Accueil CultureCinéma Quand le cinéma dissuade les femmes de prendre le pouvoir

Quand le cinéma dissuade les femmes de prendre le pouvoir

par Isabelle Germain

Selon une nouvelle étude, en 2018 au cinéma, les héros gagnent et les héroïnes montrent leur corps. Les femmes leaders en bavent. Du coup les jeunes filles renoncent au pouvoir.

Parmi les héros et héroïnes des films, les femmes sont quatre fois plus susceptibles que les hommes d’être montrées complètement nues et de se trouver dans des poses suggestives. 42% des hommes occupent des postes de direction, contre 27% des femmes. Et quand la caméra ralentit sur un corps, c’est deux fois plus souvent celui d’une femme. Ce sont quelques-uns des chiffres d’une nouvelle étude intitulée « Rewrite Her Story ». Etude réalisée par deux organismes soucieux d’élargir l’horizon des femmes : l’organisation humanitaire britannique Plan International, et le Geena Davis Institute on Gender in Media, qui milite pour une meilleure représentation des femmes au cinéma et dans les médias avec le Le Geena Davis Inclusion Quotient.

Voir : GD-IQ : quatre lettres pour tout savoir de la représentation des sexes dans les médias

Sa première étude sur le cinéma en 2014 montrait à quel point le 7ème art (comme les médias d’information) donne une image de la société bien plus sexiste qu’elle ne l’est en réalité : les femmes sont par exemple deux fois moins en situation de travail sur l’écran que dans la vie réelle (Pour 15 juges ou avocats par exemple, il y avait 14 hommes)

Voir : Femmes au cinéma, petite place sur grand écran

« Rewrite Her Story ». appelle à mieux écrire les histoires pour l’avenir des filles car, la signature du Geena Davis Institute le proclame : « if she can see it, she can be it » (si elle peut le voir elle peut le devenir).

La nouvelle étude analyse les 56 films les plus rentables en 2018 dans 20 pays d’Amérique du Nord, de Scandinavie, d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et d’Europe. Les hommes y sont  deux fois plus nombreux et parlent deux fois plus que les femmes. Les personnages masculins sont présentés comme efficaces et respectés quand ils occupent des postes de pouvoir tandis que les femmes présidentes ou ministres sont noyées sous des difficultés. Mais elles sont montrées très fortes… à la maison.

Aucun des films n’a été réalisé par une femme, un quart avait au moins une productrice et un sur dix avait au moins une femme dans l’équipe de rédaction.

Pas grave ? L’étude a aussi interrogé 10.000 filles et jeunes femmes âgées de 15 à 25 ans pour évaluer les dommages causés par les médias dans leurs aspirations et de leur vision d’elles-mêmes. La grande majorité disent être influencées par ce qu’elles ont vu à l’écran. 90% ont déclaré croire que les femmes occupant des postes de direction étaient moins bien traitées et ne se projettent donc pas dans ces postes. « Même si je sais que j’ai la possibilité d’accéder à des postes de responsabilités, je ne le ferai pas, parce que je vois que le pouvoir est réservé aux hommes» , dit une jeune Ougandaise de 22 ans. Mais les auteures de l’étude veulent croire que les mouvements #MeToo et Times’up vont faire évoluer les choses. Elles réitèrent leurs recommandations pour rendre visible et banaliser le leadership des femmes, cesser de traiter les femmes comme des objets sexuels. Pour ne pas laisser le monopole du cinéma au regard concupiscent de cinéastes hommes, il faut donner davantage de place et de moyens aux réalisatrices.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

Nos articles sur Time’s up

Nos articles sur #MeToo

Femmes, hommes : qui a la parole chez les princesses Disney ?

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire