Accueil CultureCinéma Une bise à Cannes, un « scandale » en Iran ?

Une bise à Cannes, un « scandale » en Iran ?

par Arnaud Bihel

bise cannesLeila Hatami, membre du jury, est critiquée par des conservateurs en Iran pour avoir fait la bise à Gilles Jacob.


 

Décidément, les femmes font parler d’elles à Cannes. Et pas seulement pour leurs robes sur le tapis rouge ou pour les débats sur leur place dans le milieu du cinéma.

L’actrice iranienne Leila Hatami, membre du jury, a provoqué la colère des milieux conservateurs à Téhéran pour avoir fait la bise au président du festival de Cannes, Gilles Jacob, lors de la cérémonie d’ouverture.

Dimanche 18 mai, un responsable du ministère de la Culture a dénoncé un comportement « inapproprié », soulignant que « celles qui participent à des événements internationaux doivent tenir compte de la crédibilité et de la chasteté des Iraniens, pour ne pas présenter au monde une mauvaise image des femmes iraniennes ». Des médias conservateurs relaient cette charge contre l’actrice.

Gilles Jacob a réagi en soulignant sur Twitter qu’il s’agit là d’une « coutume habituelle en occident » et que « cette polémique n’a donc pas lieu d’être ».

Difficile de savoir si la portée de ce « scandale » en Iran n’est pas exagéré par les médias occidentaux. En tous les cas, il fait écho au succès de la campagne en cours sur Facebook où des iraniennes s’affichent sans voile sur la page « Stealthy Freedom » (Voir : Les « libertés furtives » des Iraniennes). Car c’est bien là encore d’obscurantisme qu’il s’agit : tout comme la loi islamique oblige les femmes à porter le hijab en public, elle leur interdit tout contact physique avec un homme.

L’affaire est d’ailleurs relayée sur la page « Stealthy Freedom » avec cette interrogation : « Le baiser de Leila Hatami devait-il lui aussi rester secret pour ne pas soulever d’objection ? » Hatami

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

flo 19 mai 2014 - 11:05

Des conservateurs iraniens qui s’étranglent, un président de festival qui légitime le geste en démontrant la portée anthropologique de la bise cannoise… et la principale intéressée, elle en PENSE quoi ???

Répondre

Laisser un commentaire