Accueil Société Top des femmes de l’année : le marronnier hypocrite et sexiste

Top des femmes de l’année : le marronnier hypocrite et sexiste

par De profundis

 

marlene_schiappa_conferenceSous des dehors bon enfant, les classements des femmes de l’année qui fleurissent en décembre sont le parangon du traitement réservé à la moitié de l’humanité dans les médias : un sous-genre qu’il faut tendre à communautariser. Par Marlène Schiappa


 

Classer les femmes de l’année pour mieux les oublier ?

Premier problème : établir un classement de femmes signifie cautionner l’absence de femmes dans les classements de « personnalités ». En théorie non genrés, ces classements ne promeuvent majoritairement que des hommes. Logique, puisque les autres classements ne s’encombrent même pas de la formulation « personnalité » pour aller directement à « homme » au sens sexué du terme. Le Parisien a par exemple publié un classement des « hommes les plus riches du monde » les échos un diaporama des «hommes les plus influents du monde »…

Quand ces classements ont la décence d’utiliser un terme neutre, c’est pour insérer une caution féminine (Christine Lagarde écope généralement de ce rôle) Dans le classement 2012 du Time, par exemple, on ne trouve que 2 femmes dans le top 10. Et je ne parle même pas des « classements de femmes » qui glissent un homme dans leur sélection : pourquoi alors, ne pas directement les intituler « classement de personnalités » au lieu de faire comme si le féminisme était réservé aux femmes ? On l’aura compris, le classement des femmes de l’année n’est qu’un pis-aller.  « Oui vous êtes absentes des classements généraux, mais regardez on vous a fait une case rien que pour vous, avec du rose et des paillettes. Alors, heureuses ? »

Les femmes communautarisées

Deuxième problème : établir ou cautionner des classements de « femmes de l’année » revient à ghettoïser les femmes, et à entretenir une forme de communautarisme que beaucoup déploraient pourtant sous Sarkozy. Cette année, on m’a par exemple demandé d’établir mon « classement des mères de l’année ». Au point où on en est, pourquoi ne pas dresser également le classement des femmes stériles de l’année, des Noirs de l’année, des transplantées du rein avec un quart de sang chinois de l’année… ? La BBC ne s’était sans doute pas posée ces questions l’an dernier quand elle a classé un panda dans le « top des femmes de l’année. » Certains médias jouent sur les mots et dressent leur classement des « femmes qui en ont fait le plus pour la cause des femmes cette année ». Sous-entendu, on ne classe pas juste les ménagères ou les égéries L’Oréal, on classe les femmes « qui-en-ont. » Sauf que ce type de classement hyper-personnalisé n’est pas adapté aux groupes féministes actuels, qui la jouent collectif, de La Barbe aux Femen en passant par Osez le féminisme, quoi que l’on pense de ces groupes.

Kate Middleton, Rihanna et Valérie Trierweiler, des « modèles » ?

Troisième problème, le fond de ces classements. L’an dernier, nous avions été gâtées avec dans la plupart des top 10, la présence de Kate Middleton dont le seul fait d’armes était d’avoir épousé en grandes pompes et en direct à la télé un type qui s’avère être le petit-fils d’une monarque (pour l’avancée des droits des femmes et pour la promotion de l’égalité, on repassera) ou d’Anne Sinclair, dont la présence aurait été tout à fait bienvenue si elle était légendée par ses activités professionnelles et non pour sa vie privée. Ajoutons Audrey Pulvar, ou Rihanna qui sont présentes dans de nombreux « top » et nous comprenons le message sous-jacent : pour être « femme de l’année », sois « femme ou ex-femme de quelqu’un ». Certains osent même recycler Valérie Trierweiler / Ségolène Royal. Première femme au deuxième tour d’une élection présidentielle, cette dernière est souvent présentée comme « l’ex de l’actuel président ». D’autres, comme auféminin font cohabiter Malala avec des stars de la chanson ou des « femmes de ». Quand les médias daignent citer des femmes qui ont « fait l’actualité », c’est toujours en les renvoyant à une position de victime avec un cynisme odieux : une femme licenciée ou violée, par exemple, fera un très bon parangon de « femme de l’année », pour eux. Enfin, n’oublions pas la dose de démagogie essentielle à un tel classement, comme Daphné Bürki dans son émission consacrée au sujet, qui a osé dire que « la femme de l’année, c’est la maman qui se lève la nuit… » Et si c’est « le papa » ? Allez, puisque la démagogie est à la mode, cœurs, papillons et dauphins à paillettes pour tout le monde, comme diraient mes amis Facebook, « nous sommes toutes les femmes de l’année, oui même vous Monsieur. » Bonne année à tou-te-s…

Marlène Schiappa, présidente de l’association « Maman travaille »

www.journee-mamantravaille.com

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS

Des femmes et des hommes qui changent le monde

La femme de l’année : la contestataire (en 2011)

Malala mais aussi Nadia, Anissa, Farida…

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Catherine 31 décembre 2012 - 14:52

Je suis en phase avec les classements qui n’apporte pas grand chose … Et je suis plus favorable à ceux qui peuvent parler des femmes de manière à créer des modèles pour nos filles. Vous le dites si souvent : si nos filles n’ont pas de modèles, comment peuvent-elles penser qu’elles ont aussi droit à la réussite ? Il faut donc en parler et même si cela doit être des classements strictement féminins.
Aujourd’hui, nous avons des pensées modernes mais des cerveaux dirigeants archaïques !
Avec le temps, les femmes apparaîtront dans les classements médiatiques standard et on se posera la question pourquoi il existait le classement de la femme la plus célèbre, la plus riche, la plus belle, … Ce ne sera pas en 2013, mais c’est le chemin qui y mène.

Répondre
09 Aziza 24 janvier 2013 - 10:01

En 1972, j’ai passé à l’étranger mon CAPES d’Anglais. Il y avait encore un « CAPES hommes » et un « CAPES femmes ». L’Education Nle française pensait donc que, comme pour le sport, nous concourrions dans deux catégories différentes, les deux types de cerveaux étant, comme les muscles, différents ??
Cette distinction a été abolie peu de temps aprés.Mais c’était pareil pour tous les concours, l’Agreg, etc…
Et sur les listes séparées de reçu(e)s, on était encore intitulées: Mme Y+prénom, épouse X.(voir un film culte bien connu..). Cependant, au niveau du « traitement » par les professeurs, je n’ai jamais ressenti aucune attitude spécifique envers les étudiantes. Certaines passaient des oraux enceintes jusqu’aux dents, personne ne mentionnait leur état; on leur apportait juste une chaise.Paradoxe?

Répondre

Laisser un commentaire