Accueil Politique Au Sénat, malgré tout, un pas en avant pour la parité

Au Sénat, malgré tout, un pas en avant pour la parité

par La rédaction

Si les sénateurs ont dit non à la parité obligatoire dans les conseils départementaux, ils ont validé l’extension du scrutin de liste – et donc du nombre de conseillères municipales – dans les petites villes.


 

Après les élans du débat, jeudi 17 janvier, qui a débouché sur le rejet du scrutin binominal pour l’élection des futurs conseillers généraux, l’heure était à l’apaisement vendredi au Sénat. Les sénateurs poursuivaient l’examen du projet de loi réformant les scrutins territoriaux, et cette fois ils se sont montrés unanimes pour plaider en faveur de la parité… dans les conseils municipaux.

Le projet de loi prévoyait d’abaisser à 1 000 habitants (au lieu de 3 500 aujourd’hui) le seuil de population au-delà duquel les conseillers municipaux sont élus au scrutin de liste. Des listes obligatoirement composées, depuis l’an 2000, d’une alternance homme-femme : de quoi faire automatiquement progresser la parité.

La seule opposition droite-gauche a concerné ce seuil. La droite préférait le voir établi à 2 000 habitants. Mais les sénateurs ont finalement adopté cet article du projet de loi sans le modifier. Un consensus qui a inspiré ce cri du cœur amusé au président de séance, l’UDI Jean-Léonce Dupont : « Nous vivons un moment merveilleux… »

Si la mesure n’est pas aussi symbolique que feu le binôme paritaire, elle n’en constitue pas moins un pas en avant pour la représentation des femmes en politique : l’air de rien, ce sont 16 000 femmes supplémentaires qui feront leur entrée, en 2014, dans les conseils municipaux des 6 500 communes concernées par l’abaissement du seuil, selon le rapport du sénateur Michel Delebarre. Ces communes comptent actuellement 35% de femmes dans leurs conseillers municipaux élus en 2008 – et seulement 11% de femmes maires.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire