Accueil Société Un été backlash

Un été backlash

par Isabelle Germain

illustr2Alors que le gouvernement annonce enfin des études d’impact de ses lois, sur l’égalité, l’été a été jalonné de nombreux retours en arrière en France et partout dans le monde.


 

La nouvelle n’a pas fait grand bruit, mais, si elle est appliquée correctement, la circulaire du 23 août enjoignant le législateur de « s’assurer que les dispositions envisagées ne portent pas atteinte aux droits des femmes, ni n’aggravent les inégalités » devrait marquer un progrès considérable(1). En dehors de cette annonce, l’été n’a pas été très « women friendly ».

Harcèlement visuel et paternalisme lubrique

Les petites ou grandes marques de sexisme ordinaire ne faiblissent pas. En France un éditorialiste renommé se plaint de « harcèlement visuel » , une banque a l’idée saugrenue de lancer Une carte bancaire « pour elles » , des journalistes s’amusent à appeler l’épouse d’un ministre par le nom de son mari et EELV finit par dénoncer le « paternalisme lubrique » à l’Assemblée Nationale.

Des petites choses qui montrent que l’égalité ne va pas de soi en France.  Pas évident non plus le débat sur la prostitution qui a repris de plus belle à la suite d’une tribune publiée par des « intellectuels » farouchement opposés à la pénalisation des clients.

Hors frontières, ce fut aussi un festival. En Israel, une association ultra-orthodoxe commercialise des lunettes floutées qui limitent le champ visuel, afin de protéger les hommes de la vision de femmes tentatrices.

Les JO ont fourni quelques occasions de sexisme primaire. En commençant par une ségrégation dans les avions : JO, classe éco pour les filles, affaires pour les garçons, qui a fait scandale et a connu un épilogue heureux. Comme quoi, il ne faut rien laisser passer…

Vous verrez dans notre dossier JO 2012 que la question du voile des sportives n’a pas été réglée, les autorités ayant cédé devant la puissance des pays exigeant le port du voile pour des athlètes dont les performances sportives étaient parfois inversement proportionnelles au scandale déclenché.

Le corps des femmes, affaire d’hommes

La tenue des sportives est décidément une affaire d’hommes. Beach-volleyeuses et faux-culs, les journalistes font mine de s’offusquer du traitement sexiste des photos de sportives… photos qu’ils publient eux-mêmes allègrement. Ou encore : Quelles émotions sur le podium ? le Wall Street journal s’est amusé à analyser les réactions des athlètes. Du stéréotype à l’état brut.

Aux Etats Unis, les candidats aux élections sénatoriales ou présidentielle se prononcent aussi sur le corps des femmes, violées ou voulant avorter. Todd Akin, candidat au Sénat dans le Missouri, a fait scandale.  Pour légitimer son opposition à l’avortement, même en cas de viol il a affirmé que les grossesses en cas de viol sont « très rares ». Les Républicains se sont désolidarisés mais restent fermes dans leur opposition à l’avortement.

Le piège de la complémentarité

Coup très dur pour les femmes tunisiennes : samedi 4 août, la commission « Droits et libertés » de l’Assemblée  constituante a adopté un projet d’article évoquant la « complémentarité » de la femme avec l’homme, et non plus leur «égalité ». Une notion qui ouvre la porte à tous les excès.


(1) Faute d’une telle démarche volontariste, nombre de décisions creusent les inégalités. C’est le cas des aides publiques à l’emploi ou à la création d’entreprise , du temps partiel, de la fiscalité et notamment du quotient familial sur lequel le candidat François Hollande avait fait marche arrière bien avant les élections…. Une étude d’impact le ferait-elle changer d’avis ? à suivre.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

nhonie 28 août 2012 - 08:22

Bonjour,
Oui les inégalités H/F persistent et les remarques et comportements misogynes doivent être dénoncés.
Concernant votre remarque sur le port du voile pour certaines participantes au J.O. Certaines de ses F viennent d’Arabie Saoudite. Il est claire que du point de vu d’une française, tout reste à faire concernant les droits des F dans ce pays. Et justement le faite qu’elles participent au J.O est à saluer. Il leur a fallu beaucoup de courage et de persévérance pour obtenir se droit. Du gouvernement et de leurs familles. Et dans ce cas, mon avis, c’est que le voile est un concession (certes difficile à supporter) mais supportable au regard du pas en avant que représente leur présence. C’est une vraie victoire pour ELLES.
Je me réjouis de cette victoire et j’espère que ce n’est que la 1ère.
Nhonie

Répondre
De profundis 28 août 2012 - 09:58

Chaque pas en avant semble être ruiné par un abruti qui rabaisse les femmes, un peu désespérant

Répondre

Laisser un commentaire