Accueil International Revue de presse internationale 28 novembre 2013

Revue de presse internationale 28 novembre 2013

par Isabelle Germain

Progrès d’un côté, regression de l’autre. En Israel un rabbin ne veut plus que les femmes conduisent, en Inde elles sont enrolées par le parti maoïste, en Tunisie un restaurant ne veut pas qu’elles mangent avec les hommes…. La revue de presse internationale  d’Anne Collet.


  La police belge va apprendre à mieux accueillir les femmes

Les agents belges doivent faire preuve de plus de tact et apprendre à mieux approcher les victimes de violence domestique ou de viols, estime la ministre de l’Intérieur belge Joëlle Milquet. En 2012, 20 370 cas de violence conjugale ont été recensés, dont 85% de la part de femmes, de même que 3.421 viols, 19.616 cas de violence psychologique et 3.455 attentats à la pudeur. Or, beaucoup de femmes n’osent pas déposer plainte par crainte d’être mal accueillies. Des formations seront donc proposées aux agents concernés, annonce le magazine Le Vif.


Pas de charrettes, pas de voitures pour les femmes en Israël ?

 

Il n’y a pas qu’en Arabie saoudite que la conduite des femmes fait débat. En Israël, un rabbin ultraorthodoxe reconnu, Amnon Yitzhak, a récemment déclaré que selon les lois de la religion les femmes ne devraient pas être autorisées à conduire, car il s’agit d’un acte immodeste. « La voiture a remplacé la charrette, or les femmes n’ont jamais conduit de charrette », a -t-il notamment expliqué. D’autres avant lui avaient déjà tenu de tels propos, estimant qu’apprendre à conduire à la vue de tous pour une femme était immoral et pouvait provoquer des accidents, rapporte le Jerusalem Post.


Le parti maoïste enrôle de plus en plus de femmes en Inde

 Les rebelles maoïstes indiens qui opèrent depuis plus de 40 ans dans le centre et l’est du pays recrutent de plus en plus de femmes, rapporte le site de la BBC. Pour les experts qui tentent de comprendre la survivance de ce mouvement, l’extrême pauvreté et la récupération des terres pour y implanter des usines poussent la population à partir ou à s’engager dans la lutte armée. Les femmes ont un rôle tactique elles sont au premier rang des attaques pour distraire l’attention des forces de l’ordre. Mais souvent victimes de harcèlement, elles sont aussi nombreuses à lâcher prise.


Un nouveau concept de restaurant en Tunisie : hommes et femmes mangent séparément

La polémique enfle autour de l’ouverture récente à Sousse, une des villes les plus touristiques de Tunisie où la mixité n’a jamais posé de problèmes, d’un restaurant islamiste où hommes et femmes sont accueillis dans deux lieux séparés. Un restaurant qui outre une petite détente gastronomique vous offre la paix et la piété, indiquent les employés barbus et les femmes voilées chargées du service, rapporte Kapitalis. Les réseaux sociaux se sont emparés du phénomène beaucoup dénoncent ce futur lieu de prêche et de prosélytisme.


 La lutte contre les violences faites aux femmes, une priorité du gouvernement ivoirien

23% des viols commis en Côte d’Ivoire sont collectifs et 33% sont commis sur des mineures de 10 à 18 ans, révèle le quotidien Le Patriote. Dans le cadre des 16 jours dédiés à la lutte contre les violences envers les femmes de l’ONU, du 25 novembre au 10 décembre, le gouvernement ivoirien a pris l’engagement de lutter le plus efficacement possible contre ces violences qui prennent la forme d’agressions physiques et sexuelles, viols, dénis de ressources, d’opportunités et de services, mariages précoces ou forcés, mutilations génitales, violences en milieu scolaire etc…

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire