Accueil International Turquie : nouveau recul pour les droits des femmes

Turquie : nouveau recul pour les droits des femmes

par La rédaction

Le gouvernement Turc menace de dissoudre l’association « Nous ferons cesser les féminicides ». Manifestations : « Ne poursuivez pas les femmes, mais les assassins ! »

Le régime d’Erdoğan poursuit ses attaques contre les Droits des femmes. A l’été 2021, il avait retiré la Turquie de la Convention d’Istanbul, le traité européen contre les violences faites aux femmes, pour plaire aux conservateurs.

Lire LA TURQUIE SORT DE LA CONVENTION D’ISTANBUL

 Cette fois-ci, il mène une action en justice pour faire interdire la plus importante organisation féministe du pays, l’association « Kadın Cinayetlerini Durduracağız », en français :« Nous ferons cesser les féminicides ». 

Le parquet d’Istanbul vient d’ouvrir une procédure judiciaire en vue de faire fermer cette association qui aurait agi selon lui « contre la loi et contre la morale ». L’autorité judiciaire aurait reçu plusieurs courriers affirmant que l’association de défense des droits des femmes portait atteinte à la « structure familiale ». Le parquet reproche à l’association de vouloir « détruire la famille au prétexte de défense des droits des femmes »

Créée en 2010 « Nous ferons cesser les féminicides » veut alerter l’opinion publique et dénonce l’absence de statistiques officielles sur les féminicides. La plateforme a recensé 111 féminicides depuis le début de l’année 2022, 419 en 2021 et 413 en 2020. Elle compte les féminicides et les morts suspectes, présentées comme des suicides. Dans un communiqué, l’association précise que « Plusieurs personnes de l’association ont par ailleurs été visées par des enquêtes policières mais aucune n’a abouti à des accusations »

« Ne poursuivez pas les femmes, mais les assassins ! »

Immédiatement, de nombreuses femmes se sont mobilisées dans plusieurs villes de Turquie aux cris de « Ne poursuivez pas les femmes, mais les assassins ! »

L’AFP a recueilli des témoignages lors des manifestations comme celui de Nihat Palandoken, le père d’une jeune fille tuée en 2017 par son ex-ami : « Ces femmes sont des combattantes. Elles ne nous ont pas laissés seuls et ont suivi notre procès. J’ai voulu être là pour les soutenir » .

Les journalistes du courrier des Balkans ont également pu voir les drapeaux violets de proches des victimes de féminicides flotter au vent et entendre des témoignages poignants : « ‘Lorsque j’étais seule dans mon deuil, les membres de la plateforme étaient là pour me soutenir ; maintenant que la plateforme est menacée, je serai là pour les soutenir’, a lancé une femme au micro qui lui était tendu. Et alors que sa voix se brisait en évoquant la mort de sa fille, les femmes lui ont répondu en chœur : ‘Tu ne marcheras jamais seule’. En plus de recenser un à un chaque féminicide commis en Turquie, Kadın Cinayetlerini Durduracağız effectue un véritable travail d’accompagnement des familles et des femmes victimes de violences en mettant à leur disposition des avocats bénévoles » relate le journal.

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire