Accueil Politique Racolage passif : l’imbroglio de l’abrogation

Racolage passif : l’imbroglio de l’abrogation

par La rédaction

La sénatrice Esther Benbassa fustige (après l’avoir accepté) le report de sa proposition de loi visant à abroger le délit de racolage passif. La question de la prostitution, décidément, n’en finit pas de créer des tensions.


 

La sénatrice EELV Esther Benbassa s’en prend à la « raison d’État » qui a conduit au report, jusqu’à nouvel ordre, de sa proposition de loi, cosignée par d’autres élus écologistes, visant à abroger le délit de racolage passif. Cette pénalisation des prostitué-e-s, votée par la majorité de droite en 2003, « a eu pour effet de sanctionner les victimes exploitées par la prostitution au lieu de les protéger », explique la sénatrice. Un avis unanimement partagé par les associations de terrain (Lire : Prostitué(e)s, victimes de la loi).

Tout semblait prêt pour que la nouvelle majorité abroge ce délit. François Hollande s’y était d’ailleurs engagé pendant la campagne présidentielle, et la proposition de loi, déposée le 2 octobre, devait être discutée le 21 novembre au Sénat. Un rapporteur socialiste avait déjà été désigné. Mais elle a été retirée du calendrier parlementaire au dernier moment.

Changement de discours pour la sénatrice

Esther Benbassa en expliquait la raison à Mediapart en fin de semaine dernière : « le gouvernement veut faire un travail plus large sur la prostitution ». Ce que confirme le ministère des Droits des femmes : « C’est difficile d’aborder le racolage passif sans traiter d’autres sujets liés à la prostitution. » Le ministère attend par ailleurs un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales qui doit être rendu en décembre. « On a pensé que ce serait plus rationnel d’attendre ce rapport », poursuivait Esther Benbassa, cette fois auprès de l’AFP.

C’est donc, selon les premières déclarations de la sénatrice, une négociation sans heurts entre le gouvernement et le groupe EELV au Sénat qui a conduit au retrait du texte. Mais, le week-end passé, dans une tribune publiée sur Le Huffington Post, Esther Benbassa se montre bien plus radicale, en assurant n’avoir pas eu d’autre choix que de retirer sa proposition de loi.

Voilà qui témoigne une fois encore des tensions, des positions difficilement conciliables, et souvent de la mauvaise foi, que ne manque pas de générer la question de la prostitution (Lire : Dans le vif du débat sur la prostitution).

Fractures dans la majorité

La question du délit de racolage était déjà le point sensible du rapport parlementaire bipartisan sur la prostitution élaboré en 2010 par Danielle Bousquet et Guy Geoffroy. La gauche, globalement, voulait abroger ce délit, et la droite y était opposée. Résultat, histoire de ne fâcher (ni de contenter) personne, le rapport préconisait de soumettre cette mesure à une évaluation future.

Aujourd’hui encore la question est à mettre en relation avec la volonté de la ministre des Droits des femmes, affirmée en juin, d’en « finir avec la prostitution ». Dans cette optique, l’hypothèse d’une pénalisation des clients divise les socialistes. Et se heurte à la franche opposition d’EELV, le parti d’Esther Benbassa. Autre tendance : celle du collectif ZeroMacho, qui fait campagne pour la pénalisation des clients et plaide dans le même temps pour « abroger au plus vite » le délit de racolage passif.

Il faudra encore plusieurs mois avant qu’un texte de loi global consacré à la prostitution – et auquel, pour l’heure, le ministère des Droits des femmes entend toujours intégrer la pénalisation des clients – soit examiné au Parlement. Quelques mois pendant lesquels le racolage passif restera donc un délit. Son abrogation suffira-t-elle à faire passer, auprès d’EELV et des anti-abolitionnistes, la pilule d’une pénalisation des clients ? Rien n’est moins sûr.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Marrtin Dufresne 13 novembre 2012 - 07:15

À y regarder de plus près, un des éléments du modèle suédois est la patiente campagne de concertation menée de 1990 à 1999 par les féministes de ce pays pour bâtir entre les femmes de tous les partis un consensus suffisant pour tenir tête aux pressions de la droite conservatrice (partisane de la pénalisatin des femmes) et de la droite néo-libérale (partisane des droits des clients et des profits des proxénètes et tenanciers de bordels). Dommage de constater que ce travail n’a pas été fait, même au sein d’un parti socialiste qui semble au final plutôt hypocrite en regard des droits des femmes.

Répondre
Laure Durand 13 novembre 2012 - 09:20

Il existe au contraire une réflexion au PS qui dit oui à l’abrogation des lois pénalisant les personnes prostituées et oui également à la pénalisation du client… Une contribution existe notamment sur ce sujet. Aidez-nous à la diffuser.
http://abolitiondelaprostitution.wordpress.com/

Répondre
THERYCA 13 novembre 2012 - 12:01

Le racolage passif dans le sens strict du mot signifie que les hommes (puisque le pouvoir est toujours entre leurs mains) ont droit de regard sur la manière de s’habiller des femmes. Quelle différence avec les Musulmans ? En effet, si j’ai 20 ans et j’attends en hiver vers 18 h l’autobus qui me ramènera de la Fac et que j’ai mis du rouge à lèvres, une mini-jupe et des talons hauts, je cours le risque d’être interpellée pour raccolage passif. (en fait, ce genre d’incident m’est arrivé en été, sans rouge à lèvres, sans mini-jupe et sans talons hauts ; un mec a pensé que peut-être je l’attendais, là plantée devant l’arrêt de bus). On n’a pas besoin de discuter prostitution avant d’abolir cette loi ; ce qui est scandaleux, c’est que cette loi ait pu venir à l’esprit d’un législateur. Je suis prof de français pour étrangers et j’ai vraiment honte pour la France.

Concernant la prostitution, que signifie le mot prostitution ? Qu’on doit renoncer à sa fierté pour obtenir quelque chose de plus vital. Les femmes, épouses comprises, se prostituent afin de pouvoir continuer à manger, parce que l’argent est lui aussi du côté des hommes. Si je suis un homme et je retire le pain de la bouche d’une femme pour ensuite l’accuser de prostitution, je ne suis pas un humain, je suis une bête sauvage, un monstre, enfin tout ce que vous voudrez. Réclamer l’abolition de la prostitution revient à dire qu’on est pour la fin de l’injustice ou la fin de toutes les guerres. On n’empêchera pas davantage une femme au foyer de dire à son riche mari qu’elle est d’accord pour faire l’amour ce soir qu’on empêchera un Africain affamé de monter clandestinement dans une barque pour rejoindre l’Europe.
Si la lutte contre l’exploitation des femmes par les hommes ne commence pas par la non-collaboration des femmes au machisme à l’intérieur du foyer, un millénaire peut bien s’écouler sans que rien ne change.

Répondre

Laisser un commentaire