Accueil Politique & Société Retraites : « Les grandes gagnantes » invisibles

Retraites : « Les grandes gagnantes » invisibles

par Camille Saint-Cricq

Une photo de la réunion des organisations syndicales et patronales sur la réforme des retraites permet de douter de l’affirmation selon laquelle les femmes en seront les « grandes gagnantes.» Entre autres éléments.

Lorsque le Premier ministre a réuni toutes les organisations syndicales et patronales le 19 décembre pour tenter de trouver un compromis sur la réforme des retraites, une photo de Benoît Tessier de l’agence Reuters, reprise par tous les médias a fait le tour des réseaux sociaux quand Denis Cosnard, journaliste au Monde, l’a postée sur Twitter avec cette question faussement ingénue : « Il n’y a rien qui vous frappe, sur cette photo »  Il faut en effet être bien informé pour savoir qu’Agnès Buzyn, ministre des solidarité et de la Santé est assise à droite du Premier ministre. L’assemblée est composée d’hommes. Et les interlocuteurs qui se sont succédé devant les micros avant et après cette réunion étaient des hommes.

Et pourtant, le gouvernement l’a dit et répété comme pour s’en persuader : « les femmes seront les grandes gagnantes » de la réforme des retraites et du système universel. Le Premier ministre, Edouard Philippe, l’a martelé lors de son discours devant le Conseil Economique, Social et Environnemental (Cese) le 11 décembre dernier. Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, l’avait dit lors de l’émission « vous avez la parole » sur France2 le 5 décembre avec force trémolos en évoquant le cas de sa mère, femme de ménage…. Les arguments pour dire que les femmes seront « grandes gagnantes » ?  Dans un système à points chaque euro cotisé entrera dans le calcul de la pension, y compris les petits jobs pourront valider des trimestres. Certaines femmes à la carrière incomplète pourront, grâce à l’âge d’équilibre à 64 ans ne plus attendre 67 ans pour percevoir une retraite à taux plein. Et la bonification de 5 % dès le premier enfant serait un avantage. Pas vraiment, avaient dit plusieurs organisations avant ce discours.

voir : LA RÉFORME DES RETRAITES PÉNALISERA-T-ELLE LES FEMMES ?

Et dès le lundi 16 décembre, la députée la France Insoumise Clémentine Autain réunissait à la Maison des métallos à Paris près de 300 femmes autour de représentantes de mouvements et partis de gauche. Ironiquement appelé « l’appel des grandes gagnantes», ce meeting redoutait la paupérisation croissante des futures retraitées.

Le système pénalisera encore davantage les « personnes qui ont des carrières heurtées », donc les femmes ont déploré les intervenantes. La revalorisation de 5 % des pension des parents dès le premier enfant contre 10 % pour trois enfants aujourd’hui n’est pas de nature à résorber les inégalités puisque un pourcentage sur un salaire élevé d’homme restera supérieur à un pourcentage sur un faible salaire de femme. Cette disposition fait grincer d’autant plus qu’actuellement, les femmes gagnent huit trimestres de cotisation pour chaque enfant. Et que cela devrait disparaître.

Mais les « grandes gagnantes », si elles ont fait un tabac à la maison des métallos, n’avaient pas leur mot à dire autour du Premier ministre le 19 décembre. Finalement les inégalités de retraites ne sont que le résultat de l’impossibilité pour les femmes de s’asseoir à la table du pouvoir. Et si elles ne s’y installent pas, ce sont les hommes qui leur disent quoi penser… Y compris penser qu’elles sont gagnantes quand elles sont réduites à être des gagne-petit.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire