Accueil International Sophie Wilmès en Belgique, Claudia Lopez à Bogota : deux premières

Sophie Wilmès en Belgique, Claudia Lopez à Bogota : deux premières

par Isabelle Germain

à gauche Claudia Lopez, à droite Sophie Wilmès

Deux femmes viennent de prendre des responsabilités politiques importantes. Ce sont des événements. La banalisation des femmes de pouvoir est encore très loin.

Il y a quelques semaines, Claudia Lopez, qui vient d’être élue maire de Bogota, capitale de Colombie, déplorait le fait que la victoire d’une femme soit « une nouvelle alors que cela ne l’est pas dans de nombreux pays du monde »…. Une déclaration quelque peu optimiste : placer une femme à un poste clé de la politique d’un pays reste un événement un peu partout dans le monde.

A peu près au même moment, Sophie Wilmès est devenue Première ministre en Belgique et le fait que ce soit une femme a été présenté comme un événement dans la presse. C’est la toute première fois qu’une femme va occuper le 16, rue de la loi à Bruxelles. Même si elle est seulement ministre par intérim puisque Charles Michel, qui doit prendre la présidence du Conseil européen, a souhaité quitter ses fonctions. Mais les titres sur la « première femme à diriger la Belgique » vont bon train. Certains organes de presse ne citant même pas son nom dans leur titre, comme BFM TV qui indique seulement : « Belgique: une femme de 44 ans choisie comme Première ministre par intérim.»  Pire : certains portraits dressés de la nouvelle Première ministre sont infantilisants comme ce long article du Figaro Madame qui appelle très vite la ministre par son prénom et insiste sur sa timidité, son effacement. L’article donne l’impression que Sophie Wilmès n’a pas la carrure d’une femme de pouvoir et qu’elle serait Première ministre, non seulement par intérim mais aussi par inadvertance. Elle a pourtant un parcours politique qui rend sa nomination légitime. Cette libérale francophone entrée en politique à 25 ans, était jusqu’ici ministre du budget. Autre élément qui ne va pas dans le sens de la banalisation des femmes au pouvoir : comme souvent, lorsqu’une femme accède à un tel poste, c’est parce que les hommes ne se sont pas beaucoup battus pour l’avoir. Le gouvernement Belge était en situation de blocage depuis les élections de mai dernier car les partis supposés former une coalition ne parvenaient pas à s’entendre. Et beaucoup d’hommes politiques importants sur la scène nationale Belge préfèrent abandonner leurs mandats et prendre des responsabilités en Europe.

A Bogota, Claudia Lopez présente une double incongruité aux yeux du monde politique : elle est femme et lesbienne. C’est ce que retiennent en priorité les journaux. Ils en parlent bien plus que de son orientation politique et de ses projets pour sa ville… S’il s’agissait  d’un homme, ils évoqueraient son parti politique ou engagement avant tout.

La nouvelle maire est bien consciente que sa personne est aussi son projet politique. « Aujourd’hui, Bogota a voté non seulement pour que la ville change dans les quatre années à venir, mais aussi pour que cette génération change notre société », a lancé l’ex-sénatrice, opposante de la droite conservatrice au pouvoir depuis un peu plus d’un an. Elle estime que la capitale a voté pour que « nous nous libérions du machisme, du racisme, du classisme, de l’homophobie et de la xénophobie ». 

Quand les femmes ne seront plus prises en considération seulement pour ce qu’elles sont mais aussi pour ce qu’elles font, elles pourront devenir des responsables politiques comme les autres. Mais à ce jour, cette banalisation des femmes de pouvoir est encore loin, partout dans le monde. 

Lire aussi dans Les Nouvelles News

LA PREMIÈRE MINISTRE NÉO-ZÉLANDAISE MÈNE UNE POLITIQUE DU BIEN-ÊTRE

LORI LIGHTFOOT, NOIRE, LESBIENNE, MAIRE DE CHICAGO

« A NOS FEMMES, À NOS CHEVAUX… » QUAND CHIRAC PORTAIT UN TOAST

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire