Accueil International Revue de presse internationale, 28 mars 2013

Revue de presse internationale, 28 mars 2013

par De profundis

 

Le travail domestique mieux partagé aux États-Unis

Une étude récente réalisée par le Pew Research Center montre un changement majeur d’attitude des pères aux États-Unis à l’égard du travail domestique. Ils passent aujourd’hui en moyenne 7 heures par semaine à s’occuper de leurs enfants contre 2,5 heures en 1965, rapporte le site d’informations Christian Science Monitor. De même , ils accomplissent aujourd’hui en moyenne dix heures de travail domestique par semaine contre 4 heures en 1965. Il faut dire que les femmes travaillent de plus en plus à temps plein et que le temps moyen de travail des hommes est passé de 42 heures en 1965 à 37 heures en 2011.

 

L’émancipation des Algériennes passe par le commerce informel

« Depuis une vingtaine d’années on observe que les femmes sont de plus en plus nombreuses à s’adonner au commerce informel qui irrigue l’économie algérienne », souligne le quotidien d’Alger El Watan. En s’impliquant dans ce type de commerce autrefois réservé aux hommes, elles améliorent le niveau de vie de leur famille et accèdent à la promotion sociale. Toutefois, à cause des archaïsmes qui prévalent dans la société algérienne, les portes du travail légal leur sont toujours fermées. Ce n’est que grâce au travail informel, dont le commerce, que les choses bougent enfin.

 

Des chanteuses interdites de scène à Jérusalem

Lors d’un festival de musique qui s’est tenu dans la vieille ville de Jérusalem, une chanteuse, seule femme membre d’un orchestre composé de huit musiciens, le Diwan Project, a été priée poliment mais fermement de quitter la scène pendant le concert d’ouverture, à la demande de spectateurs ultra orthodoxes, rapporte le Jerusalem Post. Deux autres femmes appartenant à une autre formation ont également été priées de ne pas chanter. Ce festival dédié à la musique juive, arabe traditionnelle et arménienne, attire en général un public tant laïc que religieux. Depuis la polémique fait rage en Israël.

 

Les Égyptiennes accusées d’être responsables des viols

Le nombre de femmes victimes d’agressions sexuelles ou de viols sur la place publique en Égypte est trop important pour être passé sous silence, note le New York Times. Le débat sur les causes et les responsabilités fait rage. Pour les islamistes ultra-conservateurs au pouvoir, il ne fait aucun doute que les femmes, par leur attitude ou tout simplement parce qu’elles participent aux manifestations de la place Tahrir, sont à blâmer. À 100%, précise l’un d’eux. Force est de constater que les forces de sécurité sont aussi moins nombreuses qu’il y a deux ans avant la révolution, elles étaient à l’époque omniprésentes, souligne le journal.

 

La réhabilitation des veuves indiennes

La société indienne n’aime pas les veuves. Elles sont supposées porter malheur à leurs familles, qui dès lors les rejettent. Vêtues de blanc, la couleur du deuil en Inde, les veuves de tous âges sont des milliers à vivre retirées du monde dans les ashrams de la ville de Vrindavan, surnommée « la ville des veuves », au sud-est de Delhi. Cette ville accueille chaque année en mars un festival dédié à Krishna. Or, pour la première fois depuis des décennies, 800 veuves ont pu participer aux festivités, avec le soutien actif d’une association qui entend abattre les préjugés dont ces Indiennes sont victimes. A lire dans The Indian Express.

{jcomments on}

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

hic 28 mars 2013 - 20:16

Très bonne idée, cette revue de presse!

Répondre

Laisser un commentaire