Un 8 mars trop rouge

par La rédaction

escarpinJournée des droits des femmes : quand la com’ et la bonne conscience priment sur le sens.


 

A l’approche de la journée internationale des droits des femmes, le 8 mars, cette semaine va voir fleurir des initiatives plus ou moins heureuses. Deux d’entre elles appellent les hommes à s’impliquer… en s’en tenant à l’apparence.

Voilà un mois, le magazine Marie-Claire faisait poser des hommes célèbres en escarpins rouges au nom de « la lutte contre le sexisme. » Sans qu’on comprenne vraiment le sens de cette initiative… si ce n’est qu’elle permet à son partenaire, un marchand de chaussures, de se mettre en avant (Voir : La fourberie d’escarpins… )

Et le jour même du 8 mars, l’opération connaîtra un deuxième volet, on ne peut plus officiel, dans la mairie du 4ème arrondissement de Paris, en présence notamment d’Anne Hidalgo. Tous les hommes de bonne volonté sont invités à venir chausser des escarpins rouges « pour exprimer leur solidarité et leur engagement en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes. »… et pour cela, sur place, ils « se verront offrir par la marque une paire de chaussures à talon à leur pointure ».

Puis ils pourront rentre chez eux.

Mais avant de monter sur leurs talons rouges, les hommes engagés pourront faire mieux encore : mettre du rouge à lèvres. C’est là une autre opération spéciale 8 mars, menée cette fois par le site Auféminin.com. Et en partenariat, lui, avec un site de photographie.

L’opération « Mettez du rouge » entend « faire reculer les chiffres » des violences faites aux femmes. Combattre la violence en mettant du rouge à lèvres, voilà qui est ambitieux. Comme le remarque la blogueuse Sophie Gourion, « on s’attaque ici au symptôme, pas à la cause (…) Habile façon de se racheter une bonne conscience à peu de frais. Et de ‘maquiller’ la réalité à coup de rouge à lèvres. »

 

 

Partager cet article

8 commentaires

titine 4 mars 2013 - 12:48

D’autant que c’est fou ce que beaucoup de femmes se retrouvent derrière ces clichés escarpins-rouge à lèvres… Enfin, bon, peut-être qu’il n’y a que moi que ça laisse de glace. Mais j’en doute…

Répondre
tetue 4 mars 2013 - 14:04

L’opération « Mettez du rouge » ne fait que perpétuer le stéréotype de la femme (faible) qui a besoin d’être défendue… sans remettre en question la cause du problème : la violence masculine ! Bien-pensant, superficiel et lénifiant 🙁

Les mecs réellement non sexi-violents portent le ruban blanc : http://8mars.info/portez-le-ruban-blanc ou signent la pétition zéro macho : http://zeromacho.wordpress.com mais ne se ridiculisent pas à se barbouiller de rouge pour se donner bonne conscience à peu de frais !

Répondre
Nadine2c 4 mars 2013 - 15:39

Pas de quoi s’énerver sur cette opération de communication ^^ qui offre une façon amusante aux hommes d’exprimer leur soutien à l’égalité femmes hommes. Je comprends qu’on puisse être agacé(e) par ces clichés mais personnellement je préfère en sourire.

Répondre
Visiteur 5 mars 2013 - 09:24

« Nadine2c »
Pas de quoi s’énerver sur cette opération de communication ^^ qui offre une façon amusante aux hommes d’exprimer leur soutien à l’égalité femmes hommes. Je comprends qu’on puisse être agacé(e) par ces clichés mais personnellement je préfère en sourire.

Concernant l’opération « Mettez du rouge », je trouve surtout dégueulasse que des agences de com’ profitent de la journée de la femme pour se faire de la pub. Ce n’est pas tant le principe qui est critiquable, c’est le message qui est ringardissime : « Je suis un homme. Si une femme se fait agresser devant moi, je m’engage à prendre sa défense. » OU comment combattre le sexisme par des clichés sexistes…!!!

Répondre
meg 5 mars 2013 - 12:00

Surtout que demander aux hommes de respecter la loi, c’est hors sujet. Quiconque assiste à une agression est tenu par la loi d’intervenir au risque de se faire poursuivre pour non-assistance à personne en danger. Qu’on soit un homme ou une femme ne change rien, il faut porter secours aux personnes agressé, pas besoin de mettre du rouge à lèvre pour le dire, ni de le dire aux seuls hommes.

Sous couvert de défense des femmes, en fait ces actions :
1- enfoncent les clichés sur le viol (dans la rue, en public, par un inconnu…)
2- enfoncent les clichés sur les femmes (de faibles créatures qui ont besoin d’hommes pour les défendre et qui portent du rouge à lèvre)
3- enfoncent les clichés sur les hommes (des chevaliers servants au secours des demoiselles en détresse)
4- enfoncent les clichés sur la féminité-masculinité (rouge à lèvre, talons, jupes, ne sont pas féminins, je suis une femme je ne met pas tous ces trucs, que suis-je alors? un monstre, une anomalie, une erreur de la nature ?)

C’est franchement contre-productif et en faire une récuperation commercial c’est ajouter encore la cupidité à l’essentialisation.

Répondre
Eric 5 mars 2013 - 12:37

« Quiconque assiste à une agression est tenu par la loi d’intervenir au risque de se faire poursuivre pour non-assistance à personne en danger. Qu’on soit un homme ou une femme ne change rien, il faut porter secours aux personnes agressé »

Tu connais mal la loi. Même les policiers en intervention ont pour consigne de veiller à leur sécurité avant tout. Personne n’a l’obligation de jouer les héros ou de sacrifier sa vie pour quelqu’un d’autre.

Si je tombe sur deux hooligans qui se battent à l’opinel aux abords du parc des Princes, tu crois que la justice va me poursuivre si je n’interviens pas pour essayer de les séparer ?

On demande juste aux gens de prévenir la police en cas de besoin. Ces derniers arriveront quand tout sera terminé.

A supposer que tu ne le fasses pas, tu ne risques probablement rien parce que personne ne le saura. S’il y a d’autres personnes sur place il te suffira de dire que tu pensais que les autres l’avaient déjà fait.

Si je tombe sur un viol, je pars en courant pour aller me mettre à l’abri. Ensuite j’appelle la police. J’aurai accompli mon devoir de citoyen.

Répondre
Dona Salièri 8 mars 2013 - 18:40

Le rouge est la couleur du sexe. Des vêtements à vocation érotique, et le haut talon fait parti de la panoplie.

Parler de journée de la Femme est une autre façon de détourner le sujet. La femme (laquelle : la prostituée? La mère? L’épouse?) n’existe pas. Il y a des femmes comme il y a des hommes. Et la journée concerne leur droits! Que le commerce tente de récupérer un jour où vendre des trucs pour transformer les femmes en « prostituée » comme à Noel ou à la St Valentin, en « maman » comme à la fête des mère, en Grand-mère (tu veux du café?), on peut s’y attendre mais on peut s’y opposer, en expliquant tout cela justement.

Les médias à95% (je suis large) masculin et patriarcaux souhaite probablement aussi « déviriliser » les hommes qui seraient pro-feministes (ou avide de paraitre en couverture?) et donc faire la démonstration que ces hommes là sont ridicules, et finalement pas tant des hommes que ça.
Non?

Pour rassurer les copines qui doutent : je pense que lorsqu’on n’est ni commerciale, ni banquière, on mets des chaussures qui nous permettent de marcher…

Les « attributs féminins » sont généralement des entraves au mouvement, assurant par là une infériorité des femmes : va faire un marathon -ou échapper à un agresseur- en talons hauts et jupe serrée!
De plus il correspondent à des goûts (formatés) de certains hommes pour se rincer l’œil, et penser que les femmes cherchent toutes à leur plaire, tellement ils sont importants…

Perso, je préfère me sentir à l’aise et naturelle. La prime : ne pas subir de regards lubriques.
😉

Répondre
florence larroque 9 mars 2013 - 08:01

« Dona Salièri »
Le rouge est la couleur du sexe. Des vêtements à vocation érotique, et le haut talon fait parti de la panoplie.

Parler de journée de la Femme est une autre façon de détourner le sujet. La femme (laquelle : la prostituée? La mère? L’épouse?) n’existe pas. Il y a des femmes comme il y a des hommes. Et la journée concerne leur droits! Que le commerce tente de récupérer un jour où vendre des trucs pour transformer les femmes en « prostituée » comme à Noel ou à la St Valentin, en « maman » comme à la fête des mère, en Grand-mère (tu veux du café?), on peut s’y attendre mais on peut s’y opposer, en expliquant tout cela justement.

Les médias à95% (je suis large) masculin et patriarcaux souhaite probablement aussi « déviriliser » les hommes qui seraient pro-feministes (ou avide de paraitre en couverture?) et donc faire la démonstration que ces hommes là sont ridicules, et finalement pas tant des hommes que ça.
Non?

Pour rassurer les copines qui doutent : je pense que lorsqu’on n’est ni commerciale, ni banquière, on mets des chaussures qui nous permettent de marcher…

Les « attributs féminins » sont généralement des entraves au mouvement, assurant par là une infériorité des femmes : va faire un marathon -ou échapper à un agresseur- en talons hauts et jupe serrée!
De plus il correspondent à des goûts (formatés) de certains hommes pour se rincer l’œil, et penser que les femmes cherchent toutes à leur plaire, tellement ils sont importants…

Perso, je préfère me sentir à l’aise et naturelle. La prime : ne pas subir de regards lubriques.
😉

J’aime beaucoup votre analyse.. elle me fait réfléchir

Répondre

Laisser un commentaire