Accueil MédiasBruits et chuchotements Tribunal médiatique, l’homme/ l’œuvre, Polanski, Haenel… questionnons les questions

Tribunal médiatique, l’homme/ l’œuvre, Polanski, Haenel… questionnons les questions

par Isabelle Germain

Manifestation du 23 novembre 2019

Face à la libération de la parole des femmes, des résistances s’expriment dans les médias, de façon indirecte. « Un autre genre d’info » est possible. Cinq points de résistance à lever.

Depuis que l’omerta sur les violences sexistes se fissure, la fébrilité gagne quelques médias. Les questions posées par certains d’entre eux montrent qu’ils ne sont pas tout à fait prêts à libérer la parole des femmes. Ayant été invitée à débattre chez des confrères, (ici dans 20Minutes  ou là sur RT News et d’autres qui seront publiés plus tard) je résume les frictions en 5 points. Alors questionnons les questions des médias mainstream et reparlons du (mal)traitement journalistique des violences sexistes.

1. « Tribunal médiatique »? Un « tribunal médiatique » condamnerait des hommes à la place de la justice. L’expression revient en boucle a propos de l’affaire Polanski et de l’enquête de Médiapart sur les agressions sexuelles dénoncées par Adèle Haenel. Mais pourquoi parler de « tribunal médiatique » avec tant d’insistance à propos des violences sexistes ? Ce «tribunal médiatique», s’il existe, devrait valoir pour bien d’autres sujets. Qu’il s’agisse des affaires Cahuzac, Benalla, de Rugy, Fillon, des ministres virés parce que soupçonnés de fraude… Pourquoi, sur les sujets de violences sexistes, agiter ce chiffon rouge si ce n’est pour intimider celles qui voudraient s’appuyer sur les médias pour les dénoncer ? Et, en quelque sorte, inverser la culpabilité ? La tentative de censure est d’autant plus fallacieuse que ce qui est dénoncé aujourd’hui est davantage un système que des individus. (voir : Adèle Haenel s’attaque à la responsabilité collective dans les agressions sexuelles).
Le problème de ceux qui agitent ce chiffon rouge n’est pas qu’un prétendu « tribunal médiatique » se substituerait à la justice. Le problème est que ce tribunal défendait jusqu’ici une culture misogyne et qu’il commence à défendre une culture féministe. Souvenons-nous de l’affaire DSK. Dès la déflagration venue des Etats Unis, quasiment tous les médias en France, se sont mis du côté de celui qui était alors directeur du FMI et mettaient en accusation sa victime. Les micros étaient tendus à ses amis et journalistes qui parlaient de « troussage de domestiques » ou de « jeu de séduction ». Au lendemain de son arrestation, Les Nouvelles News était le seul journal français à évoquer sans détour « l’omerta sur les violences sexuelles» Notre article a été repris par le quotidien britannique The Guardian avec ce titre « Ne faites pas de DSK une victime ». Beaucoup de journaux étrangers sont venus nous interviewer. Les journalistes étrangers étaient stupéfaits par l’aveuglement de nos confrères français qui confondaient séduction et violence ou ignoraient la notion d’abus de pouvoir (pour lequel DSK avait pourtant été inquiété auparavant) (voir Sexe et pouvoir : l’exception médiatique française)
Les médias infusaient allègrement une culture du viol. Aujourd’hui ils commencent à reculer un peu mais pas trop.  Un intellectuel français, Alain Finkielkraut, peut dire, au cours d’une même émission, que Samantha Geimer, alcoolisée, droguée et contrainte à une relation sexuelle à l’âge de 13 ans par Polanski (la justice américaine n’emploie pas le mot « viol »), était assez mature pour être consentante… Mais Greta Thunberg, à 16 ans, est selon lui beaucoup trop jeune pour se soucier de sauver la planète. (voir : « On ne peut plus rien dire !» Quand Finkielkraut perd le monopole de la parole).

2.« Il faut porter les accusations devant les tribunaux.» C’est l’injonction qui suit la diabolisation du prétendu « tribunal médiatique ». Justement, le problème est que la justice ne fonctionne pas bien sur la violence sexiste. C’est ce que disent les féministes depuis des années, ce qui a été dit et répété pendant le « Grenelle des violences ». Seulement 10 % des victimes de viol déposent une plainte et une plainte sur 10 seulement aboutit à une condamnation. Pourquoi ? Parce que les victimes sont encore souvent mal reçues dans les commissariats, parce que la justice n’est pas outillée pour trouver les preuves, parce qu’il est très facile pour l’accusé d’affirmer que la plaignante était consentante, parce que l’on questionne trop souvent la victime sur sa tenue vestimentaire pour déduire qu’elle était consentante… Comment prouver le non consentement, la menace ? C’est parole contre parole et le doute bénéficie à l’accusé surtout si c’est un homme puissant. En revanche la plaignante, si elle est déboutée, risque d’être lourdement condamnée pour dénonciation calomnieuse. La justice en France est particulièrement en retard sur ces sujets. En 2011 la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a condamné la France parce qu’elle pratiquait la « présomption légale de culpabilité » à l’encontre des victimes de harcèlement sexuel.  Lorsqu’une personne accusée de harcèlement sexuel bénéficiait d’un non-lieu faute de preuves, celle qui l’accusait pouvait être automatiquement condamnée pour «dénonciation calomnieuse». La CEDH a considéré qu’il y avait « violation du principe de présomption d’innocence » des plaignantes. La peur de l’accusation de dénonciation calomnieuse dissuade encore trop de femmes. (voir : Violence sexuelle et dénonciation calomnieuse : la France condamnée »)

3. « C’est la porte ouverte à la délation ». Ou, variante « Maintenant aucun homme n’est à l’abri » a répété Frédéric Taddeï qui animait l’émission « Interdit d’interdire » à laquelle j’ai participé. Dès le début de la vague #MeToo, cette crainte s’était exprimée très fortement. Crainte infondée. Comme pour le sujet « tribunal médiatique », le phénomène des dénonciations fausses n’est pas spécifique aux violences sexistes. Personne n’est à l’abri d’être accusé de tout et n’importe quoi. Pourquoi agiter ce chiffon rouge des fausses accusations si ce n’est pour dissuader les victimes de violences sexistes de parler ? Et, encore une fois, inverser la culpabilité ? Jadis (et peut-être encore maintenant) certains policiers et juges dissuadaient les victimes de porter plainte pour ne pas détruire la vie de pauvres garçons . On refusait d’entendre la parole des victimes de pédophiles parce qu’il ne fallait pas déstabiliser une famille, prendre le risque d’être broyé.e par un homme abusant de son pouvoir ou une paroisse. En focalisant sur le risque de « délation », on pose une présomption de mensonge sur la tête des victimes.

Ceux qui voient dans la libération de la parole des femmes une sorte de complot contre les hommes sont les mêmes qui, jadis, infusaient dans les médias une culture misogyne. En 2012 par exemple, Frédéric Taddeï invitait le proxénète belge Dodo la Saumure sur une chaîne de service public (On découvrait à l’époque que DSK parlait de « matériel » -pour demander des jeunes filles dans des soirées). Et, bien que le proxénétisme soit interdit en France, le bonhomme pouvait, pendant 20 minutes sur une chaîne à forte audience, parler avec un air mielleux de « ses filles » qu’il « protégeait » sous le regard bienveillant de l’animateur. Taddeï donnait à voir un brave type, pas un sombre proxénète. (Voir : Taddeï « complaisant » avec le proxénète Dodo la Saumure, juge le CSA) Et dans le même temps, des député.e.s construisaient une loi de lutte contre le système prostitutionnel et se faisaient traiter de pudibond.es quand elles et ils voulaient mettre fin à l’esclavage de jeunes filles séquestrées par ces proxénètes. C’était un temps où la fabrique à héros que sont les médias était fermée aux féministes. Depuis, elles ont réussi à enrayer la machine en prenant la parole en direct grâce aux réseaux sociaux. Et la contre-attaque « halte à la délation » tente de réinstaller l’omerta.

4) « Peut-on séparer l’homme de l’artiste ? » La question est posée à propos de Polanski, ses défenseurs répondant oui, il faut séparer.  Mais Polanski a lui-même dit « non » en se comparant à l’homme injustement persécuté de son film. Séparer l’homme de l’artiste est un alibi facile. Les médias sont des fabriques à héros. Ils doivent cesser de les porter aux nues quand ces héros deviennent des délinquants. Il ne viendrait à l’esprit d’aucun de ces fabricants de stars de dire que par exemple un homme politique qui a conduit en état d’ivresse à 200 km/h n’a rien fait de trop grave. Ils ne diraient pas davantage qu’un grand footballeur raciste est un type bien. En revanche, quand il s’agit de violence sexiste, pas de problème. Les médias continuent de faire de Polanski un héros, les professionnels du cinéma l’affublent de tous les honneurs… Quels messages permissifs pour les violeurs ! Quand Bertrand Cantat a tué Marie Trintignant, les médias, les producteurs de disque, les organisateurs de festivals lui ont déroulé un tapis rouge à sa sortie de prison. S’ajoutait à l’horreur, le terrifiant mythe du « crime passionnel. » Un tel crime n‘existe pas. Tuer n’est pas aimer.  Tous ces messages d’héroïsation de délinquants sexuels et coupables de féminicides placent le seuil de tolérance aux violences masculines à un niveau très élevé en France.

5) Liberté d’expression… de qui ? Cette question n’est pas posée par les médias mainstream à propos de la libération de la parole des femmes. Mais elle devrait être centrale dans le débat. Jusqu’à présent, la liberté d’expression ne bénéficiait qu’à une petite caste d’hommes de pouvoir qui dessinaient le monde comme ils l’entendaient, qui disaient aux femmes ce qu’elles devaient penser et comment elles devaient se penser. Ces hommes qui détiennent le pouvoir en politique, dans les médias, dans les institutions culturelles… Ils avaient la liberté d’imposer un seuil de tolérance aux violences sexistes très élevé. Grâce à Internet, aux réseaux sociaux et à la mobilisation de groupes féministes, une autre voix se fait entendre. « Un autre genre d’info» est possible. C’est encore le pot de terre contre le pot de fer mais petit à petit des brèches s’ouvrent. 

Lire aussi dans Les Nouvelles News

#LESMOTSTUENT : 350 ARTICLES ÉPINGLÉS ET UN DÉBUT DE QUESTIONNEMENT DANS LES MÉDIAS

HAINE ANTIFÉMINISTE

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire