Accueil Politique Un binôme paritaire au Panthéon ?

Un binôme paritaire au Panthéon ?

par La rédaction
Olympe

Portrait d’Olympe de Gouges par Alexander Kucharsky, via Wikimedia Commons

L’Elysée pourrait prochainement faire entrer un homme et une femme dans le temple de la République. Olympe de Gouges fait figure de favorite.


 

Un grand homme… et une grande femme ? Selon Le Canard Enchaîné, l’Elysée s’apprête à faire entrer de nouvelles figures au Panthéon. Mais de qui s’agira-t-il ? « Diderot, Michelet, Genevoix ou bien, audace suprême, une femme ? », s’interroge le palmipède, qui estime que François Hollande choisira à la fois un homme et une femme. C’est Le Monde qui, le 19 avril relançait les spéculations en rappelant que François Hollande, le 8 mars, avait annoncé qu’il était temps « d’accueillir des femmes au Panthéon ».

Elle ne sont que deux, pour soixante-dix hommes, à avoir aujourd’hui cette reconnaissance de la patrie : Marie Curie et Sophie Berthelot – cette dernière uniquement en tant que « femme de »…

Mais pour les accompagner, ce ne sont pas les noms qui manquent. Le Canard Enchaîné cite pas moins de quatre « favorites » de l’Elysée : Louise Michel, George Sand, Olympe de Gouges, Emilie du Châtelet. Le 8 mars dernier, la candidate à la mairie de Paris Anne Hidalgo plaidait pour honorer Olympe de Gouges, femme de Lettres, pionnière du féminisme, et figure de la Révolution française. Ce que faisait aussi, par exemple, la philosophe Geneviève Fraisse en 2009.

Et on notera la conclusion du Monde : « A quand la parité au Panthéon ? Avec l’entrée d’une femme, parions déjà que certains militeront pour modifier la devise inscrite sur le fronton : « Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ». Et que ce sera l’occasion d’une belle polémique à la française. »

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

florence 26 avril 2013 - 12:36

Et si on panthéonisait Sainte Geneviève ?? après tout le panthéon a été construit pour elle avant que tous ces « grands hommes » lui piquent la place ! n’a t-elle pas été une Grande Femme avant d’être une sainte ?

Répondre
Sosso 28 avril 2013 - 17:22

Le pb c’est que les livres d’histoire ont tendance à oublier les femmes, donc difficile d’en trouver qui soient assez connues du grand public pour quelles soient perçues comme légitimes au Panthéon

Répondre
Eric 30 avril 2013 - 20:20

« les livres d’histoire ont tendance à oublier les femmes »

Les auteurs de manuels ne peuvent pas les inventer. Pas de femmes exploratrices avant le 20eme siècle (alors que le monde est connu à 99,9%) – si vous en connaissez, il faut nous donner les noms, et je ne parle pas des aventurières qui allaient explorer Deauville ou Biarritz sous Napoléon III -, pas de femmes militaires (à part Jeanne d’Arc), pas de femmes dirigeantes au niveau national (hormis les régentes et l’influence des conjointes, qui sont mentionnées) quasiment rien dans les arts (Olympe de Gouge a beau être une « femme de lettres », ses textes ne valent pas grand-chose sur le plan littéraire, et George Sand est une naine comparée à Hugo, Balzac ou Zola). Pas de femmes scientifiques, hormis les « femmes de », comme Marie Curie et Sophie Berthelot. La plupart des femmes dont le nom est resté étaient des putes (hétaïres grecques; même Olympe, apparemment, pratiquait le métier), des concubines, des favorites.

Même aujourd’hui, alors que les femmes sont plus diplômées que les hommes, ce sont ces derniers qui prennent tous les risques, qui créent, qui inventent, qui découvrent, qui innovent. Entre 1977 et 1996, 95% des brevets déposés aux Etats-Unis l’ont été par des hommes. Les 5% de brevets restants ont été déposés en bonne partie par des équipes de chercheurs mixtes, autant dire là encore, par des hommes.

Prétendre que les historiens qui préparent ces manuels « ont tendance à oublier les femmes » est diffamatoire. Les femmes sont très certainement surreprésentées dans ces manuels par rapport à leur contribution réelle, là encore à cause des pressions politiques. On gratte partout pour essayer de trouver des femmes et si elles ont autant de poids qu’un homme de troisième rang, on les intègre, pour essayer de donner l’impression que. C’est du travestissement historique.

Répondre
florence 2 mai 2013 - 11:52

« Eric »
« les livres d’histoire ont tendance à oublier les femmes »
.

Cher Monsieur, vos époustouflantes contributions me ravissent par la constance de leur implacable logique et la pugnacité de leurs inamovibles certitudes. De plus elles m’évitent le recours au pacemaker pour soigner mon hypotension, ce dont je vous remercie avec autant d’humilité que mon état de sous-quiche le requiert.
PS : puis-je me permettre de vous inciter à relire Schopenhauer pour parfaire votre art de la rhétorique ? Vous éviterez ainsi de tomber dans le piège du sophisme, grossier artifice utilisé par ceux qui n’ont rien à prouver – ou rien à dire.

Répondre
Eric 2 mai 2013 - 14:38

Schopenhauer ! Je vois que nous avons les mêmes lectures.

« Les femmes sont comme des miroirs, elles réfléchissent mais ne pensent pas. »

Olympe de Gouges n’a rien écrit sur l’art de convaincre ?

Je suis déçu. Sur un site féministe, je m’attends à ce qu’on m’oriente vers des auteurEs, plutôt que des vieux garçons piliers de lupanars et misogynes légendaires.

Une autre citation, tellement vraie que j’aurais pu l’écrire moi-même :

« Plus une chose est noble et parfaite, plus elle met du temps à atteindre la maturité. L’homme atteint difficilement la maturité de sa raison et de ses forces intellectuelles avant sa vingt-huitième année, la femme l’atteint à la dix-huitième. Mais il y a aussi une raison conforme à cet âge plus jeune : elle est plutôt limitée. C’est pourquoi les femmes restent enfants tout au long de leur vie, ne voyant jamais que ce qui est le plus proche, collant au présent, prenant pour la chose même sa seule apparence et préférant les futilités aux affaires les plus importantes. »

Sa maman avait l’air intelligente et cultivée. Une mère à génie :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Johanna_Schopenhauer

Et une dernière, puisque nous parlons réécriture de l’Histoire :

« Clio, la muse de l’histoire, est complètement bouffée par le mensonge, comme une fille des rues par la syphilis. »

Répondre
Lili 7 mai 2013 - 23:34

« Sosso »
Le pb c’est que les livres d’histoire ont tendance à oublier les femmes, donc difficile d’en trouver qui soient assez connues du grand public pour quelles soient perçues comme légitimes au Panthéon

Faut quand même arrêter avec les livres d’Histoire qui « oublient » les femmes. Dans n’importe quelle société où pendant des millénaires, un groupe est inculte et soumis tandis que l’autre accède à la culture et est dominant, le résultat est que oui, il y a moins de création, de génie et de « grandes figures » issues du 1er groupe que du 2e. Les manuels ne vont en effet pas les inventer.

La question est surtout de travailler à l’évolution du contexte afin que les deux groupes cessent d’être dans un rapport de soumission et que la culture soit accessible aux deux, et dès lors il y aura autant de grandes figures issues des deux groupes.

Mettons donc Olympe de Gouges au Panthéon, car elle le mérite. Et cessons de penser que Marie Curie y est comme femme de, c’est plutôt l’inverse, le seul cas où un homme (Pierre Curie) est défini comme « mari de… » (même si sa mort prématurée a joué en sa défaveur). Les lettres d’amour que ce couple échangeait nous donne une idée bien plus belle et haute de l’égalité hommes-femmes que n’importe quelle querelle de chiffres.

Mais ne cherchons pas abusivement à faire du chiffre sur le passé, changeons plutôt le présent et l’avenir.

Répondre

Laisser un commentaire