Accueil Culture Quand la mode fait du sexisme dans le dos des femmes

Quand la mode fait du sexisme dans le dos des femmes

par Isabelle Germain

L’exposition « Back Side, dos à la mode » sublime la beauté des dos et révèle le sexisme des tenues que l’industrie de la mode sert aux femmes.

« Dans les sociétés occidentales, seules les femmes ont des vêtements fermés dans le dos. » C’est le constat que fait le catalogue de l’exposition Back Side/Dos à la mode à voir dans le magnifique musée Bourdelle dans le quartier Montparnasse à Paris jusqu’au 17 novembre. Et de poursuivre : « rares sont les vêtements masculins qui dans l’histoire de la mode se ferment dans le dos. À moins que cela ne soit pour des raisons médicales dans le cas des camisoles de force. Ici le dos symbolise la soumission à l’autre. »

Le commissaire de l’exposition, Alexandre Samson, responsable des collections contemporaines au Palais Galliera, a voulu, dans cette exposition, aborder «  les liens du corps au vêtement d’un point de vue social et psychologique » et interroger « la perception que nous avons de notre dos et de celui des autres. » Les dos puissants et musclés des sculptures d’Antoine Bourdelle contrastent avec la fragilité des dos des mannequins le long d’un parcours thématique qui va du « dos absent » des défilés de mode dont les images se figent sur des mannequins de face, au « dos marqué » (dossard avec le nom des sportifs ou de marque) en passant par le « regard » du célèbre photographe de mode Jeanloup Sieff.

Comme dans beaucoup d’expositions, les auteurs des œuvres sont des hommes tandis que les femmes sont des créatures qu’ils modèlent. L’homme est créateur, la femme est sa créature démontrait Mona Chollet dans Beauté Fatale.

Le thème de l’exposition « dos contraint » montre que la mode n’a pas épargné les femmes : le laçage dans le dos au XVème siècle n’était pas seulement prévu pour les bourgeoises qui avaient une femme de chambre. Les paysannes aussi s’accoutraient ainsi et devaient se faire aider par leur mari, père, frère… Au XVIIIème siècle apparaissent les agrafes, au XIXème les corsets se ferment sur le devant mais se lacent sur le dos…

Si au début du XXeme siècle, le corset disparaît des garde-robes, notamment grâce au couturier Paul Poiret (l’oncle de Benoîte Groult), le décolleté dans le dos reste, en un premier temps, réservé aux prostituées. Puis une femme de la haute société américaine, l’adopte au Metropolitain Opera de New York et le décolleté dans le dos se démocratise.

En France, c’est en 1972, dans le film « Le Grand Blond avec une chaussure noire » que  Mireille Darc et Pierre Richard jouent une scène mythique autour du corps érotisé de l’actrice qui surprend son partenaire avec un décolleté descendant très très bas dans le dos. Le dos des femmes reste à la fois contraint et érotisé avec par exemple la robe fourreau de John Galliano fermée par 51 boutons.

Même le sac à dos révèle sa part de sexisme. Cet accessoire de mode pratique et confortable a été adopté très rapidement par les garçons en ville. Pour les femmes, ça ne passait pas. L’image du sac à dos était associée aux militaires ou aux écoliers. Il a fallu attendre qu’un créateur de mode, Prada, propose un sac léger en tissu pour que les femmes l’adoptent. Mais la mode est depuis revenue à plusieurs reprises au sac à main, à porter sur un bras replié que l’on ne pourra pas utiliser à autre chose. Les modes passent, la soumission des femmes à la mode, imaginée le plus souvent pas des hommes, reste.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire