Accueil Culture Quand Niki de Saint Phalle répondait à des questions misogynes

Quand Niki de Saint Phalle répondait à des questions misogynes

par La rédaction

Elle aurait eu 90 ans le 29 octobre 2020. L’INA a partagé une interview savoureuse. L’artiste remet à sa place un journaliste macho.

« C’est un peu un travail de bonne ménagère non ? » demande le journaliste en constatant que la sculptrice travaille avec des « gants de plongeur » et met des chiffons dans un seau, puis les étend… Parce que Niki de Saint Phalle aurait eu 90 ans le 29 octobre 2020, l’INA a partagé une interview pour l’émission Tilt, le 3 février 1965. L’artiste plasticienne connue notamment pour ses sculptures monumentales et « Les Tirs »  a toujours revendiqué un engagement féministe et remettait à leur place ceux qui déniaient aux femmes une qualité d’artiste.

Au journaliste macho qui l’interroge ce jour-là, elle répond : « Oui, vous avez raison, ça c’est une partie de mon travail mais le résultat n’est pas une cuisine, je ne vais pas vous présenter avec un pot au feu mais j’essaye de vous présenter avec un espèce de délire spirituel, de moi-même »

Le journaliste n’en démord pas : « vous me répondez que ce n’est pas en rapport avec un travail de femme et pourtant le résultat n’a rien de féminin » !

L’artiste hausse le ton : « Eh bien, je ne suis absolument pas d’accord avec vous ! Tout le résultat est féminin. Puisque moi je suis une femme, ce qui m’intéresse c’est exprimer une certaine poésie que je sens en moi. Eh bien, je ne peux que exprimer une poésie féminine »Et puis  « Ça n’a rien à voir ! Un mec ne pourrait jamais faire ça ! Il n’aurait jamais pu tirer sur des tableaux comme je l’ai fait à une certaine époque. Parce que de se servir de ces engins destructifs que l’homme a imaginés, seule une femme pourrait s’en servir dans un but constructif et beau. Et c’est la même chose avec mon travail. J’exprime exactement les problèmes de la femme aujourd’hui ».

« Les Trois Grâces », exposition « Niki de Saint Phalle » au Grand Palais, à Paris 2014/2015

Le journaliste reste sur sa conception à lui de « la femme » : « oui, mais je voulais dire qu’aujourd’hui il y a une certaine puissance qui apparemment… » Elle le coupe : « Ah, je vois que j’ai à faire avec un antiféministe ! Alors vous considérez que les femmes devraient peindre des bouquets de fleurs ? Moi je préfère faire des accouchements ! Parce que c’est mon problème ! Les bouquets de fleurs ça ne l’est pas »!

  • Cette vidéo de Gerard Wyrzykowski fait (re)découvrir l’exposition « Niki de Saint Phalle » au Grand Palais, à Paris en 2014/2015

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire