Le sexisme à l’Assemblée coûte 1378 euros

par Arnaud Bihel

 Pour avoir perturbé l’intervention d’une députée par des cris de poule, le député Philippe Le Ray se voit privé, pendant un mois, du quart de son indemnité parlementaire.


 

Il n’a fallu que quelques heures pour que le député (apparenté UMP) Philippe Le Ray paie pour son comportement sexiste. Après ses « cot cot codec » lancés lors de l’intervention de la députée Ecologiste Véronique Massonneau (Voir : Philippe Le Ray, nouveau nominé pour le « prix du beauf misogyne »), le président de l’Assemblée Claude Bartolone avait convoqué une réunion de la conférence des présidents dans l’après-midi du 9 octobre.

Un communiqué indique qu’« il a été décidé à l’unanimité que soit prononcé à l’encontre de M. Philippe Le Ray un rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal, en application de l’article 71-4 du Règlement, compte tenu du caractère sexiste du comportement en cause ».

Et selon le règlement de l’Assemblée, un rappel à l’ordre avec inscription au procès-verbal « comporte de droit la privation, pendant un mois, du quart de l’indemnité parlementaire allouée aux députés. » Soit une retenue de 1378 euros, selon l’AFP (selon le site de l’Assemblée, un député perçoit une indemnité nette mensuelle de 5 148,77 euros. Une retenue d’un quart équivaudrait donc à 1287 euros). Suffisant pour faire réfléchir les coqs du Palais-Bourbon ?

 

Partager cet article

6 commentaires

De Profundis 10 octobre 2013 - 07:08

Si le-la député-e avait été noir, s’il avait fait le singe il aurait pris combien ?

Répondre
florence 10 octobre 2013 - 11:20

A noter que les présidents des groupes politiques sont tous des hommes.. Pour ce qui est des députés, seuls les Verts atteignent la parité (8 femmes sur 17 députés), devant les socialistes (106 femmes sur 292 députés soit 36 %). L’UMP est loin avec 13 % de femmes (27 sur les 199 députés). Ce chiffre en dit long sur « l’esprit » de certaines formations politiques et Le Ray est le parfait emblème de cette « élite » dont l’arrogance n’a d’égale que la vulgarité.

Répondre
Lili 11 octobre 2013 - 08:53

La sanction est tombée, enfin !! Je pense à toutes celles qui ne sont pas tombées auparavant…. (contre ceux qui ont sifflé Duflot, insulté Royal…) Mais ça avance !!!
C’est plus symbolique que matériel mais ne nous y trompons pas, le symbole est fort.

@ deprofundis : a priori, le-la député-e avait été noir-e, ça aurait été le même prix, puisque le prix n’est pas fixé à la tête du client mais de manière intangible par l’article 71-4 du règlement de l’Assemblée.

Répondre
Eric Ciechanowicz 12 octobre 2013 - 11:49

Et quand Henri Emmanuelli adresse un doigt d’honneur à ses collègues de l’AN c’est correct ? C’est pourtant clairement sexué.

La Place des femmes est dans la société. Mais l’image de la société sexiste est ici caricaturée à tord et volontairement par celles et ceux qui n’ont rien à dire à la société sur les vrais sujets. Quoi ? faire des bruits de basse courre vous défrise? et Laisser pourrir des femmes enceintes dans des rafiots qui coulent à nos frontières maritimes ?
Alors oui faire la poule devient une façon Bio d’éclairer un débat factice. Car au fond on sait bien que les discours d’EELV à l’assemblée n’ont aucune portée réelle.
Rien de franchement sexiste là dedans. En revanche, ce lynchage médiatique d’un député du peuple, dont le seul tord et de détendre l’atmosphère guindée de la gauche caviar et de l’écologie de bureau…
La gauche française veut elle cacher la vacuité de ses propos ? Faire le procès d’un homme dont le seul tord et de vouloir détendre l’atmosphère, ce n’est pas défendre l’égalité des sexes. C’est juste avouer qu’on a rien à dire en utilisant des procédés staliniens bien connus…

Répondre
Lucette 14 octobre 2013 - 10:19

« Eric Ciechanowicz »
Mais l’image de la société sexiste est ici caricaturée à tord et volontairement par celles et ceux qui n’ont rien à dire à la société sur les vrais sujets.

Euh, c’est quoi les « vrais sujets » ?
Vous voulez bien nous fournir une liste exhaustive ?

Sinon, il paraît que le tort tue… [->je sors]

Répondre
taranis 14 octobre 2013 - 11:44

[quote name= »Eric Ciechanowicz »]
La gauche française veut elle cacher la vacuité de ses propos ? Faire le procès d’un homme dont le seul tord et de vouloir détendre l’atmosphère, ce n’est pas défendre l’égalité des sexes. C’est juste avouer qu’on a rien à dire en utilisant des procédés staliniens bien connus..Ivre, il caquette comme une poule pour railler une consœur Joli niveau de maturité ce mardi 8 octobre à l’Assemblée nationale. Lors d’une intervention de la députée écologiste Véronique Massonneau, Philippe Le Ray (député apparenté UMP) l’imite… en caquetant comme une poule. Manifestement ivre, il est rejoint par plusieurs députés qui font « cot cot codec » de bon cœur. Surprise d’entendre ces caquètement, la députée se fâche : « Ça suffit ! Mais qui fait ça ? » Plus tard, elle regrettera au micro d’i>Télé que les hommes aient « encore du mal à voir une femme dans l’hémicycle ». Le règlement de l’Assemblée rappelle que « toute manifestation ou interruption troublant l’ordre est interdite. Est rappelé à l’ordre tout orateur qui trouble cet ordre. (…) Est également rappelé à l’ordre avec inscription au procès-verbal tout député qui se livre à une mise en cause personnelle, qui interpelle un autre député ou qui adresse à un ou plusieurs de ses collègues des injures, provocations ou menaces » (article 71-6). Le verdict est tombé : Philippe Le Ray sera sanctionné de 25% de son indemnité parlementaire pendant un mois, soit de la somme de 1378 euros.

Répondre

Répondre à Eric Ciechanowicz Annuler la réponse