Accueil International Un conseil de sages paritaire chez Facebook, enfin !

Un conseil de sages paritaire chez Facebook, enfin !

par La rédaction

Les 20 premiers membres du nouveau conseil de surveillance chargé de trancher les différends liés aux retraits de publications ont des profils très divers

Facebook a enfin créé son instance indépendante chargée d’arbitrer sur la diffusion de contenus sensibles touchant à la liberté d’expression, au harcèlement ou à la haine.  Après des années de polémiques sur les arbitrages parfois hasardeux du puissant réseau social,  Facebook a dévoilé mercredi l’identité des 20 premiers membres de cette « Cour suprême » qui en comptera à terme 40. Cet organe sera chargé de trancher les différends liés aux retraits de publication sur le réseau social.

Bonne nouvelle : l’instance compte autant de femmes que d’hommes et les personnalités retenues représentent un large éventail de pays, de langues et d’horizons. L’entreprise des Etats-Unis affiche l’aspect multiculturel des membres du conseil supposés représenter la diversité des membres du réseau social. Elle fait observer qu’ils ont vécu en cumulé dans 27 pays et parlent au moins 29 langues. Cependant, un quart des membres et deux des quatre coprésidents sont des ressortissants américains.

Les quatre membres fondateurs qui désignent conjointement avec Facebook les membres du conseil sont : l’ancien juge fédéral américain Michael McConnell, l’expert en droit constitutionnel Jamal Greene, Catalina Botero-Marino avocate colombienne et ancienne rapporteure spéciale pour la liberté d’expression à la Commission interaméricaine des droits de l’Homme, et l’ancienne Première ministre danoise Helle Thorning-Schmidt.

Le conseil respecte la parité homme-femme et une certaine représentativité géographique : cinq personnes pour l’Amérique du Nord, quatre pour l’Europe, trois pour l’Asie-Pacifique, et deux pour l’Amérique latine, l’Afrique sub-saharienne, l’Afrique du Nord et l’Asie du Sud.

Parmi les femmes nommées : la Camerounaise Julie Owono, directrice exécutive de l’ONG française Internet sans frontières, la Yéménite Tawakkol Karman, Prix Nobel de la paix en 2011 et militante des droits humains, la lauréate yéménite du Nobel de la Paix 2011 Kolkata Abdel-Salam Karman, journaliste, militante et femme politique engagée dans la défense des droits des femmes,

Parmi les hommes, le Britannique Alan Rusbridger qui a été longtemps directeur de la rédaction du Guardian, et a été très actif dans l’affaire Snowden, Andras Sajo, ancien juge hongrois et vice-président de la Cour européenne des droits de l’Homme,

20 autres personnalités seront sélectionnées plus tard. Mais, selon l’agence Reuters, le conseil va débuter ses travaux dès à présent et des premiers cas seraient étudiés au cours de l’été 2020. 

Jusqu’ici, qu’il s’agisse de questions sur la nudité, le harcèlement, l’incitation à la haine ou au génocide (Facebook n’a pas su faire face à la propagande, sur son site, de l’armée birmane contre la minorité rohingya)… Les polémiques ont été nombreuses. Et les quelques dizaines de milliers de modérateurs humains chargés de canaliser la liberté d’expression suivaient des règles floues… Particulièrement sur les questions sexistes.

Lire, en 2013, Facebook ferme les yeux sur le viol et les violences contre les femmes Et il faudra une semaine d’intenses pressions pour changer : #FBRape : Facebook promet d’agir

En 2015 : Mobilisation payante contre une vidéo d’agression sexuelle sur Facebook

En décembre dernier, Mark Zuckerbger fondateur et CEO de Facebook, annonçant ce futur conseil de surveillance estimait que le réseau social ne devrait pas prendre seul « autant de décisions importantes sur la liberté d’expression ». « A long terme, nous espérons que cette expérience unique en son genre puisse inspirer des initiatives similaires pour la gouvernance du contenu en ligne », a déclaré Nick Clegg vice-président des affaires publiques et de la communication de Facebook. L’intelligence artificielle a, à de nombreuses reprises, montré des biais sexistes…

Voir : Quand l’Intelligence Artificielle au service de la pub aggrave les discriminations

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire