Accueil International Tolérance zéro contre les atteintes sexuelles dans les transports londoniens

Tolérance zéro contre les atteintes sexuelles dans les transports londoniens

par Arnaud Bihel

Depuis le mois d’août, une opération mobilise la police et incite les victimes à porter plainte. Avec succès.


 

On ne touche pas ! Du 23 au 28 septembre, 120 policiers, en civil ou en uniforme, étaient déployés dans les transports publics londoniens, avec pour cible les auteurs d’atteintes sexuelles et « comportements non désirés ». Quinze personnes ont été arrêtées.

Cette semaine d’action s’intégrait dans un dispositif plus vaste qui associe la police et l’équivalent londonien de la RATP : le « Project Guardian », lancé en août 2013 après une enquête soulignant que 15% des femmes avaient été confrontées à des comportement sexuels inappropriés sur le réseau de transports. Et environ 90% d’entre elles ne l’ont pas signalé à la police.

Plusieurs mouvements féministes, dont le projet « Everyday sexism », ont été associés à cette opération au long cours. Exhibitionnisme, attouchements, gestes ou commentaires obscènes ou harcèlement… autant d’actes que les victimes et témoins sont invités à ne pas passer sous silence.

Et le projet porte ses fruits. Depuis son lancement, la police dit avoir observé une hausse de 20% des signalements par rapport à la même période l’an dernier. Par ailleurs, 2000 agents de police ont été formés spécialement pour appréhender ces situations.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Sexisme ordinaire, les langues se délient

Pour éviter d’être harcelées, couvrez-vous

Pour des villes plus sûres pour les femmes et les filles

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire