Au Salvador, avortement interdit, même pour sauver la vie

par La rédaction

La Cour suprême du pays a rejeté la demande d’avortement thérapeutique d’une jeune femme dont la grossesse met la vie en danger. Le Salvador reste un des plus stricts pays au monde à l’égard de l’IVG.


 

Beatriz n’a pas le droit à un avortement thérapeutique. Ainsi en a décidé la Cour suprême du Savador, mercredi 29 mai. Dans ce petit pays d’Amérique centrale, l’IVG est interdite en toute circonstance. A 26 semaines de grossesse, la santé de la jeune femme de 22 ans se dégrade, tandis que son fœtus est atteint d’anencéphalie et risque donc, de toute façon, de naître sans vie. Ses médecins confirment qu’une intervention est nécessaire et que le risque pour la vie de Beatriz grandit au fil des jours.

Mais les juges de la Cour suprême du Salvador ont dit non mercredi 29 mai, par 4 voix contre une, deux semaines après avoir été saisis. Dans leur jugement ils expliquent que « les droits de la mère ne doivent pas primer sur ceux de l’enfant à naître, et vice versa » et rappellent que l’avortement est « contraire à la protection constitutionnelle accordée à la personne humaine ‘dès le moment de la conception’ ».

« La Cour a placé la vie d’un bébé anencéphale a dessus-de celle de Beatriz. La justice ne respecte pas les droits des femmes », a réagi un des avocats de la jeune femme, cité par le New York Times.

Les médecins avaient précédemment annoncé qu’ils n’hésiteraient pas pratiquer un avortement si la vie de la jeune femme est menacée. Un acte pour lequel ils encourent plusieurs années de prison.

Le Salvador reste un des trois Etats d’Amérique latine, avec le Chili et le Nicaragua, où l’IVG est strictement interdite. Plusieurs pays de la région ont, ces derniers temps, assoupli leurs législation sur le sujet, à l’image des députés urugayens l’automne dernier.

 

 

Partager cet article

1 commenter

09 Aziza 6 juin 2013 - 16:42

Où est Béatriz actuellement ? a-t-elle été transférée dans un autre pays ?
Si non, sauvons Béatriz, pétitionnons, manifestons, bref, ne restons pas inactives!

Répondre

Laisser un commentaire