Toronto et le terrorisme misogyne

La tuerie de Toronto commence à être qualifiée de « misogyne » contrairement à celle de Santa Barbara, en 2014. Mais pas de plan international de lutte contre le terrorisme misogyne à l’horizon.

Deux jours après, l’affaire ne prend plus que quelques secondes dans les journaux télévisés français. Aux premières heures suivant la tuerie de Toronto au Canada lundi 23 avril, les médias retenaient leur souffle. L’homme qui a tué 10 personnes et en a blessé 15 autres avec une camionnette était-il un terroriste ? A mesure que la crainte du terrorisme islamiste s’éloignait, l’affaire se dégonflait.

Mais cette fois-ci, une piste, autre que la santé mentale du tueur, Alek Minassian, est explorée par la police : «…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d’exister.

Pour accéder au contenu vous devez soit vous connecter soit vous abonner

css.php