Accueil Politique Les rodomontades anti-IVG de Jacques Bompard

Les rodomontades anti-IVG de Jacques Bompard

par La rédaction
Bompard
Bompard

Jacques Bompard à la « Marche pour la vie » 2015. Par Peter Potrowl [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Le député d’extrême droite veut créer un délit d’incitation à l’interruption volontaire de grossesse, « presque une mode » à ses yeux. Jacques Bompard est un habitué des prises de position anti-IVG… qu’il ne défend par forcément en séance.


 

C’est une idée fixe. Le député d’extrême droite Jacques Bompard s’en prend à nouveau à l’IVG. Il profite cette fois de la loi Egalité et Citoyenneté, examinée cette semaine à l’Assemblée nationale, pour proposer via un amendement que soit « considéré comme délit toute incitation à l’interruption volontaire de grossesse », en l’absence d’une « présentation exhaustive des possibles conséquences physiques ou psychologiques quelles qu’elles soient d’une telle pratique ou sans une sensibilisation exhaustive à d’autres solutions préalablement déterminées ».

Au détour d’un autre amendement de pure forme, Jacques Bompard évoque le besoin « d’informer les femmes sur les violences tues subies par les femmes, tel que l’avortement ».

Interrogé par L’Express, il met en cause le « législateur, qui est responsable d’une propagande » sur l’IVG, qu’il qualifie de « moyen de contraception », devenu « presque une mode ».

Quand il voulait faire « écouter le cœur de l’enfant »

Le député est un habitué de ce genre de signaux anti-IVG. En mai 2015, Jacques Bompard avait déposé une proposition de loi « visant à promouvoir des solutions alternatives à l’avortement ». Il entendait par exemple imposer aux médecins d’informer les femmes souhaitant recourir à une IVG de « la réalité de l’avortement : suppression d’un être ». Et même de « faire prendre conscience à la mère de la réalité de ce qu’elle porte lui faisant écouter le cœur de l’enfant ».

Des convictions anti-IVG que Jacques Bompard est plus prompt à défendre à l’écrit qu’à l’oral. En 2015 encore, il avait déposé des amendements similaires dans le cadre de la loi Santé. Mais ses propositions n’avaient même pas été discutées, et pour cause : le député n’était pas présent en séance pour les défendre. [Mise à jour : et une fois encore, il n’a pas défendu son nouvel amendement en séance jeudi 30 juin].

Voir : Jacques Bompard, député obsédé par les fœtus

Une autre de ses récentes propositions de loi était un florilège, où il comparait « la femme » à un « trésor » et s’élevait contre « l’incitation quasi systématique à recourir au divorce et l’avortement ».

Voir : La femme, ce trésor : le festival de Jacques Bompard

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Couper les subventions au Planning familial ? Une idée fixe au Front National

PACA : la conseillère régionale anti-IVG n’est plus chargée de la Famille

IVG : associations féministes contre évêques

Quand les Républicains veulent protéger la masturbation du fœtus

DOSSIER – IVG

 

7 commentaires

Hélène 28 juin 2016 - 14:12

Typique du vieux blanc.
Si les hommes portaient les enfants, ce serait clairement une autre histoire!
Les femmes sont des trésors mais sont incapables de décider par elles mêmes.
Et il faudrait que ce monsieur se renseigne un peu sur les souffrances physiques au moins qu’une IVG engendre.

Répondre
Libellule d'Ambre 28 juin 2016 - 15:47

Ce monsieur a raison de défendre le droit à la vie; il est l’un des seuls, en France, parmi les personnalités influentes en politique, à défendre la valeur humaine intrinsèque du tout petit humain, et on ne peut que le féliciter de cette position.

Je crois que le débat aujourd’hui n’est plus centré forcément autour du féminisme; il est temps d’abandonner cette posture obsolète, et, plutôt que d’être « féministe », pourquoi ne pas être « humaniste », ce qui à mon avis est plus large et plus juste. Monsieur Bompard n’est ni rétrograde ni facho, ni misogyne – il tente d’ailleurs de dénoncer les violences faites aux femmes.

La seule chose que je lui reproche est son manque d’ouverture quand aux différentes sexualités; lorsqu’il souhaite plus ou moins interdire les mariages homosexuels, il se trompe de combat; lorsqu’on est véritablement humaniste, on doit considérer l’humain dans toute sa diversité (sexuelle entre autres) à partir du moment où cette diversité ne met pas en danger notre pays et notre bien-être.

Je trouve ses remarques très pertinentes et intelligentes – notamment celle qui dit que « l’IVG est devenu presque une mode », car c’est une sordide réalité; et je pense que le fait de faire écouter le coeur du foetus est une action riche de sens qui permet à elle seule de PROUVER le caractère PLEINEMENT HUMAIN du petit embryon humain en construction.

Monsieur Bompard devrait en revanche être plus présent pour défendre ses convictions à l’oral, devant l’assemblée des députés. Malgré tout, même s’il n’a qu’un modeste talent d’orateur, il n’en reste pas moins un homme doué d’un raisonnement très perspicace et brillant.

Répondre
Jasmi 28 juin 2016 - 20:39

Beaucoup d’animaux ont aussi un coeur qui bat, cela n’en fait pas des humains. L’humanité nait de l’éducation, pas d’un amas de cellule voué à dépérir si non éduqué… Bref. Ce Monsieur est connu pour ses position, le droit des femmes ne l’intéresse pas.
Autre chose féministe = vouloir les même droits et la même dignité pour les toutes les personnes, quelque(s) soi(en)t leur(s) sexe(s) et/ou genre(s).

Répondre
Marthapineyda 29 juin 2016 - 06:57

Madame D’Ambre ; l’interdiction d’avorder, n’empêche pas les femmes d’avorter. Soit elles vont en clinique a l’étranger pour le faire ; soit elles le font elles-même avec une aiguille à tricoter et elles en meurent. Comme c’était le cas avant la loi Veil. Quant aux féministes, vous profitez des droits pour lesquels elles se sont battues. Qui ne sont jamais acquis dans ce domaine. Désolée pour vous, mais le combat continue. Mais vous pouvez faire tous les enfants que vous voulez, rassurez vous, aucune féministe ne vous en empêchera. Alors respectez le droit de celles qui n’en veulent pas et qu’une loi légitime.

Répondre
Marthapineyda 29 juin 2016 - 06:58

Bien dit

Répondre
CHS 29 juin 2016 - 08:21

L’avortement est un droit des femmes, il prime sur le droit de trois cellules à faire chier pendant 20 ans des femmes qui n’en ont pas envie. C’est pourtant simple et à la portée du premier « humaniste » venu.

Répondre
09 Aziza 30 juin 2016 - 15:19

Essayons de pacifier un peu le débat. le passionnel et l’affectif ne mènent pas à une vision réaliste de la question de l’IVG.
Un embryon humain est une promesse d’être , comme le chantait si bien Anne Sylvestre. Je lui reconnais davantage de dignité qu’un « amas de cellules ». IlNéanmoins n’empêche que si une femme ne peut ou ne veut pas héberger cette promesse d’être, il lui faut le droit de le faire le plus précocement possible et dans de bonnes conditions. Les aiguilles à tricoter et autres horreurs, les femmes de ma génération en ont vu, et ont dit « plus jamais ça »!.
Il faut bien peu connaître la vie des femmes pour prétendre que l’IVG est une « mode ». C’est TOUJOURS un choix difficile, et une épreuve physique et morale.
Faire écouter le coeur du bébé est juste sadique. C’est aussi bête que les infirmières qui disaient aux accouchées sous X »si vous voyiez comme il est mignon » pour qu’elles reviennent sur leur décision…..mais reviennent confier l’enfant pour placement quelques mois plus tard, avec la possibilité d’une vie de bric et de broc entre familles d’accueil successives, car inadoptable.
Est ce Monsieur Bompard qui va élever ces enfants?
Néanmoins , beaucoup de féministes contemporaines sont sourdes aux souffrances des nombreuses femmes à qui leur compagnon, qui n’a pourtant pas pris les mesures contraceptives infaillibles qui s’imposent lorsqu’on ne veut pas du tout d’enfant, dit « je n’en veux pas » comme s’il s’agissait d’un simple objet, et fait du chantage affectif, du chantage à l’abandon, alors que c’est dans le corps de l’autre que tout se passe.

Répondre

Laisser un commentaire