Accueil International Somaya Jabarti, première rédactrice en chef saoudienne

Somaya Jabarti, première rédactrice en chef saoudienne

par Arnaud Bihel

Elle prend la tête de la rédaction de la Saudi Gazette, quotidien anglophone.

La Saudi Gazette est devenu le premier organe de presse saoudien à avoir une femme à la tête de sa rédaction. Somaya Jabarti vient d’être nommée rédactrice en chef. « Je suis agréablement surprise », déclare-t-elle au Wall Street Journal, qui fait part de cette information lundi 17 févier, « car je ne pensais pas que le pays était prêt à voir une femme diriger une rédaction. »

Somaya Jabarti « travaille avec moi depuis près de 13 ans, et depuis presque tout ce temps j’avais en tête de voir une Saoudienne se faire une place dans le bastion masculin des rédacteurs en chef », écrit dans son éditorial de départ celui à qui elle succède, Khaled Almaeena.

Elle était déjà la première femme à occuper un poste de rédactrice en chef adjointe dans le précédent journal où elle travaillait, Arab News, l’autre titre anglophone du pays.

Cette première féminine est toutefois facilitée par le fait que les journaux anglophones disposent d’une marge de manœuvre un peu plus grande que les titres saoudiens arabophones, dans un pays classé à la 164ème place sur 180 dans le dernier classement de la liberté de la presse de RSF.

La Saoudi Gazette et Arab News passent plus facilement « sous le radar de la censure et ont pu publier plusieurs articles sur des sujets considérés comme sensibles, notamment sur les droits humains et les droits des femmes ».

Somaya Jabarti devra aussi compter avec l’autocensure des journalistes. Elle raconte, amusée, au Wall Street Journal, que des reporters lui demandent s’ils ont le droit d’utiliser les mots « porc » ou « sexe ».

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire