Accueil Politique & Société Quand la gratuité des protections hygiéniques hérisse les poils

Quand la gratuité des protections hygiéniques hérisse les poils

par La rédaction

« Tampon Mona Lisa », par Dave Morris (2005)

Et nos rasoirs ? Nos préservatifs ? Halte aux abus !…  L’annonce de la gratuité des protections hygiéniques pour les étudiantes a suscité des commentaires pleins de haine. Florilège.

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a annoncé mardi 23 février que les protections hygiéniques seraient distribuées gratuitement dans les universités à la rentrée prochaine. Les protections hygiéniques seront mises à disposition dans les résidences universitaires des Crous et les services de santé universitaires. 1500 distributeurs sont attendus. La ministre répond ainsi partiellement à des revendications d’associations féministes qui ont réussi à obtenir, en 2015, la TVA à taux réduit sur ces produits. Ces associations n’ont pas fini de lutter contre la précarité menstruelle. La décision du gouvernement intervient près de 2 ans après la rencontre de mai 2019 : «Précarité, composition : quelles innovations pour les femmes ? »  qui était restée sans effet jusqu’ici.  

Largement annoncée dans les médias, cette décicion suscite beaucoup de commentaires dont certains fleurent le sexisme. Une petite partie des commentaires disent que la mesure ne résoudra pas le problème de la précarité des étudiant.es aggravée par la pandémie, d’autres reprochent au gouvernement de ne pas promouvoir des protections hygiéniques plus écologiques genre cup et culotte menstruelle, d’autres encore accusent la ministre de vouloir refaire son image après la polémique sur l’islamo-gauchisme. Mais la majorité des commentaires… se passent de commentaires.

Voici un tout petit échantillon de ce qu’on peut lire sur Twitter et sous les articles de certains journaux, en réaction à cette annonce. Nous avons gardé les fautes d’orthographe et le style fleuri des propos.

  • Catégorie « comparons ce qui n’est pas comparable »  :
    « On n’a pas encore parlé de la précarité des hommes obligés d’acheter des lames de rasoir ! C’est inadmissible », «  j’en peux plus de ce pays et pourquoi pas les rasoirs pour les hommes dont les lames coutent hyper cher! », ou encore « Pff et des rasoirs pour les mecs non? »
    Ce à quoi une internaute  répond : « Les hommes n’ont pas le monopole du rasoir, vous pensez que les poils de chattes tombent tout seul ? vous savez combien ça coûte pour une meuf l’entretien de sa pilosité + la gestion de ses menstrues ? Merci de vous battre pour de vraies causes. »
    Dans la même catégorie : « Je veux des mouchoirs GRATUITS pour quand je me masturbe aussi… Une boite de douze par jour… »
    Ou encore : « et nous on paye plus le resto et le ciné si y a les ragnagna voilà… »
    Sans compter que « L’homme doit absorber 25% de kcalories supplémentaires pour survivre. Comme la menstruation, il a rien demandé à personne. À quand le remboursement du surplus caloriques!?  »
    Et bien sûr : « Et les préservatifs »

  • Catégorie « les règles sont un loisir ».
    « Et leurs bières aux terrasses des cafés, et plus encore, les joints qui doivent être fumés, en toute clandestinité … Pardonnez moi, je suis aigrie, mais n’a-t-il pas d’autres problèmes à régler ? Et les parents, la famille ne sont plus là pour élever et subvenir aux besoins ? » 

    https://twitter.com/Christianehaze/status/1364274919530520587

     

  • Catégorie « abus », une catégorie qui semble dépasser les autres
    Un internaute qui manie l’insulte : « Bande de connes on parles de milliards par an pour vous rembourser, sans imaginer les énormes abus qu’il va automatiquement il y avoir Vous entendez les hommes pleurer car ils doivent payer 30% de nourriture en plus pour subsister ? »
    ValérieCG répond « J’adore les gens persuadés que les femmes vont “abuser” avec la gratuité des protections menstruelles. absolument on va se coller 3 serviettes et 4 tampons à la fois pour BIEN profiter. »
  • Et puis beaucoup, hors catégorie, victimisent les hommes :
    « toujours à faire pleurer les chaumières sur les femmes alors qu’en réalité ceux qui sont le plus dans la précarités chez les étudiants ce sont les garçons. et c’est d’ailleurs la même chose après ce sont les hommes qui subissent le plus les conséquences des crises. »

La lutte contre la précarité menstruelle est toujours loin d’être une évidence. L’association Georgette Sand qui a mené, avec d’autres, le combat qui a abouti à cette victoire dit rester vigilante. «Le travail de mobilisation fut long et pénible, depuis les premières années où les fonctionnaires de Bercy semblaient ne pas comprendre le caractère essentiel des produits menstruels, qui leurs semblaient de l’ordre du luxe (pour certains hauts fonctionnaires, il suffisait de « se retenir ») à aujourd’hui où l’annonce semble contrarier de nombreux internautes et enthousiasmer un certain nombre de partis dont nous découvrons aujourd’hui le profond engagement sur le sujet :)» 

Lire aussi dans Les Nouvelles News

Taxe tampon, question réglée

Taxe tampon : 10 liens saignants sur les règles

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com