prostituées. Objectif affiché : les responsabiliser et faire reculer la demande. Selon les articles 16 et 17 de la proposition de loi, les clients seraient passibles d’une contravention et devraient suivre un stage de sensibilisation

Tout au long des débats les députés sont apparus en majorité favorables à cette mesure, les sénateurs opposés. Lors du troisième examen du texte à l’Assemblée nationale, seul le groupe écologiste a défendu des amendements visant à supprimer les articles sur la responsabilisation des clients. Et tout au long du parcours législatif les positions n’auront pas évolué. Pas plus d’ailleurs à l’extérieur du Parlement, où deux camps s’opposent.

Voir : Dans le vif du débat sur la prostitution

Après cette troisième lecture par l’Assemblée nationale, le texte va revenir une dernière fois devant le Sénat. Si les sénateurs, comme c’est probable, rejettent à nouveau la mesure qui fait débat, une quatrième et ultime lecture donnera le dernier mot à l’Assemblée. Pour Guy Geoffroy, « nous pouvons avoir une certitude : dans quelques semaines, peut-être moins, le travail engagé il y a cinq ans avec Danielle Bousquet sera achevé dans les conditions et termes que nous avions souhaités ».

La responsabilisation des clients est présentée comme l’un des quatre « piliers » de la loi, qui prévoit également des moyens de lutte renforcée contre le proxénétisme, la fin du délit de racolage et l’accompagnement de la sortie de prostitution.

 

Lire aussi : notre dossier – PROSTITUTION

 

4 commentaires

flo 4 février 2016 - 12:46

Et si, pour illustrer un article sur la prostitution, on utilisait des photos de prostitueurs ou de souteneurs pour changer ? Je peux éventuellement fournir quelques clichés 🙂
Ceci dit, je n’ai rien contre Toulouse Lautrec… et loin de moi l’idée de critiquer le formidable travail des NN… Mais il se trouve que je suis vraiment très agacée de l’utilisation systématique de photos de femmes dénudées, plutôt jeunes et gracieuses, pour illustrer les articles sur la prostitution dans les médias. Cela nourrit à mon sens le fantasme, en occultant le sordide. Un peu comme si les articles traitant de la guerre étaient illustrés uniquement par les têtes hilares des vainqueurs…

Répondre
taranis 4 février 2016 - 13:15

Tout à fait, Flo cela ma parait totalement contreproductif pour la position abolitionniste, d’illustrer sans cesse la prostitution avec le coté glamour, les belles petites femmes de Paris et d’ailleurs….ce que nous dénonçons, c’est bien le sordide, c’est les trafics d’êtres humains ou tout simplement l’exploitation du corps de femmes par des contraintes économiques sans barrières et sans scrupules… La vraie face, comme d’habitude, est infiniment plus dérangeante. Chaque jour, les personnes prostituées nous font le récit des agressions, des injures, des humiliations, des menaces dont elles sont victimes. Les premiers agresseurs ? Les « clients ». Il est invité à fanfaronner sur les plateaux de télévision. La main sur le cœur, il le jure. Il est respectueux, attentif à autrui et ne fait que perpétuer l’esprit libertin si cher au peuple de France et si nécessaire à sa culture. Alors pourquoi ce n’est pas eux les Stars alors que les femmes sont leurs instruments, quel intérêt à photographier une trompette ou un tambour ?? Sauf bien sûr pour le musicien

Répondre
Lora 9 février 2016 - 17:13

Je déplore également l’illustration de ce sujet par une toile de Toulouse Lautrec, client prostitueur ordinaire, qui a là peint une femme prostituée, n’en doutons pas.
Mort de la syphilis, après avoir contaminé combien de femmes prostituées?
Une photo de Philippe Caubère, ou d’Antoine, ou de Frédéric Beigbeder, parmi d’autres, ça se trouve facilement.

Répondre
Zuzanna Jablonska 10 mars 2016 - 12:31

@flo @taranis @Lora
Vous avez raison, merci de l’avoir remarqué. L’illustration est changé.
@Lora : Concernant les photos de Philippe Caubère ou de Frédéric Beigbeder, ça ne se trouve pas si facilement parce que nous avons besoin des photos libres de droits.

Répondre

Laisser un commentaire