Accueil Sans catégorie Rentrée radio : davantage de femmes sur le service public

Rentrée radio : davantage de femmes sur le service public

par Isabelle Germain

laurence-bloch256Beaucoup de chamboulements sur les grandes radios en cette rentrée 2014 mais toujours peu de femmes aux manettes sur les sujets politiques ou économiques.

Avant la rentrée scolaire, c’est la rentrée des radios. RTL affiche sa campagne de communication  avec un animateur et un mot-clé pour chacune des tranches : « Tonique » pour Yves Calvi , « Mordant » pour Julien Courbet, « Décoiffant » pour Stéphane Bern, « Intime » pour Flavie Flament , « Agitateur » pour Laurent Ruquier ou encore « Incisif » pour Marc-Olivier Fogiel. La parabole du sexisme ordinaire se poursuit donc sur cette radio où la seule femme visible est renvoyée à l’intime. L’examen plus attentif de la grille RTL fait apparaître deux femmes sur des sujets politiques importants. Alba Ventura pour l’édito politique de 7 h 20 et Christèle Rebière en co-animation avec Vincent Parizot sur la tranche 12h30 13h20. Mais ces deux journalistes sont noyées au milieu d’un flot de chroniqueurs hommes comme Jean-Michel Apathie, François Lenglet, Yves Calvi…

 Radio intime pour elles

Sur RMC, qui fait partie du quatuor des radios les plus écoutées, c’est pire encore. La journée commence avec Jean-Jacques Bourdin, se poursuit avec les grandes gueules qui sont essentiellement masculines (même si de bons gros propos sexistes furent tenus par une femme. Voir : Misogynie : le CSA met (encore) RMC en demeure ). Puis vient Eric Brunet et… 14 heures, heure des ménagères, Brigitte Lahaie arrive pour mettre « Un peu d’intimité à la radio » Bingo ! Pour eux le public, la vie sociale, pour elles l’intime, le privé.

Et Europe 1 ? Comparée aux deux précédentes, Europe 1 donne l’impression d’entrer dans la modernité. C’est une femme, seule, qui anime la tranche 12 – 14 h , Wendy Bouchard pour un grand journal. Avant et après, c’est assez laborieux côté féminisation. A l’exception de l’édito politique de Caroline Roux et de la revue de presse de Natacha Polony (qui soutient l’égalité femmes -hommes comme la corde soutient le pendu, voir Zemmour = Polony + 24 heures), les rares femmes à l’antenne parleront de culture, de consommation ou d’intime.

Une femme à la direction de l’antenne

Reste, dans ce top 4, la radio de service public France Inter. Sous la pression du CSA, lui-même pressé par des militantes comme les activistes de La Barbe, le Haut conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes ou la Ministre des Droits des femmes, Radio France a fini par féminiser ses instances dirigeantes (voir Radio France féminise ses directions ). Et la manœuvre porte ses fruits. La nouvelle directrice de l’antenne, Laurence Bloch le souligne dans un édito : désormais il y a « plus de femmes en responsabilité sur des tranches quotidiennes » : Sonia Devillers, à 9 h 10 pour l’instant M, Natalie Dessay, à 16 h pour Classic. Culture, divertissement mais aussi humour avec Charline Vanhoenacker, pour Si tu écoutes, j’annule tout à 17h. Et une grande émission politique, Le téléphone sonne à 19h20 confiée à Hélène Jouan. Puis à nouveau culture avec Pascale Clark pour A’live à 21h. Et la tranche d’info du matin, la plus stratégique et la plus écoutée ? C’est toujours un homme qui est aux commandes, Patrick Cohen avec de nombreux chroniqueurs et toujours autant de chroniqueuses, avec, notament, le retour de Sophia Aram. Il aura fallu batailler longtemps et remettre plusieurs fois l’ouvrage sur le métier (voir ci-dessous) mais, sur le service public, la féminisation est en marche.

Photo : Laurence Bloch, directrice de France Inter © Radio France / Christophe Abramovitz – 2014

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Un nouveau président à Radio France… et 30% de femmes dans les matinales ?

Radio France : pas assez de femmes à l’antenne et dans la hiérarchie

Toujours des miettes pour les femmes dans les médias

et notre Dossier – Cherche femmes à l’antenne

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire