Accueil Politique & Société Trump, un an après : « Les femmes mènent la résistance »

Trump, un an après : « Les femmes mènent la résistance »

par La rédaction

Danica Room en juillet, lors d’une manifestation contre la décision de Donald Trump d’interdire l’armée aux personnes transgenre. Par Ted Eytan, Washington, DC, USA – CC BY-SA 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=63829446

L’élection de Danica Roem à l’assemblée de l’État de Virginie, une première pour une femme transgenre, illustre l’espoir des femmes qui s’engagent pour s’opposer à Donald Trump.

 

Un an après l’élection de Donald Trump, une première claque électorale pour l’hôte de la Maison Blanche. Les candidats et candidates démocrates semblent être les grandes gagnantes de la journée électorale du mardi 7 novembre, marquée par une série de scrutin locaux.

L’une de ces victoires est particulièrement marquante : c’est celle de Danica Roem, élue à l’assemblée de l’État de Virginie. Cette journaliste devient la première femme ouvertement transgenre à siéger dans une assemblée d’État aux État-Unis.

Si elle avait à peine évoqué les questions d’identité de genre durant sa campagne, axée sur les problèmes locaux, et notamment la circulation, son adversaire rend sa victoire d’autant plus symbolique. Danica Roem s’est imposée face au candidat républicain sortant en poste depuis 25 ans, Bob Marshall. L’homme, ultra-conservateur, se vantait d’être un « homophobe en chef » et durant la campagne utilisait le masculin pour qualifier son adversaire. Dans ce qui relève d’une bataille culturelle aux États-Unis il avait également déposé, sans succès, une proposition de loi pour restreindre l’accès des toilettes aux personnes transgenre.

Au-delà du cas de Danica Roem, cette journée de vote apparaît comme une journée de victoire pour les femmes du Parti démocrate. L’État de Virginie illustre encore cet exemple : parmi les 15 Démocrates qui y ont conquis un siège, 11 étaient des femmes.

« Les femmes mènent la résistance – que ce soit en se portant candidates ou en votant en masse pour des candidat.e.s démocrates », se réjouit l’association Emily’s List. Cette organisation de soutien aux femmes progressistes en politique annonçait fin octobre que, depuis l’élection de Donald Trump, pas moins de 20 000 femmes l’ont contactée, désirant se porter candidate à une élection.

 

 

Laisser un commentaire