Accueil CultureCinéma Les réalisatrices françaises championnes d’Europe, mais encore trop rares

Les réalisatrices françaises championnes d’Europe, mais encore trop rares

par La rédaction
Houda Benyamina
Houda Benyamina

Houda Benyamina, réalisatrice de « Divines », à Cannes le 17 mai 2016. Photo Vittorio Zunino Celotto / Getty Images for Kering

En 2015, selon la dernière étude du CNC, 21% des films en France étaient réalisés par des femmes. Un record en Europe. Mais la proportion de réalisatrices n’évolue guère depuis 10 ans.


 

Depuis 10 ans en France, « les femmes sont significativement plus nombreuses à réaliser des films ». C’est ce que constate la dernière étude du CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) dans sa dernière étude intitulée La place des femmes dans l’industrie cinématographique et audiovisuelle, publiée vendredi 24 février.

En 2015, ce sont 63 longs métrages agréés par le CNC qui ont été réalisés par des femmes, un nombre record. Jusqu’en 2010 elles étaient moins de 50 à réaliser des films chaque année.

Le pourcentage de réalisatrices sur l’ensemble des films produits en France n’évolue toutefois pas visiblement : il était de 21% en 2015, pour une moyenne de 19,7% sur les dix dernières années. Même si les femmes représentent la moitié des étudiant.e.s de la Femis, la principale école de formation aux métiers du cinéma.

cncevolution

 

Si les femmes sont donc encore bien moins nombreuses que les hommes derrière la caméra, le CNC se félicite d’une « exception culturelle française » : les réalisatrices sont plus visibles en France que dans d’autres pays européens : 22 % des films français sortis en salle entre 2011 et 2015 sont réalisés ou coréalisés par des femmes, contre 19 % des films allemands, 11 % des films britanniques ou espagnols, 10 % des films italiens.

Lire aussi : Films de femmes : à Cannes, chiffres et œuvres choc

« Depuis près de 10 ans est apparue une nouvelle génération de réalisatrices d’une très grande créativité, souligne Frédérique Bredin, Présidente du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC). «  Leur talent, leur audace, ont donné un souffle nouveau au cinéma français avec, aujourd’hui, des premiers films reconnus dans le monde entier, comme Mustang ou Divines. »

Lire aussi : Houda Benyamina a du clito

Restent toutefois d’autres inégalités. L’étude montre que dans le milieu du cinéma en France les rémunérations restent généralement inférieures pour les femmes. « Dans une très grande majorité des professions, les salaires horaires moyens des femmes apparaissent inférieurs à ceux des hommes » : jusqu’à 42% de moins pour les réalisatrices, 38% de moins pour les productrices.

Et le budget moyen d’un film réalisé par une femme, sur la période 2006-2015, est 1,6 fois inférieur à celui d’un film réalisé par un homme. L’écart a toutefois tendance à diminuer, note le CNC. En dix ans le budget moyen des films d’initiative française réalisés par des femmes a augmenté de 9,7 % tandis qu’il a baissé de 18,8 % pour les hommes. En 2015, le devis moyen d’un film d’un réalisateur est de 4,70 M€ , celui d’une réalisatrice de 3,50 M€.

Voir aussi : Au cinéma, les femmes n’ont “pas besoin d’aide, mais d’argent”

 

Pour voir des œuvres de réalisatrices, rendez-vous ce week-end au premier festival Femmes en Cinéma à Paris.
Lire : Un nouveau festival pour valoriser les femmes qui font le cinéma

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire