Accueil Médias Traitement journalistique exemplaire d’un féminicide à Auch

Traitement journalistique exemplaire d’un féminicide à Auch

par La rédaction

« On ne tue pas par jalousie mais par choix », un article de La Dépêche reprenant le réquisitoire de l’avocate générale ne laisse aucune place à l’idée de « crime passionnel »

C’est assez rare pour être remarqué. Quelques jours après que le Trumblr #LesMotsTuent ait compilé 350 articles de presse atténuant des crimes sexuels ou meurtres de femmes par leur conjoint, un article du quotidien régional La Dépêche évite tous les écueils possibles. Même les reprises des propos de l’avocate du meurtrier ne jouent pas la carte du « crime passionnel »

Le journaliste Bernard Ducom raconte la condamnation par la cour d’assises du Gers, d’un homme ayant assassiné sa compagne à coups de couteau. Dès le titre, le ton est donné : « A Auch, 25 ans de réclusion pour avoir tué sa compagne »  

Dans l’article, pas une once de romantisme, pas la moindre expression minimisant l’horreur de ce crime. Au contraire,  il reprend entre guillemets les arguments impeccables de l’avocate générale Charlotte Béluet. Elle a requis 25 ans de prison parce que l’homme a « donné volontairement la mort » (…) « Mateos voulait Fabienne comme ses précédentes compagnes, soumise à son emprise totale. Il l’a frappée parce qu’il s’en sent propriétaire, en la tuant il s’en rend propriétaire » (…) « Il n’y a pas eu de lutte, il a tué Fabienne délibérément pour ne pas qu’elle lui échappe ». (…) « On ne tue pas par jalousie mais par choix » Et le journaliste de préciser : « la magistrate réfute le crime passionnel (‘ le crime d’amour n’existe pas à la différence du crime d’amour-propre ‘) et selon elle ‘il n’y a pas de place pour l’altération du discernement’ »

Aucun des arguments de l’avocate du meurtrier ne pouvait être retenu. Ni son enfance malheureuse auprès d’un père violent, ni son bégaiement non soigné qui le rendait agressif, Encore moins la drogue ou l’alcool qui sont des circonstances aggravantes et non atténuantes. L’avocate a bien appelé à juger un homme fragile et non un « fait de société » en faisant allusion aux récents mouvements de lutte contre les violences faites aux femmes mais c’était peine perdu. Ce mouvement a au contraire mis en lumière la gravité de ces crimes jusqu’ici minimisés et permis aux jurés de suivre l’avocate générale.

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Laurence Rossignol : “Personne n’avait jamais demandé la reconnaissance du féminicide”

#LesMotsTuent : 350 articles épinglés et un début de questionnement dans les médias

Meurtre d’Alexia Daval : les mots tuent aussi

“Importuner” ou “agresser” ? Injures sexistes minimisées dans l’affaire Placé

Pour en finir avec la maltraitance journalistique des violences en Belgique

Contre la maltraitance journalistique des agressions sexuelles : l’Espagne aussi !

Requalifications et disqualifications

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire