En Suède, pas de rapport sexuel sans consentement explicite

Le Riksdag, Parlement suédois. Photo Ingemar Edfalk/Sveriges riksdag.

Si l’accord n’est pas explicite, alors il s’agit d’un viol. La nouvelle législation suédoise entrera en vigueur le 1er juillet. “La responsabilité des hommes et des garçons doit être clarifiée”, souligne le gouvernement.


 

Le sexe sans consentement est un crime. C’est le message clair que veut faire passer le projet de loi sur le viol, présenté à la fin de l’année dernière par le gouvernement suédois en pleine déferlante #MeToo, et adopté à une très large majorité par le Parlement, mercredi 23 mai.

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php