Accueil CultureCinéma Les secrets de la chambre bleue

Les secrets de la chambre bleue

par Arnaud Bihel

ChambreBleueUn homme et une femme s’aiment dans une chambre d’hôtel où ils se retrouvent régulièrement en cachette. Ils sont mariés chacun de leur côté, donc tout cela va forcément mal finir. Une adaptation réussie de Simenon par un cinéaste-acteur habile.


 

On sait que quelqu’un est mort, on sent que c’est grave, mais ce n’est que par petites touches que l’on découvre qui et comment. La chambre bleue est certainement plus agréable à voir quand on n’a pas lu le livre de Simenon et qu’on se laisse entraîner dans la version cinéma que nous en donne Mathieu Amalric.

Une fois passée la gêne de le voir jouer le rôle principal aux côtés de sa compagne depuis dix ans, Stéphanie Cléau, qui incarne la torride maîtresse, on se laisse embarquer dans le plaisir du puzzle : ce film tourné en trois semaines est très bien réalisé, sans doute aussi à cause de l’urgence et de l’économie de moyens dans lequel il a été conçu. Simplicité, format carré (4/3), teintes bleutées (forcément) ou souvent surexposées, mélange subtil de flash-backs et de présent, tout cela construit une sorte d’hébétude qui gagne le spectateur, comme celle du personnage principal, englué peu à peu comme une mouche dans la confiture. La caméra sait s’arrêter sur une abeille, la hanche d’une amante, le dessin d’un tableau, un rideau qui vole et apporter de la poésie dans ce monde glacial, en dehors de la fameuse Chambre bleue de l’hôtel.

Les personnages de femmes ne sont pas ménagés : de la maîtresse dévorante à la femme officielle inquiétante d’abnégation en passant par la belle-mère aux cheveux rouges langue de vipère. Mais les hommes ne sont pas épargnés non plus : on y croise la lâcheté du héros, la ténacité sadique du juge et ces petitesses des habitants d’une petite ville de province qu’aimait à (mal)traiter Simenon. Tous les acteurs sont excellents du début à la fin, le film est court et ressemble à un caillou poli par la mer : doux, potentiellement dangereux et ne révélant jamais son secret.

 

La chambre bleue de Mathieu Amalric, d’après le roman La Chambre bleue de Georges Simenon. Avec Mathieu Amalric, Stéphanie Cléau, Léa Drucker, Laurent Poitrenaux, produit et distribué par Alfama. En salles le 16 mai 2014 (Sélection Un certain Regard à Cannes).

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire