Accueil CultureCinéma Que voir au cinéma ?

Que voir au cinéma ?

par Valérie Ganne

La Villette, Paris (Copyright Valérie Ganne)

Ce mercredi, les salles de cinéma vont ouvrir à nouveau leurs portes dans une ambiance de foire d’empoigne : les films se battent pour trouver une place sur les écrans. Suivez les conseils des Nouvelles News pour faire votre choix.

Le monde d’après la pandémie devrait être comme le monde d’avant, voire pire, prédisent moult oracles. Pour ce qui est de la valse des films dans les salles de cinéma, ils ont raison. Dans le monde d’avant, la profession se plaignait déjà de la brutalité de la sortie en salle, particulièrement cruelle pour les films indépendants, à petits budgets, art et essai. Après sept mois de fermeture des cinémas, l’embouteillage est massif avec des centaines de films sur les starting blocks. Pour éviter un carnage, une concertation a été tentée entre les distributeurs. Mais elle n’a débouché sur aucun accord et c’est désormais chacun pour soi. Les Américains, prudents, ont calé les dates de sortie de leurs bulldozers pour le mois de juillet. La bataille s’annonce donc d’abord franco-européenne avec une trentaine de films dès mercredi prochain. Au premier rang, les « sacrifiés » d’octobre dernier qui n’ont connu qu’une très courte carrière en salle : Adieu les cons d’Albert Dupontel et ses 7 César, Calamity Jane magnifique dessin animé de Rémy Chayé. Deux de Filippo Meneghetti revient aussi en salle après sa première sortie en février 2020. Cette histoire d’amour entre deux femmes a depuis cumulé les récompenses :  César du premier film, Lumière (prix de la presse internationale) du premier film ainsi que pour les actrices Martine Chevallier et Barbara Sukowa. On vous le conseille fortement (chroniqué ici) !

A l’excès de films dans les salles de cinéma s’ajoute le manque de places et de séances. Pour la forme, voici un rappel des mesures : jauges de spectateurs à 35% à la réouverture, puis 65% le 9 juin et enfin 100% le 30 juin. L’horaire de couvre-feu, à 21h le 19 mai, passe à 23h le 9 juin et sera supprimé le 30 juin. Pour faire votre choix dans cette jungle d’images, voici quelques conseils avec le regard des Nouvelles News : d’abord des bons films évidemment, avec des films de réalisatrices, de distributeurs indépendants, d’art et essai, des films qui doivent rassembler vite des spectateurs sous peine d’être vidés des salles au bout d’une semaine.

Commençons par deux réalisatrices sélectionnées au dernier festival de Cannes. Car même s’il n’a pas eu lieu, le festival a tenu à « labelliser » les films qui ont été sélectionnés par son comité voici un an. Nous en avions parlé ici.    Honneur à un premier film : dans Slalom la réalisatrice Charlène Favier dénonce l’emprise d’un entraineur de ski sur sa jeune élève de 15 ans. Sans manichéisme, Slalom décortique les mécanismes de la violence sexuelle en milieu sportif, milieu où a longtemps sévit la loi du silence jusqu’au témoignage de la championne de patinage artistique Sarah Abitbol voici un an. Vous en saurez plus en lisant la critique et quelques mots de la réalisatrice ici.  ADN de Maïwenn, également « labellisé Cannes2020 », suit la réalisatrice et toute sa famille dans le deuil d’un grand-père algérien adoré. ADN a reçu le prix de la mise en scène de la presse étrangère (Lumière) mais n’a eu droit qu’à deux jours de sortie. Le film retente sa chance en salle de cinéma. Notre avis ici.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire