Accueil International Revue de presse internationale, 16 mai

Revue de presse internationale, 16 mai

par De profundis

La RDC, « pire endroit pour être mère », le malaise des mères italiennes, les journalistes tunisiennes agressées, le travail des femmes en recul en Inde, la longévité féminine expliquée… la revue de presse internationale d’Anne Collet.


 

Maternité à risque en RDC

« La république démocratique du Congo (RDC), le pire endroit pour être mère », titre Le Potentiel de Kinshasa, qui fait référence au rapport annuel que l’association humanitaire internationale Save The Children vient de rendre public (ici en anglais). « Une fille ou une femme sur 30 risque en effet de mourir en raison des problèmes liés à la maternité, notamment au moment de l’accouchement », souligne le quotidien. La RDC a supplanté le Niger et pris la dernière place du classement établi par l’ONG, la première étant occupée par la Finlande.

 

Le malaise des mères italiennes

Le quotidien de Rome La Repubblica publie une enquête sur les mères italiennes, qui déplorent leurs conditions de vie. Pour 74% des femmes en effet, l’Italie n’est pas un pays pour élever des enfants. Seules 4% d’entre elles pensent le contraire. Le malaise est tel que 42% des mères italiennes ont déjà envisagé de quitter la péninsule. Elles sont une grande majorité à reconnaître que sans l’aide économique ou pratique de leurs parents, elles ne s’en sortiraient pas. Heureusement pour elles, 77% de ces parents vivent à proximité.

 

Violences contre les femmes journalistes en Tunisie

Les femmes journalistes tunisiennes ont du mal à exercer leur métier, selon le Centre de Tunis pour la liberté de la presse (CTLP) qui vient de publier un rapport sur les violences commises à leur encontre entre octobre 2012 et avril 2013. Le site Kapitalis y constate une recrudescence des violations, qui sont de toutes sortes : de l’agression verbale, physique ou sexuelle à l’interdiction de mener une mission, en passant par les poursuites judiciaires et la confiscation du matériel de travail.

 

Le travail féminin recule en Inde

Selon les données du bureau indien des statistiques démographiques, la capitale Delhi a le plus faible pourcentage de femmes au travail de toutes les grandes villes de l’Inde. Pire encore, elles sont de moins en moins nombreuses à travailler. Ce phénomène n’est pas propre à la capitale : leur nombre pour l’ensemble du pays a chuté de 10% entre 2005 et 2010, précise le Times of India. Ce sont les rurales les plus touchées, alors que 65% des femmes qui travaillent en Inde sont dans le secteur agricole, note le quotidien.

 

Pourquoi les femmes vivent plus longtemps

Des scientifiques japonais ont tenté de percer le mystère de la longévité des femmes par rapport à celle des hommes. En analysant et en comparant les globules blancs des deux sexes, ils ont trouvé que le système immunitaire des femmes vieillit plus lentement que celui des hommes. Or, ce système protège le corps des infections et du cancer, rapporte le site de la BBC. Les hommes sont plus enclins à attraper des maladies qui réduisent leur durée de vie. Une étude du même type, menée par des chercheurs britanniques sur des souris, a d’ailleurs donné des résultats équivalents.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire