Accueil Politique & SociétéFamilles La Suède veut (encore) mieux partager le congé parental

La Suède veut (encore) mieux partager le congé parental

par Arnaud Bihel
Hoa

L’haltérophile Lennart ‘Hoa Hoa’ Dalgren dans une campagne de communication de la Sécurité sociale suédoise, dans les années 70, incitant les pères à prendre leur congé parental. Via blogs.sweden.se

Le gouvernement suédois va étendre de deux à trois mois la période non transférable à prendre par le père. Et la question d’un congé parental individualisé – partagé à 50/50 en théorie – n’est pas close.

Impliquer les pères dans le congé parental. Pionnière dans ce domaine, la Suède entend faire encore plus. Le gouvernement suédois a confirmé jeudi 28 mai son intention de faire passer de deux à trois mois (sur un total de 16 mois) le temps de congé parental (föräldraledighet) obligatoirement pris par le deuxième parent – dans les faits, le père.

Le gouvernement, à majorité sociale-démocrate, espère que le Parlement votera cette réforme avant la fin de l’année. Elle pourrait entrer en vigueur dès 2016.

C’est en 2002 que la Suède a instauré un « quota » de deux mois à prendre par le deuxième parent (sur 480 jours de congé global), sans quoi ils sont perdus. Résultat : en 10 ans, le temps du congé parental pris par les hommes a doublé. En 2011, les pères prenaient 24% des jours de congé parental, contre 12% en 2000.


En France, le congé parental est pris à 96% par les mères. La loi pour l’égalité réelle de 2014 a instauré, comme en Suède, une période non transférable à prendre par le deuxième parent. Mais la grande différence est qu’en Suède le congé parental est intégralement rémunéré.
Voir par exemple : 100 000 pères en congé parental ? C’est peu probable

Un troisième mois de congé parental à prendre par les pères « n’est certes pas le seul moyen de parvenir à l’égalité » entre les hommes et les femmes ; « il nous faudra faire plus », a commenté la ministre des Affaires sociales Annika Strandhäll.

Un jour, un congé parental individualisé ?

La nécessité d’une réforme plus ambitieuse fait d’ailleurs débat. Le parti féministe Feministiskt Initiativ, qui a manqué de peu d’entrer au Parlement à l’automne, ainsi que le Parti de gauche, soutien du gouvernement, prônent un congé parental individualisé. C’est à dire partagé en deux périodes égales non transférables entre les parents. En Suède, les prestations sociales – de même que l’impôt sur le revenu – sont déjà individualisées.


Individualiser l’impôt sur le revenu, pour favoriser l’égalité entre les femmes et les hommes ? La question revient régulièrement dans le débat en France, pour être régulièrement enterrée.
Voir par exemple : La piste fiscale pour l’égalité salariale

Le congé parental individualisé est même un des éléments de programme adoptés le 31 mai par le Parti social-démocrate, la formation du Premier ministre Stefan Löfven, réuni en Congrès. Mi-mai, trois figures féminines du parti le clamaient dans une tribune : c’est « la seule réforme capable de répondre au problème structurel » des inégalités femmes/hommes au travail. Par exemple au fait que les femmes travaillent bien davantage à temps partiel. La proportion est à peu près la même qu’en France.

Lire aussi : Le « modèle suédois », tout relatif

Mais l’annonce de l’allongement de deux à trois mois du ‘quota’ réservé au deuxième parent est un moyen pour le gouvernement de couper court à ces demandes. A l’issue du congrès social-démocrate, le Premier ministre a ainsi minimisé le vote de son parti en affirmant que le congé parental individualisé est un objectif… à long terme. Il n’est pas à l’ordre du jour du gouvernement.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

09 Aziza 4 juin 2015 - 10:10

Existe t-til des études récentes sur COMMENT se passe ce congé en Suède?
Attention à ne pas transformer les pères en mère bis…..car alors, les enfants n’ont pas de père! C’est une tendance moderne bien fâcheuse Certaines femmes commencent à être un peu dépossédées de leur relation mère-bébé des premiers mois par des pères intrusifs, angoissés, qui prétendent tout savoir mieux qu’elle….car la domination masculine est toujours à l’oeuvre.
Tout ceci mérite des analyses et des études fines.

Répondre

Laisser un commentaire