Accueil SagaInitiatives Sodimédical : les employées résistent toujours

Sodimédical : les employées résistent toujours

par La rédaction

Sodi

Sans salaire depuis 10 mois, ces employées continuent de se battre pour retrouver leur travail. Les politiques ouvrent à nouveau les yeux sur ce « blocage social et judiciaire ».


Il est loin, le combat des Lejaby remporté dans la fièvre de la campagne présidentielle. La cinquantaine de salarié-es de Sodimédical (ce sont en grande majorité des femmes, nous utiliserons donc le féminin dans cet article) se battent depuis 10 mois. Et se battent surtout, aujourd’hui, pour joindre les deux bouts.

Depuis octobre dernier, les employées de cette usine auboise de matériel médical ne touchent aucun salaire. En nommant un médiateur début juillet, le ministère du Travail constatait « une situation de blocage social et judiciaire ». L’été est passé et le blocage persiste.

Tout a commencé en avril 2010, avec la fermeture de l’usine. Les ‘Sodi’ parlent de délocalisation en Chine, ce que réfute la direction. (Lire le reportage réalisé en mai par Le Monde). Depuis, elles ont mené des dizaines de procédures judiciaires contre la maison-mère, le groupe allemand Lohmann & Rauscher, pour tenter de conserver leurs emplois. La dernière décision de justice en date, comme la plupart de celles rendues jusque là, leur a été favorable : la Cour d’appel de Reims, le 11 juillet, a imposé à Lohmann & Rauscher de leur verser leur salaire et de leur redonner du travail. Mais le groupe allemand refuse de s’y conformer.

L’heure des parrainages

Et à l’heure de la rentrée, la politique est de retour dans ce conflit. Vendredi matin, les Sodimedical ont pu échanger pendant quelques minutes avec François Hollande venu inaugurer la foire de Châlons, toute proche. Le chef de l’État a assuré connaître leur dossier. Il a ensuite, dans son discours, évoqué leur « colère ». La veille, c’est Jean-Luc Mélenchon qui était venu les soutenir, à l’heure d’une réunion avec un médiateur nommé le 2 juillet par le ministère du Travail. Une réunion encore improductive. L’avocat des Sodimédical pose un préalable simple : le versement des salaires, comme la justice l’a imposé. Et demande pourquoi aucune poursuite pénale n’a été engagée à l’encontre des dirigeants qui ont ignoré ce jugement. La société a annoncé dans le même temps avoir déposé un recours contre cette décision de la Cour d’appel.

Le 10 septembre, nouvelle étape en vue : le tribunal de commerce de Troyes examinera la liquidation de Sodimédical. En cas de décision défavorable, elles n’auront d’autre choix que d’abandonner leur combat, expliquent-elles. A moins de trouver d’ici là des parrains, qui leur permettraient de survivre sans leurs salaires. Des élus du Front de gauche ont déjà mis la main à la poche.

Photo : France3 Champagne Ardennes. Des Sodimédical face à François Hollande, le 31 août 2012 à Châlons.


A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire