Accueil MédiasBruits et chuchotements Récap : les infos de l’été

Récap : les infos de l’été

par La rédaction

Que s’est-il passé pendant la pause estivale des Nouvelles News ? Récapitulatif de ce qui a pu faire avancer ou reculer l’égalité des sexes.

Fiona Kolbinger
Photo: Angus Sung © / AngusSung.co.uk for Transcontinental.cc

Fiona Kolbinger vainqueure de la Transcontinental Race 2019… Et Missyclettes imaginaires. C’est l’une des plus prestigieuses épreuves d’ultra endurance cycliste du monde. 4000 km de route depuis la côte bulgare. Des sommets, des virages en épingle, du bitume et des chemins de terre, 250 à 400 km par jour. Et ceci en autonomie totale : pas de voiture suiveuse, pas d’assistance attitrée. Partie de Burga sur la mer Noire le 27 juillet, la cycliste allemande de 24 ans, chercheuse en cancérologie à l’université de Heidelberg, est arrivée en tête à Brest le 6 août devançant 263 coureurs et coureuses (40 femmes) chevronné.e.s pour la 7ème édition de la Transcontinental Race. 10 jours, 2 heures et 48 minutes, quatre à cinq heures de sommeil par nuit dont deux seulement à l’hôtel, les autres à la belle étoile.
Une victoire bien moins commentée dans les médias que le tour de France qui exclut les femmes sauf pour prendre des poses sexy aux côtés des vainqueurs des étapes quotidiennes… Une pétition « #TourdeFrance : pour la fin des hôtesses de podium a d’ailleurs » été signée par plus de 37000 personnes

Campagne de la FFC : « Vous les femmes… »

Et un pied de nez à la campagne de la Fédération française de cyclisme pour promouvoir « le cyclisme féminin ». Lancée le 15 juillet, cette campagne de « Missyclette » annonçait la couleur misogyne dès le titre avec le suffixe « ette ». Rose, paillette, princesses, femme sexy et dossier de presse ont fait le reste expliquant qu’il s’agissait de la « femme d’aujourd’hui, la jeune fille, la fillette, la maman » et même la « working girl sensible aux nouvelles tendances, la femme fidèle à la tradition.»  Malgré une bronca sur les réseaux sociaux, la FFC n’a toujours pas compris pourquoi ce  féminisme à la Julio Iglesias ne passait pas. (Son communiqué reste évasif)  Pour les plus jeunes, Julio Iglesias est un chanteur latino connu pour avoir susurré aux oreilles du monde « Vous les femmes, vous le charme… » La femme serait cette autre dévolue au charme et à la douceur. Fiona Kolbinger ne colle pas au cliché. Face à la Missyclette imaginaire, elle est stratège, bien entraînée, déterminée, intelligente, douée, enthousiaste…

Congé parental en voie de diminution ? Juste avant les vacances du gouvernement fin juillet, Edouard Philippe a réuni Bruno Le Maire, ministre de l’Economie et des Finances, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités pour boucler le budget 2020. Enjeux : réaliser 3 milliards d’euros d’économies sans réduire fortement le nombre de fonctionnaires – contrairement à ce qu’avait annoncé Gérald Darmanin- et sans toucher aux allègements de cotisations sociales des entreprises. Restent des coups de rabot sur les aides sociales. Principal sujet évoqué selon Les Echos : le congé parental. Un congé qui est un outil d’égalité lorsqu’il est partagé par les deux parents et correctement rémunéré. Mais la majorité n’en finit pas de s’y montrer hostile (voir Congé parental : une directive européenne a minima)

Six chercheurs démissionnent du haut conseil à l’égalité. Les chercheuses étaient exclues. A peine nommés, six nouveaux membres du Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) ont contesté la composition de cette assemblée en démissionnant le 15 juillet dernier. Le HCE est une instance consultative indépendante qui réfléchit, réalise des évaluations et propositions en matière d’égalité femmes hommes. Créée en 2013, elle compte plus d’une cinquantaine de membres (élu.e.s, représentant.e.s d’associations, personnalités qualifiées). Leur mandat est de trois ans, renouvelable une fois. La nouvelle composition du HCE a été arrêtée par décret le 24 juin. Elle est globalement paritaire mais les six démissionnaires n’ont pas apprécié de se retrouver entre hommes, parmi les chercheurs, au sein du collège des « personnalités qualifiées. » Le 11 juillet dernier, le Conseil scientifique de l’institut du genre publiait dans Libération une tribune dénonçant le sexisme de la composition du HCE : « à notre stupéfaction, aucune femme enseignante-chercheuse ou chercheuse ne figure dans la liste… » dénoncent les signataires « (…) un véritable camouflet pour tous les efforts réalisés depuis quelques années pour promouvoir la place des femmes dans le monde académique et pour la reconnaissance des études de genre » Déplorant « l’invisibilisation des chercheuses d’un champ qu’elles ont constitué », les six intéressés ont démissionné le 15 juillet.

“Elle l’a bien cherché”, documentaire à (re)voir sur ArteTV. Le 30 juillet, diffusion par Arte d’un film réalisé par Laetitia Ohnona. Précis et puissant, ce documentaire montre le parcours judiciaire de victimes de viol, du dépôt de plainte au jugement. Des professionnels – police, justice, médecins- qui luttent contre la croyance solidement ancrée dans les têtes des victimes et de la société tout entière que ces victimes sont coupables. Et d’autres professionnels qui alimentent ces croyances. Sans commentaires inutiles, le film fait comprendre que le parcours judiciaire et les discours sur le viol sont à revoir. Sur ArteTV jusqu’en 2021.

Mort de Toni Morrison. L’autrice afro-américaine Toni Morrison, Première femme noire à recevoir un prix Nobel de littérature en 1998, est morte le 6 août, à l’âge de 88 ans. Descendante d’une famille d’esclaves, Toni Morrison a mis en lumière l’histoire des Noirs américains depuis leur mise en esclavage jusqu’à leur émancipation dans la société américaine. Son ouvrage Beloved, prix Pulitzer, avait été adapté au cinéma en 1998 avec la présentatrice et actrice américaine Oprah Winfrey dans le rôle principal. Son ultime essai The Source of Self-Regard, paraîtra en français le 3 octobre sous le titre La source de l’amour-propre, a annoncé son éditeur.

Hommage des féministes à Marie Trintignant. Il y a seize ans, le 1er août 2003, Marie Trintignant, était « tuée, comme tant d’autres femmes, par celui qui disait l’aimer » a rappelé le réseau « Encore féministes ! » qui a organisé un temps de recueillement autour de sa tombe le 28 juillet. Sur Instagram, la chanteuse Lio, amie de l’actrice a partagé un hommage et un message politique : « Ce 1er août 2019, 83 femmes sont mortes de la violence de leurs compagnons, depuis le début de l’année. Qu’on ne s’y trompe pas, ce ne sont pas des histoires d’amour passionné. Il n’est question que de volonté perverse de possession, de harcèlement, d’abus et de pulsion de destruction ». L’actrice  Béatrice Dalle a simplement posté une photo de son amie disparue avec ces mots : « Le plus doux des hommages à Marie Trintignant ». Carla Bruni a, elle aussi, voulu rappeler une réalité : « Une femme meurt tous les 3 jours de violences conjugales » écrit-t-elle. Interrogée par FranceTVinfo, l’écrivaine féministe Florence Montreynaud, a rappelé  que malgré l’électrochoc de la mort de l’actrice tuée par son compagnon, le chanteur Bertrand Cantat,  « la France reste en retard par rapport à des pays d’Europe du Nord ou à l’Espagne dans les mesures prises pour lutter contre les féminicides en dépit de la mobilisation des associations.» Des associations qui continuent de se mobiliser en prévision du Grenelle des violences conjugales organisé par le gouvernement en septembre prochain.

L’attaque sexiste, vulgaire, insultante de Jean-Yves Narquin contre Marlène Schiappa.« On savait déjà qu’elle était reine de la pipe, d’après ses confessions ! mais si en plus elle réfléchit pendant qu’elle suce…où va t’on ! » : c’est un élu de la République Jean-Yves Narquin, maire de Villedieu-le-Château, affilié au Rassemblement National, qui a tenu ces propos sur twitter en guise de commentaire d’une interview dans laquelle la Secrétaire d’Etat se disait  « sapiosexuelle » (excitée par l’intelligence). Réaction de Marlène Schiappa sur le réseau social : « Cet élu RN a organisé son insolvabilité pour éviter de payer la pension alimentaire & été reconnu coupable d’abandon de famille. On comprend mieux la rage mise à vouloir discréditer mon action… » et de reprendre une citation de Simone de Beauvoir : ‘Jamais plus agressif avec les femmes qu’un homme inquiet pour sa virilité’ » Encore une fois alors que la ministre est insultée, les féministes de tous bords ont apporté leur soutien à Marlène Schiappa.

L’affaire Epstein. Le riche financier américain Jeffrey Epstein, accusé d’avoir exploité sexuellement des jeunes filles mineures, se serait suicidé en prison samedi 10 août, un mois après son arrestation. L’homme avait déjà été jugé et condamné pour des faits similaires en Floride et fiché comme délinquant sexuel. Mais un accord passé en 2008 avec le procureur fédéral Alexander Acosta, lui avait permis d’échapper à la justice fédérale. Alexander Acosta est ensuite devenu le ministre du Travail de Donald Trump –lequel était ami avec Epstein- et a dû démissionner le 12 juillet dernier. Quel retentissement en France ? Le milliardaire aurait aussi abusé de jeunes-filles en France, avec la complicité d’hommes d’affaires et notamment un patron d’agence de mannequins. Deux ministres, Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité entre les femmes et les hommes, et Adrien Taquet, secrétaire d’Etat chargé de la Protection de l’enfance, ont demandé l’ouverture d’une enquête. L’association Innocence en danger affirme avoir reçu dix témoignages de victimes d’actes liés à l’affaire Jeffrey Epstein « commis sur le sol français », a indiqué ce jeudi sa présidente Homayra Sellier.

En concert, Jenifer recadre un sexiste. Le 3 août lors d’un concert à Saint-Louis en Alsace, la chanteuse Jenifer, ôte ses chaussures à talons hauts. « Le short aussi hein. Allez hop, on l’enlève ! » crie un homme dans le public. « Mais t’es sérieux là ? Mais tu vas sortir mon gars. Tu t’es trompé de spectacle », a répliqué l’artiste avant de poursuivre : « Tu sais ce qu’il te dit mon short ? Il te dit tu sors ! » et de faire référence à « Balance ton quoi »… Sous les applaudissements du public. La chanteuse a aussi fait remarquer que l’homme en question était « avec (sa) copine en plus » et lui a demandé s’il présentait des excuses. Ce qu’il a manifestement fait.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire