Accueil Politique & Société Qu’est-ce qu’un viol ? Les Français.e.s ne savent pas trop

Qu’est-ce qu’un viol ? Les Français.e.s ne savent pas trop

par Camille Saint-Cricq

Trois ans après une première étude, un an et demi après #MeToo, les Français.e.s minimisent toujours les violences sexuelles.

Il y a trois ans, une enquête de l’association Mémoire Traumatique et Victimologie réalisée par Ipsos faisait apparaître que, dans l’esprit des Français.e.s, un viol c’était un individu se jetant sauvagement sur une femme dans la rue la nuit. (Voir : Le viol ? Toujours pas compris )

Depuis #Metoo est passé par là. Il devait y avoir un avant et un après. Depuis, la lutte contre le sexisme est devenue une Grande cause nationale. Et pourtant les représentations
du viol et des violences sexuelles dans les têtes des Françaises et des Français, n’ont quasiment pas bougé. Les résultats de la nouvelle enquête intitulée «les Français et leur représentation sur le viol» * sont sans appel.

Mémoire Traumatique et Victimologie constate certes que de tous petits petits points ont été améliorés. La vision des Français.e .s concernant la sexualité évolue. Elles et ils sont 64 % à penser que « les femmes ont besoin d’être amoureuses pour envisager un rapport sexuel ». Ce chiffre s’élevait à 74% en 2016. 57%  d’entre eux pensent encore que, pour un homme, il est plus difficile de maîtriser ses désirs sexuels contre 63% en 2016. Les Français.e.s sont un peu moins nombreux aussi à penser qu’une femme peut prendre du plaisir à être forcée : 18% contre 21% en 2016. Ou que, quand les femmes disent non pour une relation sexuelle, elles pensent oui : 17% contre 19% en 2016.

Mais les victimes de viol sont toujours mises en cause et même un peu plus qu’en 2016. Le violeur trouve toujours des excuses et la victime est considérée comme coupable. Cette inversion de culpabilité appelée « culture du viol » perdure. Pour 42 % des Français.e.s, contre 40 % en 2016. la responsabilité du violeur est atténuée si la victime a eu une « attitude provocante » en public. Et si une victime « se défend vraiment elle fait fuir le violeur » pensent 43 % des sondés contre 41 % en 2016. Et « si elle ne réagit pas ce n’est pas une violence sexuelle » pensent aujourd’hui 30 % des répondant.e.s contre 27 % en 2016. Du coup, on continue d’apprendre aux filles à ne pas être violées au lieu d’apprendre aux garçons qu’il ne faut pas violer…

Les viols sur mineur.e.s, sur femmes handicapées ou incestes invisibles ?

Les fausses représentations vont toujours bon train. Le mythe des viols qui seraient avant tout le fait d’inconnus avec violence dans l’espace public sur des femmes adultes est solide pour 51% des personnes interrogées. Seulement 25% pensent que les viols peuvent être commis en famille. Alors que 90% des viols sont le fait de proches. 22% seulement savent que les viols sont commis majoritairement sur des mineurs et 53% pensent que les personnes handicapées ou autistes ont plus de risque de subir des viols. Pourtant les filles handicapées mentales ont 6 fois plus de risque et les femmes autistes sont 88% à avoir subi des violences sexuelles.

Les Français.e.s surestiment le nombre de plaintes : 69% d’entre eux  pensent que les victimes sont plus d’une sur quatre à porter plainte pour viol alors qu’elles sont moins de 10%. Le nombre de condamnations pour viol est surestimé également : 90% pensent que les condamnations ont augmenté depuis 10 ans alors qu’elles ont diminué de 40%.

L’association rappelle quelques chiffres de grandes enquêtes de victimation qui montrent que le viol est bien éloigné de l’idée que s’en font les Français.e.s Une femme sur 6 et 1 homme sur 20 ont subi au moins un viol ou une tentative de viol dans leur vie. Dans plus de 60% des cas ils / elles étaient mineur.e.s. La toute dernière enquête de victimation publiée en 2018 montre que 20% des femmes ont subi des viols et des tentatives de viols. Pour la moitié d’entre elles, avant 18 ans. 27% des Français connaissent au moins une victime d’inceste dans leur entourage. Et 6% des Français.e.s déclarent avoir été victimes d’inceste, une proportion qui monte à 9% chez les femmes.
L’enquête VIRAGE de 2016 montre que pour les femmes 54% des viols ont lieu avant 18 ans et 74% pour les hommes. Ces viols sont commis par des personnes connues de la victime dans plus de 90% des cas, par un membre de la famille dans la moitié des cas pour les victimes mineures, par une personne de la famille dans 80% des cas.

Mais ces viols sont très peu sanctionnés. Selon l’enquête CVS 2011-2017, 17% seulement des victimes sont allées dans un commissariat ou une gendarmerie mais seulement 8% ont porté plainte. Et sur ces 8%, 74% sont classées sans suite, 10% seulement seront jugées en cour d’assises, soit 1% de l’ensemble des viols calcule Mémoire Traumatique et Victimologie.

*L’enquête a été réalisée du 22 au 28 février auprès de 1 000 personnes représentatives de la population française âgée de 18 ans et plus (échantillon constitué selon la méthode des quotas).

Lire aussi dans Les Nouvelles News

Valérie Rey Robert : « #MeToo n’a pas aboli la culture du viol »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire