Accueil Eco & Social Sept femmes aux commandes de Davos

Sept femmes aux commandes de Davos

par La rédaction

Christine Lagarde à Davos en 2013. Par World Economic Forum [CC BY-SA 2.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0)], via Wikimedia Commons

Pour la première fois, c’est un groupe exclusivement féminin qui présidera le Forum économique mondial de Davos. Parmi ces sept co-présidentes, les Françaises Christine Lagarde et Isabelle Kocher.

Ce sont sept femmes, dont deux Françaises, qui co-présideront le 48ème Forum de Davos en janvier prochain. L’annonce a été faite par le Forum économique mondial, organisateur de l’événement, lundi 13 novembre. C’est la première fois que la direction de ce grand raout des maîtres du monde est confiée uniquement à des femmes.

Ces sept co-présidentes « représentent à la fois les secteurs public et privé, des organisations internationales, la représentation du monde du travail, de la recherche et des sciences ainsi que la société civile et l’entrepreneuriat social ».

Il s’agit des Françaises Christine Lagarde, directrice du Fonds monétaire international et Isabelle Kocher, directrice générale du groupe énergétique Engie ; de la directrice exécutive d’IBM, l’américaine Ginni Rometty ; de la Première ministre norvégienne Erna Solberg ; de la patronne du CERN, l’Italienne Fabiola Gianotti ; de l’Indienne Chetna Sinha, fondatrice de la banque rurale coopérative Mann Deshi Bank ; et de la syndicaliste australienne Sharan Burrow, Secrétaire générale de la Trade Union Confederation.

C’est à elles qu’il reviendra de fixer les détails du programme de l’édition 2018 du Forum Economique Mondial, du 23 au 26 janvier dans la station suisse de Davos, sur le thème : « Créer un avenir commun dans un monde fracturé ».

Chaque année, ce grand rendez-vous de l’élite économique et politique est critiqué, notamment, pour ne pas accorder assez de place aux femmes. Elles représentent toujours moins de 20% des 2500 personnalités qui se pressent chaque année à Davos. « Les hommes continuent à diriger le monde, et ça ne se passe pas si bien », déplorait encore la numéro 2 de Facebook Sheryl Sandberg en 2016.

Voir : À Davos, les hommes parlent (encore)

Le Forum économique mondial édite également chaque année le Rapport Mondial sur la Parité. Sa dernière édition, au début du mois, observait pour la première fois « un coup d’arrêt après une décennie de progrès lents mais constants » pour la parité dans le monde.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

Lili 14 novembre 2017 - 15:46

Et bien, c’est regrettable. La parité ça marche dans les deux sens. Si 7 hommes avaient été en place, on aurait gueulé, et on aurait eu raison. Mais là il y a 7 femmes, donc 50% de l’humanité est virée de l’instance organisatrice d’un sommet qui concerne aussi les hommes. Il faut gueuler aussi.
Du reste comptons sur ces messieurs pour déplacer le vrai lieu du pouvoir là où ils seront représentés.
La parité ce n’est pas la vengeance, ni même la revanche, non on n’a pas à « rattraper des années de Forums 100% mâles ».

Répondre

Laisser un commentaire