Les poids lourds et la « revancharde ». Qui fait l’actu ce 2 avril

par Isabelle Germain

Le nouveau gouvernement est au cœur de l’info du jour, avec des hommes poids lourds et Ségolène Royal réduite à sa supposée revanche.


Un gouvernement paritaire avec des poids lourds qui le sont moins

Resserré et paritaire : deux qualificatifs pour ce nouveau gouvernement. Mais quand les médias évoquent les « poids lourds », hormis le nom de Ségolène Royal (auquel la presse réserve un sort tout particulier, cf plus bas), ce ne sont que des noms d’hommes qui apparaissent : Laurent Fabius, numéro 2 avec un grand ministère des Affaires étrangères et du Développement international, Benoît Hamon, numéro 3 au ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, François Rebsamen, ministre du Travail, de l’Emploi et du Dialogue social,  Bernard Cazeneuve ministre de l’Intérieur, Michel Sapin qui revient à Bercy et composera avec Arnaud Montebourg –« deux patrons à Bercy » disent les gazettes-, Stéphane Le Foll, qui toujours à l’Agriculture, l’Agroalimentaire et la Forêt qui devient porte-parole du gouvernement. Jean-Yves Le Drian maintenu au ministère de la Défense. Heureusement, Christiane Taubira a gardé le ministère régalien de la Justice…

Et le glamour coco, le glamour…

Le sort réservé à Ségolène Royal qui devient Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie est sans surprise : la revanche. C’est (encore !) auréolée de ce terrible mot qu’elle fait son retour dans les gazettes.

Pas une revanche politique. Revanche par rapport à sa non-entrée au gouvernement en 2012, due à l’ex compagne du Président de la République, lui-même ex-compagnon de la nouvelle ministre de l’écologie. L’ex en question, Valérie Trierweiler, à laquelle on prête le syndrome de Rebecca, ne voulait pas de Royal dans son champ de vision. Maintenant que Hollande a mis fin à leur relation, l’ex de l’ex peut devenir ministre… Même les médias étrangers jouent cette partition, comme ici BBC news qui n’appelle pas la ministre par son nom mais « l’ex ». Bref, la ministre de l’écologie est une femme donc une « personne du sexe » comme on disait autrefois et comme le martèlent sans le dire les médias… On en oublierait presque qu’elle a été plusieurs fois ministre et qu’elle fut au second tour de l’élection présidentielle en 2007.  (voir aussi Le Point, jalousologue , Mais qui veut allumer la guerre des sexes ? , Ces Unes qui détestent les femmes)

Chaque jour, les stéréotypes au fil de l’actu

 

Dans les Nouvelles NEWS nous avons aussi parlé du nouveau gouvernement

Parité, Droits des femmes : engagement tenu

Droits des femmes, Ville, Jeunesse et Sports : un ministère « fourre-tout » ?

 

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire